Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Accueil Choisir mes études Après le bac Principaux domaines d'études Les licences d'art

Sommaire du dossier

Les licences d'art

La licence musicologie

Publication : 22 janvier 2018
L’université ne forme pas des artistes. Elle propose dès la licence des parcours d’études préparant aux métiers de l’enseignement et à l’administration et la gestion de la musique.

Musicologie

Quel accès ?

En L1 (admission via la procédure Parcoursup) : si les bacheliers de toute série peuvent s’inscrire en L1, une pratique musicale, même en amateur, est attendue. Les titulaires du bac L sont majoritaires dans cette mention. Certaines universités proposent des cursus en partenariat avec des conservatoires, axés sur une pratique musicale intensive. L’admission se déroule alors sur audition, tests de solfège et entretien.

En L2 ou L3 (admission sur dossier) : les étudiants ayant déjà effectué deux années d’études supérieures, notamment une classe prépa littéraire.

Les attendus

Pour chaque mention de licence, une liste des connaissances et des compétences nécessaires pour réussir dans la filière a été établie, ce sont les attendus.

Ils permettent au futur étudiant de connaître le contenu et les exigences de la formation afin de formuler des vœux éclairés sur Parcoursup, la plateforme d’admission dans l’enseignement supérieur.

Pour connaître les attendus de cette mention : Fiche formation licence musicologie.

Au programme

Les enseignements théoriques portent sur l’histoire de la musique (courants, styles, musiciens), l’esthétisme et l’analyse musicale (déchiffrage de partition, étude de la composition d’une œuvre, de ses mouvements). Sont également étudiées les musiques du monde et le lien entre musique et sociétés (ethnomusicologie) et les institutions musicales. Les étudiants sont formés à l’écoute musicale, à l’écriture (harmonie, contrepoint, composition), ainsi qu’à la pratique instrumentale et chorale (piano, chant). Cette pratique peut être intensive lorsque l’université a un partenariat avec un conservatoire de musique.

Des parcours de spécialisation sont proposés en L3, à choisir en fonction de son projet professionnel : enseignement ; jazz et cultures musicales ; musique et arts du spectacle ; musique et technologie numérique ; musicien interprète, par exemple, en fonction des universités.

Et après ?

Avec une L2 validée, possibilité de continuer en licence professionnelle (accès sur dossier et entretien). Les licences professionnelles pour les étudiants en musicologie préparent à la gestion de projets culturels, à l’administration de spectacle en lien avec la musique.

Autre possibilité : préparer en 2 ans le DUMI (diplôme universitaire de musicien intervenant) dans l’un des centres de formations. L’accès est sélectif (priorité aux musiciens confirmés). Ce diplôme permet de concevoir des actions d’éducation musicale avec les enseignants de primaire.

Avec une licence validée (L3), le diplômé peut poursuivre ses études en master (2 ans). Il peut opter pour un master MEEF (métiers de l’enseignement, de l'éducation et de la formation) en vue de préparer le CAPES d’éducation musicale et chant choral, ou pour un master musique afin de préparer l’agrégation d’éducation musicale. Les postes aux concours de recrutement  des professeurs de collèges et lycées sont peu nombreux. On trouve des masters avec des parcours en composition musicale, en production, diffusion ou administration des spectacles.

Imprimer

Les publications de l'Onisep

* Prix hors frais de port

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels