Imprimer
Accueil > Choisir mes études > Après le bac > Filières d'études > Les licences professionnelles

Les licences professionnelles

Les licences professionnelles par secteur

Publication : juillet 2013
Nombreuses dans le marketing, la vente, l'industrie, l'informatique, le BTP... les licences professionnelles sont également présentes dans une moindre mesure dans le sport, le secteur social, la culture... Ci-dessous un éclairage dans certains secteurs d'activités avec fiches formation, fiche de présentation du secteur et témoignages d'étudiants ou d'enseignants à l'appui.

[ Aéronautique] [ Banque et assurance] [ Bâtiment et travaux publics] [ Biologie et biotechnologies] [ chimie] [ Culture et patrimoine] [ Electronique] [ Energie] [ Gestion, comptabilité et ressources humaines] [ Informatique, internet et télécom][ Logistique][ Marketing, publicité et vente] [ Mecanique] [ Social] [ Sport]

 

 

Aéronautique

Licence_pro_aeronautique

© Grégoire Maisonneuve / ONISEP
 

Il existe une quinzaine de licence pro dédiées à l’industrie aéronautique et spatiale. Elles couvrent l’ensemble des domaines techniques (production, maintenance, électronique …). La plupart permettent de se spécialiser dans un domaine technique, comme l'intégration des systèmes embarqués en aéronautique ou l'avionique. Certaines offrent une double compétence en alliant technique et management.

Ancrées dans les régions, ces licences pro bénéficient de partenariats avec les entreprises locales, souvent à l'origine des formations : Dassault, Eurocopter, Safran... et qui assurent 50 à 80% des enseignements, apportant ainsi aux étudiants le bagage nécessaire pour entrer dans l'industrie aéronautique.

Ces licences professionnelles conduisent à des postes de technicien supérieur ou d’assistant d’ingénieur... Ces derniers peuvent travailler pour les essais (tests et mesures sur prototypes), l'industrialisation (préparateur méthodes), l'ordonnancement (vérification de l'application des règlements en vigueur) ou encore les achats (commercial). Ils peuvent exercer en atelier (gestion de production, logistique, mécanique) ou en bureau d'études pour la conception assistée par ordinateur (CAO).

Pour certaines spécialités, la maintenance par exemple, les besoins sont continus et le taux d'insertion dépasse alors les 92% de la moyenne nationale.

La licence pro constitue également un passeport pour la mobilité puisque ce niveau est reconnu au niveau européen.

Pour aller plus loin

Témoignage : Pouvoir travailler partout

 

Xavier Daran, responsable de la licence pro maintenance aéronautique à l’IUT de Blagnac

Nous apprenons à nos étudiants des “généralités aéro”. C’est-à-dire que nous leur enseignons les systèmes au sens large pour les préparer à travailler sur n’importe quel avion, aussi bien ceux de la famille Airbus qu’ATR ou Boeing... Par ailleurs, cette formation leur apporte un bagage technique en anglais, langue utilisée la plupart du temps dans ce secteur. L’objectif est qu’ils comprennent les échanges dans le monde aéronautique, mais aussi qu’ils y prennent part. C’est pour cela que nous exigeons un bon niveau en anglais. Le score au TOEIC permet, ou pas, de valoriser un CV.

 

Banque, finance et assurance

Licence_pro_banque

© Grégoire Maisonneuve / ONISEP

 

Les licences pro spécialisées dans ce secteur sont une centaine. Elles sont accessibles aux titulaires de DUT ou de L2 mais recrutent principalement des BTS.

Dans leur grande majorité, les licences pro en banque-assurance forment au métier de chargé de clientèle particuliers, bien qu’il existe quelque spécialisations comme gestion du patrimoine, middle office ou back office.

L'intitulé le plus courant "assurance, banque, finance" ne laisse pas toujours deviner cette orientation. Un bon moyen pour le savoir : se renseigner sur les établissements bancaires ou d'assurances partenaires de la formation. Celles qui visent davantage l'assurance forment des spécialistes de la gestion des contrats.

La moitié de ces licences pro peut se faire en alternance, l’autre moitié inclut de longues périodes de stage (12 à 16 semaines).

Pour aller plus loin

Témoignage : Un plus en technique et en pratique

 

Nadia Ben Hadj Salem, responsable pédagogique de la licence pro chargé de clientèle en assurance de Nîmes

Cette formation ne nécessitant aucun prérequis, elle peut tout à fait convenir aux étudiants qui n’ont pas suivi le BTS assurance. Ce qui ne veut pas dire qu’elle n’a pas d’intérêt pour ceux qui viennent de ce BTS. Le principal atout pour eux, non négligeable pour leur insertion, c’est de pouvoir engranger de nouvelles périodes de stage. Par ailleurs, l’approche des produits d’assurance est plus technique. Le projet tutoré, qui nécessite la rédaction d’un mémoire, n’est plus un simple rapport de stage, comme en BTS, mais une vraie synthèse de ce qu’ils ont étudié tout au long de l’année. en 2012, la moitié de nos étudiants venaient du BTS assurance.

 

Bâtiment et travaux publics

Illustration BTP

© J.Hardy/PhotoAlto

Une centaine de licences pro dans les domaines du BTP et du génie civil. Les licences les plus nombreuses concernent l’encadrement du chantier, la qualité, la réhabilitation ou encore la construction de routes. D’autres encore permettent d’obtenir une double compétence en économie, commerce ou environnement pour s’orienter par exemple vers les études de prix ou l’écoconstruction. Le profil technico-commercial est particulièrement apprécié.

Pour aller plus loin

 

Biologie et biotechnologies

Un vaste choix dans ce secteur, mais les orientations proposées sont conçues pour répondre à des besoins identifiés sur des créneaux précis.

© Phovoir

Couvrant l’ensemble des applications des biotechnologies, plus de 100 licences professionnelles dispensent une formation ciblée. Déclinées en mentions, parfois en options ou en spécialités, elles peuvent être classées en neuf catégories : agronomie/ agriculture ; bio-informatique/bio statistique ; biotechnologies ; cosmétique ; environnement ; industrie agroalimentaire ; industrie pharmaceutique/ médicament ; qualité/sécurité ; santé/diagnostic.

C’est sous la mention "industries chimiques et pharmaceutiques" qu’il y a le plus grand nombre de formations (plus d’une trentaine). Une dizaine offre des débouchés en cosmétologie ; d’autres ciblent la formulation, le développement du médicament, la microbiologie… Certaines proposent une coloration "recherche" sur le végétal : biotechnologies appliquées aux agro ressources, productions agricoles, ou génétique des plantes. Sous la mention "protection de l’environnement", on trouve également des spécialités autour du traitement et de la qualité de l’eau.

Enfin, quelques licences pro donnent la priorité à la qualité, à la sécurité et à la maîtrise des risques, pour des postes de technicien qualité et contrôle. Un vaste choix donc, mais les orientations proposées sont conçues pour répondre à des besoins identifiés sur des créneaux précis.

Pour aller plus loin

Fiches formation : Les licences pro dans le domaine de la biologie et des biotechnologies

Fiches secteur :

Témoignage : Alternance, les surprises du travail en labo

 

Odile Dumont, co-responsable de la licence pro microbiologie industrielle et biotechnologie au lycée agroalimentaire de St-Genis-Laval

En laboratoire, beaucoup d’étudiants s’attendent à un travail de paillasse avec pipettes, burettes et milieux de culture. Ils sont souvent déroutés quand ils doivent utiliser des appareils comme les fermenteurs ou les chromatographes. D’autre part, ils s’imaginent que les expériences marchent toujours du premier coup, comme dans les séries télé, et sont surpris quand ils n’obtiennent pas le résultat attendu.

Suivre la licence pro en alternance, avec une expérience en entreprise bien plus prononcée, leur permet de découvrir cette réalité du terrain, de s’y confronter plus rapidement, et d’arriver mieux préparés sur le marché de l’emploi.

 

Chimie

Le secteur de la chimie nécessite de nouvelles compétences.

© iStockphoto

Plus de 80 licences professionnelles couvrent tous les domaines d’application de la chimie : agroalimentaire, environnement, cosmétologie, génie industriel, produits de santé et pharmaceutiques, matériaux, risques toxicologiques…

Pour aller plus loin

Fiches formation : Les licences pro dans le domaine de la chimie

Fiche secteur : Industrie chimique et pharmaceutique

Témoignage : La chimie et l’environnement peuvent faire bon ménage !

 

Michel Granier, enseignant en LP protection de l’environnement, spécialité analyse chimique appliquée à l’environnement, Montpellier 2 (34)

Lorsque les étudiants arrivent en licence pro analyse chimique appliquée à l’environnement, ils sont surpris parce qu’il n’y a pas une seule matière en environnement et qu’il y a beaucoup de… chimie ! C’est justement le chimiste qui connaît la toxicité de chacun des polluants : lui seul est capable d’identifier le polluant et ensuite de l’analyser et de déterminer, avec l’aide de biochimistes et de biologistes, quelles vont être les quantités minimales acceptables pour l’humain. Si l’on ne veut pas polluer, il faut être capable de déterminer les quantités maximales qu’il peut y avoir dans une eau, un sol, dans l’air et seul un chimiste avec des méthodes d’analyses physico-chimiques est capable de faire cela.Michel Granier, enseignant en LP protection de l’environnement, spécialité analyse chimique appliquée à l’environnement, Montpellier 2 (34)

 

Culture et patrimoine

secteur culture et patrimoine

© J.Pallé/Onisep

Seule une dizaine de licences pro relèvent du domaine de la culture. La majorité d’entre elles sont plutôt généralistes (activités et techniques de communication, activités culturelles, développement du patrimoine culturel…) et forment des professionnels polyvalents ayant des connaissances dans le secteur.

Les autres sont spécialisées dans le commerce de l’art et des antiquités, le tourisme culturel, la production audiovisuelle ou encore le commerce de produits culturels. Les spécialités sont souvent peu représentées dans l’Hexagone, ce qui augmente la sélectivité. Dans certains cas, comme commerce de l’art et des antiquités ou gestion de production audiovisuelle, seule une université propose la formation. Les places y sont alors d’autant plus chères !

Pour aller plus loin

Fiches formation :

Fiche secteur : Culture et patrimoine

Témoignage : La prime aux expériences

 

Aude martin, responsable de la licence pro management de l’événementiel, université de Lille 1

Dans cette licence pro, nous acceptons des profils très divers, qui viennent aussi bien d’une licence spectacle que d’un Bts audiovisuel, communication ou nrc (négociation et relation client). Ce qui va différencier les candidats, ce sont leurs expériences dans l’événementiel. Et il ne s’agit pas d’avoir participé à l’organisation d’une soirée au sein d’un bureau des élèves ! Cela peut être l’organisation d’un festival au sein d’une association, de l’accueil sur des salons ou des manifestations… Ce sont ces expériences dans le domaine qui vont nous permettre de juger du degré d’implication et de l’intérêt du candidat pour ce secteur. Des éléments auxquels doivent s’ajouter un projet professionnel très structuré et une grande motivation.

 

Electronique

secteur de l'electronique

© Photodisc

Il existe plus de 130 licences dans le domaine de l’EEA (électronique, électrotechnique et automatique). La plupart d’entre elles se préparent en apprentissage. Les débouchés sont quasiment assurés.

Pour aller plus loin

Fiches formation :

Fiche secteur : Electronique

Témoignage : Opérationnels sous tous rapports !

 

Bruno Deresme, responsable du parcours électronique embarquée de la licence pro électronique, informatique et communication embarquées appliquées aux transports à l’IUT de Valenciennes

Les jeunes issus d’un bac + 2 lié à l’électronique, au génie électrique ou à l’informatique devront travailler plus les matières relevant du domaine de l’automobile et des transports. A contrario, ceux qui viennent d’un Bts AVA (après-vente automobile) ou MCI (moteurs à combustion interne) devront acquérir de nouvelles compétences en génie électrique et en informatique.

