Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Sommaire du dossier

Dossier spécial bac : les épreuves, les résultats, le rattrapage...

Rattrapage du bac : les clés pour réussir

publication : 15 mai 2017
Vous faites partie des candidats admis à passer le rattrapage du bac. Vous ne savez pas quelles matières choisir ni comment aborder ces épreuves orales ? Des professeurs de lycée des filières générale et technologique vous délivrent quelques conseils pour arriver fin prêt le jour J.

Rattrapage du bac - les clés pour réussir

Comment choisir les matières à repasser ?

Que vous soyez candidat au bac général ou au bac technologique, vous allez devoir choisir deux matières sur lesquelles vous allez être interrogé à l'oral. Deux stratégies sont alors possibles : soit miser sur les matières dans lesquelles les notes sont les plus faibles, soit opter pour celles qui ont les coefficients les plus élevés. Cas de figure le plus simple : avoir eu les résultats les plus bas dans les matières à plus forts coefficients.

Lionel Croissant, professeur de mathématiques en Tle STI2D, préconise la première stratégie : "En prenant les matières dans lesquelles il a eu des difficultés, l'élève montre au jury qu'il a pris conscience de ses lacunes ou de ses points faibles et qu'il est déterminé à s'améliorer." Un avis que partage Philippe Depresle, professeur de mathématiques en Tle S : "Il est plus simple de gagner des points à l'oral quand on a eu 3 ou 4 dans une matière. En revanche, quand les mauvaises notes sont des 8 ou des 9, c'est plus compliqué de remonter. Dans ce cas-là, l'élève doit choisir le cours qu'il connaît le mieux."

Comment surmonter l'échec ?

À peine les résultats de la première série d'épreuves sont-ils connus que le rattrapage démarre. Vous n'avez qu'1 ou 2 jours pour vous préparer. Inutile d'espérer revoir tout le programme en ce court laps de temps.

La première étape consiste à se motiver. "Il faut d'abord surmonter la déception. Il ne servira à rien de pleurer toute la journée sur son échec", explique Philippe Depresle. "C'est le moment de faire le point, de se demander pourquoi on a eu des difficultés. C'est aussi l'occasion d'aborder les matières dans lesquelles on a échoué d'une autre façon, non plus dans un contexte de classe, et de se dire que cela peut être bénéfique", ajoute Lionel Croissant.

Mais les deux enseignants sont unanimes : mieux vaut anticiper l'échec pour disposer de plus de temps de préparation. "Pendant l'année, une fois qu'ils ont passé leur bac blanc, je demande à mes élèves d'estimer leurs notes afin qu'ils voient le décalage qui existe entre ce qu'ils imaginent et ce qu'ils obtiennent. Au moment du bac, ils doivent être ainsi capables de savoir s'ils risquent ou non d'aller au rattrapage sans avoir besoin d'attendre la publication des résultats. Ils peuvent aussi se servir des corrigés donnés à la fin de toutes les épreuves pour s'évaluer", indique Philippe Depresle.

Quelles méthodes pour se préparer ?

La vidéo constitue un outil efficace pour affronter l'oral estime Lionel Croissant : "L'élève prépare par exemple des questions ciblant les grands thèmes du programme, en tire une au hasard et se filme pendant sa présentation. Le visionnage peut l'aider ensuite à améliorer sa démonstration, son langage et son attitude."

Autre élément clé : ne pas rester seul. "Il ne faut pas hésiter à contacter ses professeurs, à solliciter les camarades qui sont bons dans les matières concernées, voire à réviser à deux ou trois", souligne Philippe Depresle.

Outre une bonne alimentation et une dose de sommeil suffisante, Lionel Croissant préconise aussi de "travailler par petites tranches de 2 heures pas plus. Se lever régulièrement, bouger, s'aérer l'esprit, cela permet de mieux mémoriser les choses. La veille, l'élève doit se donner un temps pour ne rien faire et ne plus étudier au moins la dernière soirée."

Que faire le jour J ?

"L'oral de rattrapage n'est pas un examen classique. L'enseignant ne cherche pas à piéger le candidat. Il est là pour le guider", explique Lionel Croissant. Philippe Depresle complète : "Un élève qui a eu entre 8 et 10 n'a pas complètement raté. Le rattrapage permet notamment de vérifier que le candidat a seulement fait une erreur sur un sujet aux écrits mais qu'il connaît ses cours par ailleurs."

L'attitude du lycéen est aussi appréciée par le jury à l'oral. "L'aisance compte beaucoup, estime Lionel Croissant. Il faut montrer sa motivation, son envie, défendre sa personnalité et les éventuelles faiblesses passeront mieux." Les connaissances ne sont pas oubliées pour autant. "Le candidat doit avoir un minimum de bases dans la matière évaluée à l'oral", conclut Philippe Depresle.

Tenue correcte et politesse sont également de rigueur ce jour-là. À vous de jouer !

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels