Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Accueil Choisir mes études

Devenir ingénieur par l'alternance : organisation et rythme des études

Publication : 16 octobre 2018
Acquérir de l'expérience en entreprise tout en préparant son diplôme d'ingénieur : c'est ce que proposent plus de 200 formations d'ingénieurs en apprentissage. Une formule qui séduit les étudiants comme les employeurs, mais suppose une grande motivation.

L’apprentissage en école d’ingénieurs

On recense plus de 200 formations d'ingénieurs en apprentissage, pour la plupart spécialisées dans un domaine (mécanique, électronique, informatique, BTP, etc.), mais pour quelques-unes aussi à vocation généraliste. Ces filières répondent aux critères de qualité établis pour tous les cursus ingénieurs par la CTI (Commission des titres d'ingénieur) : sélection des élèves/apprentis ; enseignements poussés en sciences, mais aussi en communication, gestion et langues, etc. La distinction avec les formations sous statut étudiant se fait davantage sur les modalités d'acquisition que sur les contenus.

Où suivre un cursus ingénieur en apprentissage ?

De nouvelles filières par l'apprentissage sont créées chaque année, sachant que certaines écoles délivrent plusieurs diplômes dans des spécialités différentes. Selon les cas, la formation est dispensée dans des écoles essentiellement tournées vers l'apprentissage ou dans des écoles classiques qui proposent aussi des formations à temps plein.

Les écoles orientées apprentissage. C'est le cas notamment de l'EI Cesi. Cet établissement accueille plus de 3000 apprentis ingénieurs sur une vingtaine de sites à travers la France, et prépare à un diplôme d'ingénieur généraliste et à deux diplômes spécialisés (BTP et systèmes électriques et électroniques embarqués).

Les écoles classiques. Les trois quarts des écoles d'ingénieurs classiques proposent aujourd'hui des formations par l'apprentissage. La plupart s'appuient sur des partenariats avec des établissements spécialisés dans l'enseignement par alternance, notamment les ITII ou des CFA (centres de formation d'apprentis). Cinq écoles d'ingénieurs de la région parisienne sont ainsi associées au CFA ingénieurs 2000. Le CFA organise le recrutement des élèves apprentis, mais les cours sont ensuite dispensés dans chacune des écoles et le diplôme délivré porte d'abord le nom de celle-ci (par exemple diplôme d'ingénieur de l'ESTP, spécialité énergétique de la construction durable, en partenariat avec le CFA Ingénieurs 2000). 

Quelques écoles, comme l' Esigelec à Rouen ou Centrale Nantes, ont ouvert des filières par l'apprentissage qui conduisent au même diplôme généraliste que celui préparé par la voie classique à temps plein.

Comment se passe la formation d'ingénieurs en alternance ?

Comme elle facilite l'insertion et est avantageuse financièrement (études prises en charge et rémunérées), la formule de l'alternance séduit de plus en plus d'étudiants. Mais attention, le recrutement est sélectif et la formation exigeante.

Le rythme d'alternance varie d'une filière à l'autre. En général, les périodes s'allongent au fur et à mesure du cursus : au début, les apprentis ont 1 mois de cours, puis 1 mois en entreprise, puis 2 mois de part et d'autre, puis 3 mois/3 mois. En dernière année, certaines écoles proposent 6 mois de cours, puis 6 mois en entreprise pour la réalisation du projet de fin d'études.

Si les apprentis ont en moyenne 15 % d'heures de cours en moins que les élèves en formation classique, ils ont le même programme à assimiler. Les enseignements s’appuient sur les cas concrets vus par les élèves en entreprise. À l’EI Cesi par exemple, la formation en alternance privilégie les travaux en petits groupes plutôt que les séances en amphi. Les évaluations y prennent la forme de devoirs sur table, mais surtout de projets menés en équipes d’apprentis. 

Tout au long du cursus, l'apprenti bénéficie d'un double encadrement : un maître d'apprentissage au sein de son entreprise et un tuteur pédagogique dans son école.

Les formations en apprentissage comprennent aussi un séjour à l'étranger, obligatoire ou très fortement recommandé, qui peut se dérouler soit sous forme de séjour linguistique avant le début du contrat, soit sous forme de stage dans une filiale à l'étranger de son entreprise d'accueil ou dans une autre entreprise.

Et après, quelle insertion ?

Les apprentis ingénieurs arrivent sur le marché du travail avec une expérience professionnelle d'au moins 18 mois qui leur a permis d'exercer des responsabilités. Une ligne sur le CV qui fait mouche auprès des employeurs. L'insertion des ex-apprentis est donc très rapide. Beaucoup n'ont même pas à rechercher un emploi, puisque leur entreprise d'accueil leur fait une proposition d'embauche. Selon la CGE (Conférence des grandes écoles), près de 40 % des apprentis des dernières promotions ont été recrutés ainsi.

Certes, les diplômés passés par l'apprentissage ne rejoignent pas le secteur de la finance ou les grands cabinets d'audit comme certains de leurs camarades passés par les écoles classiques les plus renommées. Ils travaillent plus généralement dans des entreprises industrielles, des bureaux d'études ou des sociétés de services. Cependant, ils ont accès à toutes les fonctions, depuis la R & D (recherche et développement) jusqu'à la maintenance ou passant par l'organisation de la production ou le technico-commercial. Par ailleurs, ils accèdent plus rapidement à un poste à responsabilité.

Imprimer

Les publications de l'Onisep

Les écoles d'ingénieurs, collection Dossiers
Les écoles d'ingénieurs
* Prix hors frais de port

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels