Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Les écoles d'ingénieurs internes aux universités

Publication : 23 septembre 2019
Plus d'un quart des écoles d'ingénieurs sont rattachées à une université et rassemblent environ 18 % des élèves ingénieurs. Parfois moins connues, ces formations ont des atouts à faire valoir : diversité des profils admis, proximité avec la recherche, spécialisations appréciées des entreprises... Explications.

Ecole d'ingénieur universitaire

La formation d'ingénieur a longtemps été dispensée seulement dans des écoles extérieures aux universités. Depuis quelques dizaines d'années cependant, ces dernières ont développé des filières conduisant à des diplômes reconnus par la CTI (Commission des titres d'ingénieur).

Un recrutement diversifié

La moitié des écoles universitaires recrutent directement après le bac, pour 5 ans d'études. Les autres sont accessibles avec un niveau bac + 2. La sélection à l'entrée s'opère soit sur examen du dossier et entretien, soit sur épreuves écrites et/ou orales, souvent communes à plusieurs établissements.

Après le bac. Si les bacheliers S sont majoritaires, les écoles d'ingénieurs universitaires admettent aussi les bacheliers STI2D et STL. Un concours commun (concours Geipi Polytech) à 16 écoles a été mis en place spécialement à l'attention de ces derniers. Parmi ces 16 écoles, 10 sont membres du réseau Polytech, qui regroupe 15 écoles universitaires. Une fois admis, selon les établissements, les élèves suivent le cycle préparatoire avec des cours adaptés ou sont accueillis dans un IUT partenaire pour préparer un DUT tout en bénéficiant d'un tutorat. À l'issue des 2 ans, ils rejoignent le cycle ingénieur.

Après un bac + 2. Les profils admis à ce niveau sont plus diversifiés que dans les autres établissements. Les élèves de prépa représentent environ un quart des inscrits (contre 38 % dans l'ensemble des écoles). À l'inverse, les titulaires de DUT ou de BTS sont accueillis plus largement, tout comme les diplômés de licence ou de master. 

Pas ou peu de droits de scolarité

Comme dans les autres écoles d'ingénieurs publiques de l'Enseignement supérieur, les droits de scolarité s'élèvent, en 2019-2020, à 601 euros, auxquels il convient d'ajouter la contribution vie étudiante et de campus de 91 euros, qui remplace depuis 2018 la cotisation de Sécurité sociale. Par ailleurs, les étudiants boursiers sont exonérés des frais de scolarité. Ceux-ci sont d'ailleurs majoritaires dans les écoles universitaires.

La carte d'étudiant délivrée aux élèves leur permet de profiter de toutes les infrastructures du campus sur lequel ils sont accueillis : équipements sportifs, restaurant universitaire, bibliothèque, etc.

L'atout recherche

Loin des grands amphis bondés, la majorité des enseignements se fait en classes à effectifs réduits, en TD (travaux dirigés) et TP (travaux pratiques). Les conditions d’études sont donc favorables, d’autant que les écoles internes ne manquent pas de professeurs permanents. 

De par leur statut, les enseignants sont également chercheurs. Les étudiants bénéficient donc d'une formation à la pointe et peuvent être associés aux travaux des laboratoires partenaires. Ceux qui sont intéressés par la voie de la recherche trouveront facilement à faire des stages dans l'un de ces laboratoires.

Jeunes pour la plupart, les écoles internes aux universités jouissent d'une notoriété moins forte que les grandes écoles du type Centrale-Supélec, Mines Paristech ou Ponts. Cependant, souvent positionnées sur des créneaux d'activité précis (par exemple, l'ingénierie marine à SeaTech Toulon La Garde, l'énergétique à l'ENSGTI Pau, etc.), elles disposent d'une bonne reconnaissance auprès des professionnels de leur domaine. Ouverte à la rentrée 2019, l'EiSINe délivre des diplômes d’ingénieur dans le domaine de la transition industrielle et numérique à Reims et Charleville-Mézières.

 

Carte d'identité des écoles d'ingénieurs universitaires

Nombre : plus de soixante-dix.

Statut : public rattaché à une université, tandis que les autres écoles publiques sont directement sous tutelle d'un ministère (Enseignement supérieur et Recherche, Agriculture, etc.).

Date de naissance : au début des années 1970 pour les plus anciennes.

Implantations : sur tout le territoire et jusqu'à La Réunion.

Nombre d'élèves inscrits : plus de 30000.

Proportion de filles : 31 %.

Spécialités : agroalimentaire, biotechnologies, informatique, mécanique... les écoles universitaires proposent une large palette de spécialisations.

Modalités de formation : à temps plein ou par apprentissage.

Vient de paraître