Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Sommaire du dossier

Les contrats en faveur des jeunes

Le contrat de génération, trait d'union entre un jeune et un senior

publication : 4 novembre 2016
Améliorer l'accès des jeunes à un emploi, maintenir l'emploi des seniors salariés, assurer la transmission des savoirs et de l'expérience entre générations, tels sont les objectifs du contrat de génération.

Le contrat de génération, quel que soit le niveau de qualification

Embauche et renouvellement des compétences

D'ici à 2020, plus de 5 millions d'actifs seront à la retraite tandis que 6 millions de jeunes auront fait leur entrée sur le marché du travail. C'est en partant de ce constat que les contrats de génération ont été créés. Il s'agit d'assurer au mieux cette transition en créant des binômes "jeune-senior".

Les entreprises ont tout à gagner avec une transition en douceur au niveau de la gestion des ressources humaines mais aussi avec la transmission des savoirs et de l'expérience du sénior au jeune. Cela leur permet de pérenniser et de renouveler les compétences au sein même de l'entreprise.

Elles sont également encouragées à rentrer dans ce dispositif par le biais d'aides financières.

Pour qui ?

  • tous les jeunes de moins de 26 ans - quel que soit leur niveau de qualification, y compris ceux sans diplôme - ou de moins de 30 ans en cas de handicap
  • les seniors de 57 ans et plus maintenus en emploi - ou à partir de 55 ans en cas de handicap - ou si nouveau recrutement de plus de 55 ans

Quelles aides de l’État pour les entreprises ?

Le contrat de génération prévoit une aide financière annuelle de 4 000 €, versée par Pôle emploi à l'entreprise pour une durée maximale de 3 ans. Cette aide est répartie de la façon suivante :

  • jeune : 2 000 € par an versés à l'entreprise pendant 3 ans pour l'embauche en CDI d'un jeune bénéficiaire du contrat de génération
  • senior : 2 000 € par an versés à l'entreprise pendant 3 ans pour le maintien dans l'emploi d'un senior de 55 ou 57 ans ou plus pour encadrer le jeune

 soit 12 000 euros sur 3 ans.

À savoir : l'aide est majorée (portée à 8 000 € par an, 24 000 € sur 3 ans) si l'entreprise recrute simultanément un jeune de moins de 26 ans en CDI et un salarié âgé d'au moins 55 ans. L'embauche du senior peut avoir eu lieu jusqu'à 6 mois avant le recrutement du jeune.

Quelles entreprises ?

  • De 1 à 49 salariés : entreprise éligible à l'aide sans accord préalable.
  • De 50 à 299 salariés : entreprise éligible à l'aide sous réserve d'accord collectif ou de branche négocié

Les entreprises de plus de 300 salariés n'ont pas droit à l'aide mais elles doivent elles aussi aussi mettre en place un accord collectif d'entreprise ou un plan d'action en faveur de l'emploi des jeunes et des seniors.

Imprimer

À lire aussi

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels

Accueil Toute l'actu nationale

monorientationenligne.fr