Les titulaires de cette licence pro sont des cadres intermédiaires qui possèdent une formation de pointe dans le diagnostic, la maintenance et les systèmes embarqués. Ils acquièrent par ailleurs une connaissance de l’entreprise en matière d’organisation et de législation ainsi que la capacité à manager une petite équipe.

Témoignage : Des étudiants bien encadrés

 

Stéphane Douin, responsable de la licence pro d’optronique à Paris Sud - Orsay

Pendant les 3 premiers mois, les étudiants acquièrent des bases en optique ou en électronique en fonction de leur formation antérieure, afin de ne pas arriver démunis en entreprise. Deux projets tutorés sont prévus : un projet professionnel et un projet marketing. Au cours du 2d semestre, les élèves réalisent un projet technique avec rédaction d’un cahier des charges : choix d’un matériel, solutions à mettre en place en vue de la réalisation. C’est durant cette période que nous décelons ceux qui pourront aller plus loin (école d’ingénieurs en alternance de type Polytech Paris-sud, télécom Saint-Étienne…).

 

Energie

secteur de l'energie

© J.Hardy/PhotoAlto

Couvrant l’ensemble des problématiques liées à l’énergie, une centaine de licences pro dispensent une formation ciblée. Une bonne partie d’entre elles investissent les créneaux de l’électricité et de l’électrotechnique. Elles sont nombreuses également dans le génie climatique, plus rares en revanche dans le nucléaire et surtout le pétrole.

À noter les nombreuses applications proposées dans le bâtiment et la construction, et dans la production industrielle. Surtout, la dimension énergétique devient une préoccupation majeure. Certaines LP, uniques, se distinguent en se positionnant sur des aspects pointus.

Pour aller plus loin

Fiches formation : Les licences pro dans le domaine de l'énergie

Fiche secteur : Energie

Témoignage : Uniquement en alternance

 

Jean-Jacques Fabre, responsable de la LP énergies et génie climatique de Valenciennes

Cette licence professionnelle est proposée en alternance. Mais, pour ceux qui n’auraient pas pu signer de contrat de professionnalisation, il est possible de suivre cette formation sous la forme d’un stage entre octobre et juin. L’alternance est dite longue avec en moyenne 2 semaines pédagogiques et 2 semaines en entreprise par mois. C’est pour cela que nos effectifs sont réduits à 13 personnes dans chaque parcours, alors que nous recevons 80 demandes chaque année pour chacun.

Témoignage : Deux séjours à l’international

 

Anne Lenoir, responsable de la LP bâtiments à basse consommation d’énergie de Marne-la-Vallée

Pendant l’année, nous prévoyons deux séjours à l’international : un de 2 jours à Fribourg où existent des écoquartiers, un autre de 5 jours à Londres où l’on visite des bâtiments innovants. L’an dernier, nous avons visité et étudié les bâtiments des JO. On prépare ces voyages à l’avance, ce qui permet d’aborder le vocabulaire spécifique au bâtiment. Le but de ces séjours est d’élargir les connaissances des élèves sur les écoquartiers afin qu’ils puissent ensuite travailler en tant que techniciens sur les
bâtiments innovants dans des bureaux d’études.

 

 

Gestion, comptabilité, management et ressources humaines

Licence_pro_gestion

© Alain Potignon / ONISEP

Plus de 150 licences pro sont proposées dans ce secteur, majoritairement préparées dans des IUT. La moitié peut être suivie en apprentissage.

Sur le créneau des ressources humaines, certaines licences pro sont généralistes, d'autres spécialisées sur une activité spécifique : gestion de la paie, administration du personnel, gestion de la formation. Elles débouchent sur des postes d'assistants ou de collaborateurs.

