Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Accueil Choisir mes études Après le bac Conseils et stratégies d'études Réussir en master

Sommaire du dossier

Réussir en master

Franchir la sélection à l'entrée en M1

publication : 30 mars 2017
L'accès en M1 est de droit pour les titulaires d'une licence sauf si l'établissement a fixé des capacités d'accueil. Dans ce cas, l'admission s'effectue sur concours ou sur dossier. Parmi les critères qui font la différence : un projet personnel et professionnel, la motivation du candidat.

Franchir la sélection à l’entrée en M1

Une sélection et un droit à la poursuite d’étude immédiat ou différé

À compter de la rentrée 2017, l’accès en M1 change pour tous les diplômés de licence.

L'accès en 1re année de master (M1) est de droit pour un diplômé de licence d’un domaine correspondant. Pour certaines mentions de master dont les capacités d'accueil sont limitées, les établissements peuvent recruter sur concours ou sur dossier.

La plateforme d’information Trouver mon master donne les capacités d'accueil des masters.

Dans certains domaines (comme le management culturel, la traduction et l'interprétation, ainsi que de nombreux autres, très séduisants pour les étudiants...), seuls 10 % des dossiers parviennent à franchir le cap de la sélection finale. Cette dernière s'organise très souvent en deux temps : une étude basée sur une lettre de motivation, à ne surtout jamais négliger (lire l'encadré) voire une seconde étape fondée sur l'entretien, et consistant à faire émerger les profils associant les compétences, la motivation et la capacité à défendre son projet de façon cohérente... tout un art !

Se poser les bonnes questions !

Plus un candidat est informé, se connaît et sait pourquoi il postule là et pas ailleurs, plus il a de chance de sortir du lot !

"Pourquoi postuler dans ce master et pas un autre ?", "En quoi cette formation correspond-elle à mes attentes, à mon projet professionnel ?", "En quoi mon profil est-il intéressant, mon parcours cohérent ?", "Pourquoi les débouchés m'intéressent-ils et me suis-je bien renseigné ?"...

La lettre de motivation, essentielle, doit traduire ce niveau d'information et de clairvoyance par rapport au métier visé et par rapport aux compétences développées au cours du master envisagé.

Face à un responsable pédagogique chargé de recruter ses futurs étudiants parmi une centaine de dossiers, mieux vaut avoir les idées claires, et la réponse précise... ! Si l'on n'a pas, au préalable, approfondi ses motivations réelles et répondu à certaines questions incontournables, on court le risque d'être rapidement mis en difficulté lors d'un entretien poussé...

Postuler "par défaut" ou dans un master "coup de cœur" parce qu'un intitulé retient l'attention est une démarche vouée à l'échec...

Témoignage : la motivation passe par une démarche active

"Ce nouveau mode de sélection nous permet de retenir de très bons dossiers. En 2017, nous en avons reçu 400, pour 25 places dans chaque parcours proposé dans ce master, organisé sur 2 ans. Nos critères sont nombreux. Au-delà des notes obtenues en licence, nous évaluons la motivation réelle du candidat. Cette dernière ne doit pas se résumer à  des déclarations d’intention, comme : "j’aime la culture" ou "j’adore visiter les musées"… Nous attendons de l’étudiant qu’il se donne les moyens d’avoir une expérience dans le domaine, par exemple à travers des actions de bénévolat en lien avec le patrimoine, des jobs s’il a pu en obtenir, des stages, etc. Ce critère est essentiel à nos yeux, car il atteste d’une capacité à acquérir une expérience dans le domaine du patrimoine, dans l’idée d’un projet professionnel, celui du master.  Enfin, nous étudions le CV et la lettre de motivation. Cette dernière doit impérativement attester d’une très bonne maîtrise de l’orthographe et de l’expression écrite en général."

Sophie A. de Beaune, responsable du Master Patrimoine et Musées, Université Jean Moulin Lyon 3

Un droit à la poursuite d’étude immédiat ou différé

S’il est refusé en première année dans les masters de son choix, le diplômé de licence a 1 mois pour demander les raisons de ce refus. Il peut alors contacter le recteur de la région académique dans les 15 jours suivant l’obtention de la licence (quand celle-ci intervient après la réception des refus) ou après la communication du dernier refus à ses candidatures afin que ce dernier lui soumette au moins trois propositions d’admission dans un master correspondant à son projet professionnel et qui soit compatible avec la mention de licence obtenue.

Les demandes sont à faire à compter de juin via le télé service sur le portail Trouver mon master.

L'une au moins des trois propositions d'inscription faites à l'étudiant concerne en priorité l'établissement dans lequel il a obtenu sa licence en fonction des places vacantes, et à défaut, un établissement de la région académique dans laquelle l'étudiant a obtenu sa licence.

L'étudiant doit donner une réponse aux propositions du recteur dans les 15 jours depuis le portail Trouver mon master.  Passé ce délai, la proposition sera considérée comme refusée.

L'accès en 2e année de master (M2) est de droit après validation du M1.

Disposition dérogatoire pour droit et ... psycho ?

La sélection continuera à s’opérer de manière transitoire en M2 en droit à la rentrée 2017. Dans ce cas, l’accès en M1 est ouvert à tout diplômé de licence.

En psychologie, la sélection en M1 devrait finalement avoir lieu dès la rentrée prochaine : deux tiers des universités seraient concernées par cette mesure. Renseignez-vous directement sur Trouver mon master ou auprès des universités.

 

5 conseils pour réussir sa lettre de motivation

1) Expliciter vos motivations pour cette formation (et pas une autre...), en évitant les généralités de type "j'aime les langues et le commerce "... Votre lettre doit montrer que vous vous êtes renseigné et que vous connaissez la formation (programme, notoriété, secteurs et fonctions d'insertion...).

2) Expliquer en quoi ce master correspond à votre projet pro : adéquation entre le métier visé et les compétences professionnelles que la formation va vous permettre d'acquérir. À vous d'expliciter vos objectifs et de mettre votre choix en avant.

3) Mettre en valeur votre parcours de formation et sa cohérence par rapport au master visé. Que vous veniez d'une filière proche ou pas, l'essentiel est de mettre en avant les atouts que représente votre profil. Quelles compétences, quels savoir-faire avez-vous acquis, et en quoi s'inscrivent-elles dans la logique du master souhaité ?

4) Mentionner vos stages et vos expériences en lien avec la spécialisation de master visée et ses débouchés "naturels" : engagement associatif, jobs et stages... Cet aspect est particulièrement important si vous postulez dans un master éloigné de votre discipline d'origine.

5) Soigner le style et l'orthographe. Même pour une formation peu littéraire, la qualité de votre expression écrite et la capacité à bien argumenter feront la différence si vous êtes en concurrence avec 100 autres candidats...

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels