Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Accueil Choisir mes études Après le bac Principaux domaines d'études Les licences de lettres et de langues

Sommaire du dossier

Les licences de lettres et de langues

La licence LEA

Langues étrangères appliquées

Publication : 4 mai 2018
Destinée aux polyglottes désireux d’utiliser les langues étrangères en contexte professionnel, cette licence ouvre à une grande variété de formations (master, école spécialisée) dans divers secteurs : traduction, tourisme, commerce international, logistique, etc. À condition de construire son parcours dès la licence.

LEA

Quel accès ?

En L1 (admission via la procédure Parcoursup) : les bacheliers généraux, notamment L et ES, maîtrisant deux langues vivantes étrangères (niveau B2 généralement pour chacune).

En L2 ou L3 (admission sur dossier) : les étudiants ayant déjà effectué deux années d’études supérieures, notamment une classe prépa littéraire, ayant conservé l’étude de deux langues.

À noter : certaines universités proposent sur leur site internet des tests de langues en ligne permettant aux lycéens d'évaluer leur niveau en langues.

Les attendus

Pour chaque mention de licence, une liste des connaissances et des compétences nécessaires pour réussir dans la filière a été établie, ce sont les attendus.

Ils permettent au futur étudiant de connaître le contenu et les exigences de la formation afin de formuler des vœux éclairés sur Parcoursup, la plateforme d’admission dans l’enseignement supérieur.

Pour connaître les attendus de cette mention : Fiche formation licence LEA.

Licence LEA : quelles langues ? L'anglais est souvent choisi comme première langue du binôme, de nombreuses universités n'offrant que cette possibilité. Pour la seconde langue, l'espagnol, l'allemand, le portugais et l'italien sont proposés presque partout. Le chinois, le japonais, le russe, le suédois, le polonais ou encore l'arabe peuvent l’être dans certaines universités.

Au programme

La filière LEA repose sur l'étude approfondie de deux langues étrangères, en plus du français. Il est parfois possible d’étudier une 3eme langue, en tant que débutant.

En L1 et L2, la formation repose sur des cours de grammaire, la pratique de chaque langue à l'écrit (synthèse de documents économiques ou juridiques, rédaction d'accords commerciaux...), ainsi que la compréhension et l'expression orales, avec des exercices en laboratoire de langues et des mises en situation. S'y ajoutent diverses matières d'application : économie, droit, commerce, etc., utilisées dans le monde de l’entreprise.

En L3, tous les étudiants doivent effectuer un stage de 2 mois au moins. L'occasion pour chacun de prendre contact avec le monde du travail, de découvrir le fonctionnement d'une entreprise et de ses différents services. Ce stage l'objet d'un rapport en 3 parties (présentation de l'organisme, détail des activités menées et analyse de ces activités) et d'une soutenance.

Des parcours de spécialisation sont proposés dès la L2 ou en L3, à choisir en fonction de son projet professionnel : traduction spécialisée (avec l’acquisition de la culture permettant de traduire des documents techniques, et l'utilisation des techniques de traitement de l'information, des dictionnaires électroniques et des bases terminologiques) ; commerce (avec des enseignements de comptabilité, marketing, droit du commerce international, économie, analyse financière ou géopolitique) ; tourisme (avec des cours axés sur l'économie et la géographie du tourisme, ainsi que sur les enjeux économiques et le marketing des territoires).

Certaines universités proposent des parcours pluridisciplinaires ou doubles cursus associant les langues à d’autres disciplines, le droit et l’économie notamment.

Et après ?

Avec une L2 validée, possibilité de continuer en licence professionnelle (accès sur dossier et entretien). Les licences professionnelles pour les étudiants en langues débouchent sur les métiers de la rédaction technique ou du journalisme, de l’import-export, du tourisme culturel, ou encore de la logistique internationale.

Avec une licence validée (L3), le diplômé peut poursuivre ses études en master (2 ans) en fonction de son projet. Quelques exemples de masters : communication multilingue ; interprétariat ; traduction ; relations internationales ; MEEF (métiers de l’enseignement, de l'éducation et de la formation).

Le diplômé peut aussi rejoindre une école spécialisée dans la traduction et l'interprétation, une école de commerce ou un IEP (institut d'études politiques). L’accès y est sélectif.

Licence langues : quel parcours pour devenir enseignant ?

En fonction du master MEEF et du concours envisagés, il est judicieux de choisir certains parcours. Le parcours sciences-langues, par exemple, est intéressant pour ceux qui se destinent au CRPE (concours de recrutement de professeur des écoles). Celui-ci comporte des épreuves de mathématiques et de français (mais aussi de sciences de la vie, si cette option est choisie au concours). Dans le même esprit, un parcours lettres-langues est intéressant pour ceux qui envisagent de passer le CAPLP en vue d’enseigner ces deux disciplines en lycée professionnel. À noter que pour les concours du CAPES et de l’agrégation, une seule langue de spécialité est demandée. Des connaissances en littérature et civilisations telles qu’enseignées en licence LLCER sont évaluées lors des épreuves.

Imprimer

Les publications de l'Onisep

Université, bien choisir sa licence, collection Dossiers
Université, bien choisir sa licence
Bac L, quelles poursuites d'études ?, collection Infosup
Bac L, quelles poursuites d'études ?
Les métiers des langues et de l'international , collection Parcours
Les métiers des langues et de l'international
* Prix hors frais de port

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels

Mon orientation en ligne