Dans le domaine de la comptabilité et du contrôle de gestion, pour former des collaborateurs en entreprise ou cabinet, certains programmes de licences ont été conçus avec les représentants de la profession (Ordre des experts comptables et commissaires aux comptes) pour répondre aux besoins importants en recrutement à ce niveau.

Les autres licences pro accessibles sont axées sur le management des entreprises avec une approche plutôt généraliste (comptabilité, finance, juridique, gestion...). Certaines peuvent être spécialisées sur un domaine d'activité : gestion des équipements sportifs ou de loisirs, entreprises du bâtiment, hôtellerie-restauration, entreprises agricoles, structures médico-sociales.

Pour aller plus loin

Témoignage : Objectif emploi

 

Pierre Maunoury, responsable de la licence pro gestion de la paie et du social, Bordeaux 4

Cette formation a été mise en place suite à un appel d’offres de l’Ordre des experts comptables, car ce secteur très porteur correspond à un vrai besoin des entreprises. Nos diplômés trouvent un poste très facilement, et ceux qui ont choisi de se former en alternance sont restés dans leur entreprise d’accueil. La paie est un domaine très complexe, soumis à une législation qui évolue en permanence, avec notamment de nouvelles conventions collectives. De plus en plus d’entreprises sont obligées d’externaliser cette fonction auprès de cabinets comptables qui recrutent en masse. Du coup, tous les étudiants trouvent un poste après l’obtention de leur diplôme.

Témoignage : Une dimension internationale

 

Laure Camaji, responsable de la licence pro gestion des ressources humaines à l’international, IUT de Sceaux (université Paris-Sud)

Nos étudiants acquièrent une ouverture d’esprit qui correspond aux besoins des entreprises : les grands groupes, notamment, recherchent des assistants qui maîtrisent parfaitement deux langues et sont capables de travailler dans différents environnements culturels. La politique des ressources humaines est particulièrement influencée par la culture du pays et par son système juridique. en Finlande, par exemple, les cours sont axés sur les relations commerciales entre les zones russe et scandinave. Mais cette ouverture à l’international reste une coloration ; nous formons avant tout des assistants en ressources humaines.

 

Informatique, internet et télécom

Un secteur qui couvre des spécialités très différentes, de la création numérique aux réseaux et télécoms.

© iStockphoto

Les quelque 70 spécialités de licences pro abordant Internet se rangent sous huit mentions. Une trentaine sont regroupées sous la mention "activités et techniques de communication" (ATC). Elles couvrent les domaines de la création numérique, du webdesign, du webjournalisme… mais aussi de la conception et de l’administration de sites et de la commercialisation en ligne.

Les 2 mentions "systèmes informatiques et logiciels" et "réseaux et télécommunications" présentent des spécialités clairement techniques et s’adressent à des profils informatiques. Ce sont les plus nombreuses ; il en existe une cinquantaine. Elles débouchent sur des postes de développeur d’applications, de concepteur ou de gestionnaire de sites, d’intégrateur ou de webmaster.

Autre mention intéressante : le commerce. Avec, à la clé, une petite dizaine de spécialités essentiellement autour du e-commerce.

Pour aller plus loin

Fiches formation :

Fiche secteur : Informatique, internet et télécom

La licence d’informatique : les bases pour devenir informaticien

Témoignage : Mutualiser les profils

 

Raphaëlle Cimatti, responsable de la licence pro commercialisation des produits en ligne, IUT de Dijon

Les étudiants travaillent sur des cas concrets, en étroite relation avec les entreprises. On leur demande, par exemple, de refaire un site d’entreprise ou de mettre en ligne des produits à partir d’un site vitrine. Au sein des équipes, on mélange les profils commerciaux et techniques. Ils mutualisent ainsi leurs compétences. C’est ce qui fait aussi la force de cette licence professionnelle. C’est une formation qui peut leur sembler difficile au début, car il y a des matières techniques, mais ils prennent vite de l’assurance. À la fin de l’année, je suis toujours très fière d’eux lorsqu’ils présentent leur rapport de stage et que je vois tout ce qu’ils ont accompli.

 

Logistique

logistique

© Didier Gauducheau / ONISEP
 

Le secteur de la logistique vous offre le choix entre une soixantaine de licences pro. La majorité cible la gestion de la chaîne logistique globale, depuis les achats jusqu’à la relation client. Les autres, plus spécialisées, concernent la chaîne du froid, les filières alimentaires, les opérations portuaires, la gestion des stocks.

Pour aller plus loin

 

Marketing, publicité et vente

 

 

 

 

 

Plus de 300 licences pro sur ce secteur dont plus de la moitié autour de la vente de produits et services.

© Phovoir

Il existe plus de 300 licences pro liées au commerce, au marketing et à la publicité. La majorité des recrutés a un BTS et surtout un DUT. Les étudiants qui n’ont pas fait d’études commerciales au préalable peuvent eux aussi décrocher une place dans ces filières sélectives.

Plus de la moitié de l’offre se décline autour de la vente de produits et services (vin, tourisme, sport, mode, télécoms, agroalimentaire ; plus rarement, spectacle vivant, jeux et jouets, forêt…), avec, pour certaines, une orientation internationale.

Un quart des licences pro vise des fonctions spécifiques : marketing, achat, techniques de communication (avec, parfois, une mention publicité), management. Le quart restant concerne des secteurs d’activité comme le commerce en ligne, la grande distribution, l’industrie (postes de technico-commerciaux), la banque et la finance.

Pour aller plus loin

Fiches formation :

Fiches secteur :

Témoignage : Prouver sa motivation

 

Catherine Courbet, responsable pédagogique de la licence pro activités et techniques de communication ATC, à Strasbourg (67)

Nous sélectionnons sur dossier, puis entretien. Dans le dossier, nous sommes attentifs aux résultats des 2 années post-bac et aux remarques des enseignants à propos du comportement. La lettre de motivation nous donne des indications sur le projet professionnel du candidat qui doit justifier son choix de cette licence et expliquer ses affinités avec le secteur.

Un tiers des étudiants est retenu pour l’entretien au cours duquel nous évaluons plus précisément la motivation et la culture publicitaire. Nous regardons si ses activités extrascolaires sont en rapport avec la filière pub (a-t-il créé une affiche ? gère-t-il la communication d’une association ?). Dans un secteur assez difficile d’accès, ce qui prime, c’est la cohérence de la candidature.

 

Mécanique

La mécanique au coeur de l'industrie

© D.Gauducheau/Onisep

Les licences pro proposées dans ce domaine sont nombreuses. Certaines apportent une spécialisation dans une fonction industrielle donnée : conception de produits mécaniques, contrôle et métrologie, outillages, maintenance… D’autres dans un secteur particulier : automobile, plasturgie, aéronautique…

Très en vogue actuellement la mécatronique ou l’ingénierie collaborative. Autre exemple la licence pro mécanique spécialité groupe motopropulseur et son environnement ou encore pour les passionnés d’automobile, séduits par la double compétence, la licence pro maintenance des systèmes pluri techniques spécialité organisation et management des services automobiles. De nombreuses formations en apprentissage sont proposées.

Pour aller plus loin

Fiches formation :

Fiche secteur : Mécanique

Témoignage : Pluridisciplinarité de la mécatronique

 

Sébastien Charles, enseignant-chercheur, licence pro DPEM, IUT de Mantes-la-Jolie (78)

« La licence pro développement de produits, équipements mécatroniques (DPEM) est pluridisciplinaire, bien adaptée aux jeunes qui s’intéressent aux technologies. Mais il faut bien distinguer cette discipline de la robotique. On sait qu’on est dans la mécatronique quand on parle d’intégration. La robotique associe les mêmes technologies à l’intérieur d’un processus, mais elles restent dissociées. Cela veut dire que si, par exemple, on décèle une panne d’origine électronique, on peut agir sur le composant électronique pour le réparer, alors qu’en mécatronique, on ne peut pas dissocier les trois composants intégrés les uns aux autres. La mécatronique se démarque par sa pluridisciplinarité et la maîtrise de la complexité inhérente au processus d’intégration. »

