Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Sommaire du dossier

Télétravail : notre dossier

Télétravail : avantages et pièges à éviter

Publication : 22 août 2018
Gain de temps dans les transports, meilleure conciliation entre vie professionnelle et personnelle, les avantages du télétravail paraissent immédiats pour le salarié. Mais attention, travailler à distance peut aussi être synonyme d’isolement, de manque de motivation... Nos conseils avant de vous lancer.

Télétravail : avantages et inconvénients

Les avantages du télétravail

Le télétravail permet de gagner en temps, en efficacité et en concentration, souvent mises à mal lorsqu’on travaille en open space : un salarié y est interrompu en moyenne 140 fois par jour ! En supprimant les trajets pour se rendre au bureau, le télétravail s’avère aussi idéal pour mieux concilier vie personnelle et vie professionnelle. Par exemple, il permet de dégager du temps pour sa vie de famille ou pour s'investir dans des activités sportives ou associatives.

Dans l'enquête 2018 de l'Obergo sur les impacts du télétravail, 95 % des télétravailleurs déclarent bénéficier d'une meilleure qualité de leur vie personnelle et 86 % d'une meilleure productivité qu'en entreprise. Le lien avec l’entreprise en sort renforcé avec plus de satisfaction et de confiance mutuelle.

Les risques liés à l'isolement

Toutefois, le télétravail peut parfois être ressenti comme une perte d’identité professionnelle : isolement, diminution des échanges avec les collègues, baisse du sentiment d’appartenance à une entreprise. Il faut se sentir capable moralement de travailler "en solo" ! Selon une enquête réalisée en novembre 2017 par l’IFOP pour le compte de Malakoff Mederic, les télétravailleurs estiment majoritairement que, face à ses risques, le temps de télétravail doit rester minoritaire ; selon eux, sa durée idéale se situe autour de 2 jours par semaine en moyenne.

Aussi, dans le cas où le télétravail devient majoritaire, est-il conseillé de multiplier les occasions de contacts et de relations sociales avec ses collègues. Par exemple en organisant des réunions virtuelles chaque semaine, ou encore en rendant visite à ses collègues à l’occasion des moments collectifs de la vie d’entreprise (formation, pots, repas, fêtes).

Si vous travaillez à votre domicile, il est essentiel de poser un cadre clair dès le départ : aménagez correctement votre espace de travail, respectez les horaires (ni plus, ni moins) et faites comprendre à votre entourage que même si vous êtes chez vous, vous travaillez !

Avant de se lancer...

Votre entreprise favorise-t-elle déjà l’autonomie et le travail en réseau ou, au contraire, reste-t-elle attachée à une organisation et à un management très classiques ? Dans ce derniers cas, télétravailler sera plus une mesure individuelle d’aménagement du temps de travail et le sentiment d’isolement pourra être plus important que dans une entreprise où le télétravail est déjà institué et rentré dans les mœurs.
 
N’hésitez pas à demander conseil à des collègues déjà partis en télétravail : ont-ils évolué ? sont-ils bien encadrés ? comment se sentent-t-ils perçus ?

Enfin, sachez qu’une période dite "d'adaptation" est généralement prévue dans le contrat ou son avenant et peut vous être très utile : dans un délai qu’il faudra respecter, vous pourrez mettre fin au télétravail si cela ne vous convient pas. Vérifiez que vous bénéficierez bien de cette disposition avant de vous lancer.

Halte au télétravail "gris" !

Des pratiques informelles de télétravail se sont développées avec notamment l’arrivée des smartphones, des tablettes et la généralisation des ordinateurs portables. On parle de télétravail "gris" : c’est par exemple lire ses emails professionnels dans les transports ou finir un dossier tard le soir au calme à la maison. Deux tiers des salariés effectueraient du télétravail gris.

S’il est possible de télétravailler de manière épisodique, à l'occasion de situations exceptionnelles (demandez dans ces cas là un accord écrit de votre hiérarchie), il ne faut pas prendre pour habitude de commencer ou de terminer son travail chez soi. Les risques de "burn out" ont été établis. Si vous éprouvez des difficultés à boucler vos dossiers, parlez-en à votre hiérarchie pour trouver d’autres solutions (bureau fermé, moins de réunions, autres méthodes de travail) ou bien régularisez votre situation en demandant à télétravailler un jour par semaine par exemple et modifiez votre contrat.

Imprimer

À lire aussi

Dans le même dossier

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels