Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Accueil Choisir mes études Après le bac Principaux domaines d'études Les écoles d'agronomie, mode d'emploi

Sommaire du dossier

Les écoles d'agronomie, mode d'emploi

Écoles d'agronomie : plusieurs voies d'accès

publication : 22 février 2017
Les écoles d'ingénieurs en agronomie en 3 ans d'études après un bac+2 ouvrent leurs portes à différents profils de candidats. Si elles accueillent en majorité des élèves de prépas scientifiques BCPST et TB, elles recrutent aussi des étudiants ayant un premier diplôme d'études supérieures scientifiques (BTS, DUT, licence...).

Ecoles d’agronomies : quelles voies d’accès ?

Agrocampus Ouest, AgroParisTech, AgroSupDijon, Bordeaux Sciences Agro, Ensaia Nancy, INP Toulouse Ensat, Montpellier SupAgro, Oniris Nantes et VetAgro Sup Clermont-Ferrand sont des écoles d'ingénieurs en 3 ans post-bac+2 spécialisées en agronomie (agroalimentaire pour Oniris). À la clé : un titre d'ingénieur conférant le grade de master (bac+5).

Ces écoles d'"agro" recrutent via les concours communs de la banque agro-véto. Elles proposent des entrées en 1re année avec un bac+2 ou +3, et en 2e année avec un bac+4 ou +5. La sélection peut se faire sur diplôme et dossier, ou sur épreuves.

Surtout après des prépas

Ces écoles d'agronomie recrutent les deux tiers de leurs étudiants à l'issue des prépas scientifiques BCPST et TB via le concours voie A commun à toutes les écoles.

En 2017, 950 places sont offertes aux BCPST (issus de bac S), 52 places aux TB (qui accueillent des STL et STAV). Les chances d'admission en école sont de 30 à 40 %.

Des admissions parallèles après un bac + 2, + 3, + 4

Les écoles d'agronomie organisent également des admissions parallèles : par opposition à l'admission principale, procédure qui permet d'intégrer une école (d'ingénieurs, de commerce…) sans passer par une classe préparatoire. admissions parallèles en 1re et 2e années de cycle ingénieur pour des élèves ayant effectué au moins 2 années d'études supérieures scientifiques.

Différents profils de diplômés ont accès à des concours qui leur sont dédiés.

Pour une entrée en 1re année

  • Les étudiants ayant validé une licence ou une licence pro de certaines spécialités ont accès aux concours communs voie B.
  • Les titulaires d'un BTSA, d'un BTS ou d’un DUT de certaines spécialités (passés de préférence par une prépa ATS), ou encore du diplôme de technicien supérieur de la mer (Intechmer/Cnam), ont accès aux concours communs voie C bio (114 places).
  • Les élèves en 2e année d'un DUT de certaines spécialités peuvent se présenter au concours voie C2 (123 places).
  • Les titulaires d'un BTSA, BTS, DUT, d'une licence professionnelle de certaines spécialités, du diplôme de technicien supérieur de la mer (Intechmer/Cnam) ou du brevet de technicien supérieur maritime (BTSM) spécialité pêche et gestion de l'environnement marin peuvent aussi postuler au recrutement par la voie de l'apprentissage (166 places).

Pour connaître les spécialités de diplômes admises à ces différents concours, télécharger le fichier ci-dessous.

 

Pour une entrée en 2e année (à Oniris et VetAgro Sup uniquement) 

  • Les titulaires d'un M1 ou M2 validé ont accès au concours voie D (12 places en 2017). La priorité est donnée aux diplômés en biologie et, dans une moindre mesure, chimie, biochimie, ou encore environnement...
  • Les titulaires d'un un M1 ou M2 validé ont accès au concours voie D (12 places en 2015). Priorité aux diplômés en biologie et, dans une moindre mesure, chimie, biochimie, ou encore environnement...

Des profils complémentaires. "En 1re année, les élèves sortant de BTSA-BTS-DUT ont une longueur d’avance en termes de connaissances métiers car ils ont déjà travaillé sur des études de cas et des réalités de terrain pendant leur stage. Les élèves de prépa ont une approche plus disciplinaire et ont acquis un esprit de synthèse. Les élèves de licence ont développé une autonomie et possèdent de solides acquis scientifiques. Cette multiculture est très intéressante, notamment lors des travaux de groupe. Par exemple, les élèves issus de BTSA productions animales donneront des éléments de compréhension sur des aspects de génétique animale aux élèves de BCPST, qui leur apporteront en contrepartie leurs connaissances en mathématiques, physique et chimie. Le programme de 1re année construit un socle de connaissances commun à tous les élèves dans l'ensemble des composantes, quelle que soit leur filière d'origine. Au final, on n'identifie pas de profil plus en difficulté que d'autres."

Sabine Petit, direction de l'enseignement et de la vie étudiante à AgroSup Dijon

Imprimer

Les publications de l'Onisep

  • métiers
  • Les métiers de l'agriculture et de la forêt, collection Parcours
    Les métiers de l'agriculture et de la forêt
    Les métiers de l'agriculture et de la forêt
    collection Parcours
    parution en septembre 2017
    Un secteur offrant des perspectives professionnelles variées. Dans ce numéro : toutes les filières de formation et les métiers qui y sont liés
* Prix hors frais de port

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels