Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Sommaire du dossier

Partir en stage à l'étranger : consultez notre dossier

Hébergement, coût du stage, bourses... anticipez votre départ !

publication : 10 octobre 2017
Visas, logement, protection sociale, coût final du stage... autant d'aspects pratiques à ne pas négliger pour partir dans de bonnes conditions.

Partir en stage à l'étranger (principale)

Si vous partez dans un pays de l'Union européenne, les démarches pour préparer son séjour restent relativement simples et bien balisées. Si vous partez dans un pays hors U.E, celles-ci peuvent être plus compliquées. Dans tous les cas, préparer son stage longtemps à l'avance vous épargnera de nombreux contretemps de dernière minute.

Les papiers : passeport, visas

Vérifiez les papiers nécessaires pour effectuer un stage dans le pays concerné : carte d'identité, passeport, titre de séjour... Attention, il ne s'agit pas d'un voyage touristique, vous allez travailler dans ce pays pendant plusieurs mois. Pour les pays hors Union européenne, vous devrez souvent obtenir un Visa : une école reconnue par l'État peut demander l'autorisation de délivrer un diplôme visé, gage de qualité. Visa spécifique. Renseignez-vous bien auprès du ministère des affaires étrangères et des ambassades. Certains visas ou permis de travail peuvent nécessiter des démarches longues et parfois coûteuses.

L'hébergement

Normalement, c'est le stagiaire qui doit trouver son logement. Si vous n'avez rien trouvé depuis votre pays, vous pouvez vous loger en auberge de jeunesse dans un premier temps, mais n'oubliez pas que ce logement ne constitue qu'un dépannage provisoire puisque la durée de séjour est limitée à 15 jours maximum en général. La colocation peut être une bonne formule et vous permettra de rencontrer des jeunes du pays. Le logement dans certaines villes peut être très onéreux, notamment à Londres.

La protection sociale

Si vous partez dans un pays de l'Union européenne, il faudra vous munir de la carte européenne d'assurance maladie (à retirer auprès de la caisse de sécurité sociale et valable 1 an). Cette carte atteste de vos droits à l'assurance maladie et vous permet, lors d'un séjour temporaire en Europe, de bénéficier de la prise en charge des soins médicalement nécessaires, sous réserve de respecter les formalités en vigueur dans le pays de séjour.

Si vous partez en stage hors U.E, il faut vous renseigner en amont sur la protection sociale du pays, notamment en cas de maladie et d'accident. Vous devrez certainement prendre une assurance et une mutuelle complémentaire. Pensez également à vérifier si certains vaccins sont obligatoires.

Le coût du stage

Il faut obligatoirement vous faire un budget. Renseignez-vous sur le coût de la vie dans le pays concerné. Si vous partez loin, pensez aussi aux billets d'avion.

Sachez que les bourses et l'indemnité de stage constituent rarement des revenus suffisants pour subvenir à ses besoins. Les indemnités de stage sont très variables d'un pays à l'autre et ne sont pas toujours obligatoires. Toutefois, n'hésitez pas à négocier certains points avec l'entreprise d'accueil, comme une participation aux frais de transport en commun et/ou de repas pour le stage une fois sur place.

Votre budget doit être réaliste et si vous le pouvez, mettez un peu d'argent de côté pour tout de même vous faire plaisir...ou faire face en cas de pépins.

Les bourses et les aides

Vous pouvez bénéficier de bourses mais à la condition, bien souvent, qu'il s'agisse d'un stage intégré à votre cursus universitaire.

La bourse Erasmus +

Le montant moyen de la bourse Erasmus + est modulé selon la destination et la durée du séjour. Elle est cumulable avec d'autres aides. Pour les étudiants boursiers, elle vient s'ajouter à la bourse sur critères sociaux.

Les régions et les départements

Après la bourse du programme Erasmus +, les aides sont à chercher essentiellement du côté des régions. Certains départements (via le conseil départemental, ex-conseil général) et les villes peuvent aussi disposer de fonds d'aide à la mobilité.

Certaines aides peuvent aussi prendre la forme de prêts "jeune" avec des taux d'intérêts quasi nuls.

Retrouvez, région par région, les contacts et les bourses possibles sur notre site Ma voie pro Europe.

Les autres aides

  • Dans le cadre d'accords bilatéraux, notamment quand un stage est obligatoire dans le cursus, il peut y avoir des aides d'organismes tels que le Daad (Office allemand d'échanges universitaires) ou l'Ofaj (Office franco-allemand pour la jeunesse) pour l'Allemagne, ou encore le British Council pour l'Angleterre. Le service des relations internationales de votre école ou de votre université pourront vous renseigner.
  • Le ministère de l'enseignement supérieur propose des compléments d'aide à la mobilité internationale alloués sur critères sociaux.
  • Le pays dans lequel vous vous rendez peut aussi proposer des aides : renseignez-vous auprès de l'ambassade du pays en France.
  • Des associations et des fondations privées tels que le Rotary propose aussi des aides

Si vous disposez de peu de moyens, n'hésitez pas à frapper à toutes les portes pour partir dans les meilleures conditions financières possibles.

 

Imprimer

Les publications de l'Onisep

  • études
  • Etudier à l'étranger, collection Dossiers
    Etudier à l'étranger
    Etudier à l'étranger
    collection Dossiers
    parution en janvier 2014
    Etudes, stages, missions à l'étranger... Avec près de 40 pays en fiches

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels