Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Sommaire du dossier

Alternance : conseils pratiques pour décrocher votre contrat

Alternance : préparer l'entretien d'embauche

publication : 24 octobre 2016
Vous avez décroché un entretien pour un contrat en alternance ? Une grande étape de franchie ! Reste à convaincre maintenant le recruteur de vous choisir. La préparation et l'état d'esprit sont essentiels, souvent plus que les diplômes à ce stade de formation... Nos conseils pour le réussir.

preparer entretien d'embauche

Le principe de l'entretien pour un contrat en alternance est le même que pour un emploi en CDD ou CDI : l'employeur va vous poser une batterie de questions et attendre de vous des arguments pour le convaincre de retenir votre candidature. Il ne s'agit pas de vous piéger mais d'évaluer s'il peut vous engager en toute confiance pour 1, 2 ou 3 années.

Répéter avant le jour J

S'entraîner avec des proches, famille ou amis, est la meilleure préparation possible. Il s'agit de simuler l'entretien du début à la fin. Enregistrez-vous avec un dictaphone, cela vous permettra de repérer un argumentaire trop faible, mais aussi des tics ou des abus de langage dont vous n'avez pas forcément conscience ("heu" à répétition, "ouais" à la place des "oui"...). Travaillez la fluidité de vos phrases, les enchaînements : vous gagnerez en confiance face au recruteur le jour J.

Se préparer aux "questions pièges"

On trouve facilement sur Internet des listes de questions pièges. Essayez d'y répondre, vous ne serez pas pris au dépourvu au cas où. Ces questions sont surtout posées pour tester vos réactions et votre gestion du stress. Ce sont les plus simples qui sont les plus déstabilisantes : face à la question "Parlez-moi de vous ?", bien des candidats restent sans voix. Il ne s'agit pas de rentrer dans le récit de votre vie. Tout doit toujours rester en rapport avec vos compétences professionnelles pour le poste visé.

Se renseigner sur l'entreprise et le poste

La question "Pourquoi postuler chez nous ?" est un grand classique. Il est donc capital de se renseigner sur l'entreprise, son secteur d'activité et de faire le lien avec votre projet professionnel. Si le recruteur voit que vous n'avez pas fait cet effort, cela jettera un doute sur votre motivation. Lorsque l'entretien fait suite à une annonce, lisez bien la fiche de poste pour comprendre les compétences demandées. En vous appuyant sur votre CV, vous pourrez expliquer en quoi vous avez les aptitudes requises.

Une attitude irréprochable

Les recruteurs savent qu'à ce stade de votre parcours de formation, vous ne disposez pas (ou encore peu) d'expérience professionnelle. Aussi, vos "savoir-être" vont être scrutés à la loupe : votre effort vestimentaire pour l'entretien, votre ponctualité, votre politesse, la motivation qui se dégage derrière votre discours. Avec des candidats aux profils souvent similaires, il faut se montrer sous son meilleur jour !

Poser les bonnes questions

C'est aussi dans les questions que vous allez poser que vous pouvez vous montrer convaincant. Par exemple demandez dans quel service vous allez travailler, des précisions sur telle ou telle activité qui vous sera confiée : montrez-vous intéressé ! En revanche, il y a des questions qu'il vaut mieux ne pas poser tout de suite : il peut être très mal vu de parler de rémunération lors du premier entretien. Et parler de congés avant même d'avoir commencé à travailler fait toujours mauvais effet. Attendez un premier retour positif et demandez à qui vous adresser ultérieurement sur ces sujets.

À la fin de l'entretien, le dialogue doit être ouvert et chaleureux : le recruteur travaillera peut-être directement avec vous pendant une ou plusieurs années, il choisira quelqu'un avec qui il se sentira à l'aise.

3 conseils pour éviter la panne sèche...

Et si un recruteur pose une question d'ordre privé ? Il y a certaines questions, comme celles concernant votre religion, vos opinions politiques, mais aussi votre situation matrimoniale ou votre désir de maternité, auxquelles vous avez le droit de refuser de répondre. Il suffit d'écarter la question de manière polie et posée.

Et si vous n'avez pas beaucoup d'expérience professionnelle à mettre en avant ? Insistez sur les stages, les petits boulots, les séjours linguistiques, les activités extrascolaires... L'idée étant de rassurer l'employeur sur votre capacité à intégrer ses équipes.

Et quand on ne sait vraiment pas quoi répondre ? Vous pouvez demander à revenir un peu plus tard sur la question. Il faut réussir à passer à autre chose et ne pas rester bloqué. Cela vous laisse le temps de réfléchir à votre réponse.

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels

Accueil Toute l'actu nationale

monorientationenligne.fr