Sommaire du dossier

Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Les licences de sciences humaines et sociales

La licence histoire

Publication : 22 janvier 2018
Réservée aux passionnés d’histoire, cette licence prépare essentiellement aux métiers de l’enseignement. Les étudiants peuvent envisager d’autres secteurs professionnels. À condition de construire son parcours dès la licence.

Histoire

Quel accès ?

En L1 (admission via la procédure Parcoursup) : les bacheliers généraux, notamment L et ES qui sont majoritaires en L1 (1re année de licence).

En L2 ou L3 (admission sur dossier) : les étudiants ayant déjà effectué deux années d’études supérieures, notamment une classe prépa littéraire.

Les attendus

Pour chaque mention de licence, une liste des connaissances et des compétences nécessaires pour réussir dans la filière a été établie, ce sont les attendus.

Ils permettent au futur étudiant de connaître le contenu et les exigences de la formation afin de formuler des vœux éclairés sur Parcoursup, la plateforme d’admission dans l’enseignement supérieur.

Pour connaître les attendus de cette mention : Fiche formation licence histoire.

Au programme

Quatre grandes périodes sont étudiées sous les angles politique, social, culturel et religieux : l’époque ancienne (mondes romain et grec, parfois Égypte ancienne…) ; l’histoire médiévale (Occident, Byzance, Islam) ; l’histoire moderne, du XVIe au XVIIIe siècle ; la période contemporaine (du XIXe siècle à nos jours). L’étude de ces périodes est associée à l’apprentissage de nouvelles méthodes de travail : analyses et commentaires de documents historiques (textuels, archéologiques, statistiques, etc.), dissertation. Selon l’université, des matières d’ouverture sont introduites : archéologie, histoire de l’art, paléographie (étude des textes anciens), langue ancienne ou sociologie.

Des parcours de spécialisation sont proposés en L3 à choisir en fonction de son projet professionnel : enseignement ; documentation ; journalisme-communication ; métiers du livre ; administration (pour se préparer aux concours administratifs) ; histoire de l’art et/ou patrimoine (pour ceux qui  visent le secteur culturel), par exemple.

Les doubles cursus

Certaines universités proposent des doubles cursus associant l’histoire aux sciences politiques, aux langues ou à l’histoire de l’art.

Et après ?

Avec une L2 validée, possibilité de continuer en licence professionnelle (accès sur dossier et entretien). Les licences professionnelles pour les étudiants en histoire débouchent sur les métiers de l’information et de la communication, de la protection et de la valorisation du patrimoine historique et culturel ou de l’édition.

Avec une licence validée (L3), le diplômé peut préparer les concours de la fonction publique : bibliothécaire, assistant de conservation du patrimoine, chargé d'études documentaires, secrétaire de mairie, etc.

Il peut poursuivre ses études en master (2 ans) en fonction de son projet. Quelques exemples de masters : MEEF (métiers de l’enseignement, de l'éducation et de la formation) ; métiers de la documentation ; métiers de la culture (patrimoine, tourisme culturel) ; métiers du journalisme ou de la communication ; master orienté vers la recherche afin de poursuivre en doctorat (3 ans).

Le diplômé peut aussi rejoindre les écoles de journalisme, de communication ou les IEP (instituts d'études politiques). L ’accès y est sélectif.

 

Licence histoire : quel parcours pour devenir enseignant ?

En fonction du master MEEF et du concours envisagés, il est judicieux de choisir certains parcours : le parcours géographie-histoire, par exemple, pour ceux qui se destinent au CAPES, ces deux disciplines étant enseignées conjointement  au collège et au lycée ; le parcours histoire-géographie-lettres, pour ceux qui envisagent de passer le CAPLP, ces disciplines étant enseignées par le même professeur en lycée professionnel ; un parcours pluridisciplinaire dans l’optique du CRPE (concours de recrutement de professeur des écoles) qui comporte des épreuves en histoire-géographie et en français.

 

Vient de paraître