Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Accueil Choisir mes études Après le bac Principaux domaines d'études

Les écoles de police

publication : 20 octobre 2016
Entrer dans une école police équivaut à une incorporation : l'élève s'engage à rester au service de l'État au moins 4 ans à compter de sa titularisation. Encore faut-il franchir la barrière des concours de plus en plus sélectifs.

Les écoles de police (2)

Les critères d'admission en école de police

L'accès en école de police se fait généralement sur concours de recrutement (externes et internes) nationaux ou déconcentrés en outre-mer, ou sur test et dossier. Les futurs fonctionnaires de police sont recrutés de 17 à 35 ans selon les concours et à différents niveaux de formation.

ezembed

Outre ces conditions d'âge et de diplômes, il faut satisfaire aux critères généraux de recrutement : être de nationalité française, avoir une bonne acuité visuelle, une bonne condition physique, avoir accompli la Journée défense et citoyenneté et, bien-sûr, avoir un casier judiciaire vierge. Il faut aussi posséder le permis de conduire au moment de sa titularisation.

Quelles épreuves aux concours ?

Les concours comportent des épreuves évaluant les connaissances scolaires ou universitaires du candidat : expression française, culture générale, droit pour les concours d'officier et de commissaire, sciences ou techniques pour les concours de la police technique et scientifique.De plus, divers tests et épreuves d'exercices physiques ont pour but de vérifier si le profil du candidat est adapté à l'exercice du métier visé : parcours d'habileté motrice, test d'endurance cardio-respiratoire, tests psychotechniques permettant d'évaluer le profil psychologique, épreuve de gestion du stress, mise en situation à partir d'un cas pratique. Sans oublier l'entretien de motivation avec le jury.Pour le détail des épreuves, consulter le site officiel de la Police nationale.En 2015, 1522 candidats ont été admis aux concours externes, dont 1463 gardiens de la paix (1024 affectés en Ile-de-France), 33 officiers de police et 26 commissaires.

Se préparer aux concoursL’ENSP (École nationale supérieure de police) propose des CPI (classes préparatoires intégrées) aux concours d’officier (à Cannes-Écluse) et de commissaire (à Saint-Cyr-au-Mont-d’Or). Vingt places sont offertes à des étudiants méritants sous conditions de ressources familiales. L'accès est sélectif, sur test.Les IPAG (instituts de préparation à l’administration générale), rattachés aux universités, et les CPAG (centres de préparation à l’administration générale), rattachés aux instituts d’études politiques, organisent des préparations aux concours, dont ceux de la police nationale et de la gendarmerie nationale. Accès sélectif.Les instituts d’études judiciaires rattachés aux universités préparent les étudiants inscrits en master 2 de droit, aux concours de l’École nationale supérieure de police. Accès sélectif.

Différentes écoles de police

ezembed

Les lauréats du concours suivent une formation de 1 à 2 ans, qui alterne des périodes en écoles et en service actif.Le cadet de la république bénéficie d'une formation alternée de 12 mois (lycée professionnel, école de police et stage pratique). L'adjoint de sécurité signe un contrat de 3 ans et bénéficie de 14 semaines de formation en école de police, en alternance.Les futurs gardiens de la paix sont formés dans l'une des 15 ENP (écoles nationales de police) dont 11 en métropole, pendant 12 mois en alternance.Les techniciens et ingénieurs de police technique et scientifique suivent 10 semaines de formation à l' ENP de Nîmes et plusieurs modules de formation à l'INPS (Institut national de la police scientifique) d'Écully.Les officiers suivent une formation en ENSP (École nationale supérieure de police) à Cannes-Écluse pendant 18 mois en alternance.Quant aux commissaires de police, ils suivent une formation en alternance de 2 ans à l' ENSP de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or.Durant l'intégralité ou une partie de leur formation, les élèves des écoles de police ont le titre de fonctionnaire stagiaire. Pour tous, l'affectation à l'issue de la formation est fonction de son rang de classement et des postes proposés par l'administration.Aucune de ces formations n'exige de frais d'inscription. Les élèves sont même rémunérés au cours de leur cursus : 1351 euros net / mois pour un gardien de la paix, 1303 euros pour un élève-officier et 1434 euros pour un élève-commissaire.

Se former, c'est s'engager

Une fois titulaires, les jeunes recrues s'engagent à exercer un certain nombre d'années : 4 ans de service au minimum pour un gardien de la paix, 5 ans pour un officier, 7 ans pour commissaire de police, jusqu'à 8 ans pour un ingénieur de police technique et scientifique.Après leur formation, les gardiens de la paix choisissent un poste en fonction de leur classement, mais la mobilité régionale n'est autorisée qu'après 5 ans (8 ans pour l'Ile-de-France) d'exercice en tant que titulaire.

L'élève qui met fin à sa scolarité plus de 3 mois après son incorporation, ou le titulaire qui rompt son engagement doit reverser une somme forfaitaire au Trésor public.

Passerelles entre les formations

A la fin de sa scolarité, le cadet de la République peut se présenter à un concours spécifique de gardien de la paix et poursuivre son contrat en qualité d'adjoint de sécurité.L'adjoint de sécurité signe un contrat de 3 ans renouvelable et peut passer un concours spécifique de gardien de la paix après un an d'exercice.

Imprimer

Les publications de l'Onisep

  • métiers
  • Les métiers de la défense, collection Parcours
    Les métiers de la défense
    Les métiers de la défense
    collection Parcours
    parution en janvier 2016
    Armée de terre, marine nationale, armée de l'air... un numéro pour bien s'informer sur les métiers, les formations et les recrutements
* Prix hors frais de port

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels

Accueil Toute l'actu nationale

monorientationenligne.fr