Témoignage : La mécanique est présente dans de nombreux métiers

 

Philippe Lucienne, directeur des bureaux d’études chez Poclain Hydraulics

« Les métiers de la mécanique représentent un secteur très vaste. Pour travailler en bureau d’études, il faut privilégier l’aspect scientifique et technique, savoir en priorité ce qu’est une puissance ou une énergie. En conception, une idée occupe moins de 10 % du temps. Réfléchir, la réaliser, la tracer, la rendre visible mobilise toute une équipe et plus de 90 % du temps ! La licence pro peut compléter les compétences scientifiques qui manquent. Les connaissances de base en thermodynamique doivent être acquises. Souvent, ce sont elles qui pèchent par rapport aux outils informatiques et de DAO. Ce qu’il faut apprécier avant tout, c’est la physique, la maîtrise des procédés. Nous formons ensuite nos jeunes recrues aux produits de l’entreprise. »

 

Social

secteur social

© Banjee/Onisep

On compte une trentaine de licences professionnelles dans ce secteur. Elles concernent le développement social et socioculturel, l’insertion et l’accompagnement social, l’accueil des publics à besoins spécifiques, la gestion des entreprises, l’économie sociale et solidaire… Quelques-unes portent sur l’animation.

A chaque spécialité ses profils de prédilection.

Pour aller plus loin

Témoignage : Premiers pas dans le monde du travail

 

Jérémy, étudiant en licence pro développement local et maîtrise de projets, à Nantes

Lors du projet tutoré, par groupe de quatre ou cinq, nous avons dû répondre à une commande de l’agglomération lyonnaise : étudier une problématique, établir un diagnostic et proposer des solutions au problème initial. Actuellement en stage dans une société spécialisée dans le développement du territoire, j’ai pour mission d’organiser une manifestation de valorisation du commerce de proximité et de l’artisanat au sein de l’agglomération. Je dois ainsi voir ce qui se fait sur d’autres territoires, effectuer des propositions, rencontrer les personnes concernées... Ce stage est l’occasion de mettre en application ce que j’ai pu apprendre en formation théorique. Il est déterminant de le réussir pour pouvoir s’insérer sereinement dans la vie professionnelle.

 

Sport

secteur du sport, du loisir et du tourisme

© Photodisc

Une trentaine de licences pro forment aux métiers de l’animation, à la commercialisation de services sportifs, au tourisme sportif, à la médiation sociale par le sport… Offrant une expertise pointue, elles ouvrent davantage la porte à une future évolution de carrière. Elles sont accessibles après 2 années validées dans la filière STAPS.

Pour aller plus loin

Témoignage : Le sport comme moyen d’insertion

 

Anne-Sophie, étudiante en licence pro développement social et médiation par le sport, à Reims

Alliant sport et médiation sociale, cette licence apporte des solutions sportives à des problématiques d’insertion ou de réinsertion. D’après moi, on ne peut pas encadrer ou proposer une activité si on ne la connaît pas. Cette licence me permet justement d’appréhender des disciplines que j’ignorais jusqu’à présent car je ne comprenais pas quel bénéfice je pouvais en tirer. Par exemple, au 1er semestre, nous avons fait du hip-hop et du basket. Au 2d, nous aurons futsal (activité dérivée du foot, mais en intérieur) et escalade.

Nos séances de pratique entre étudiants visent la découverte de nouvelles activités, le perfectionnement dans d’autres. Nous avons ensuite des mises en situation avec un public venant d’instituts médico-éducatifs ou d’écoles de la deuxième chance (destinées à insérer dans le monde du travail des jeunes sans qualification).

Haut de page

Vient de paraître

Contacter
un conseiller en ligne

http://www.onisep.fr/ezrecommendation/request?productid=news&eventtype=consume&itemtypeid=2&itemid=646750&categorypath=/2/337922/337925/337927/639427/