Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Accueil Choisir mes études Au lycée, au CFA Au lycée général et technologique

L’informatique au lycée : cap sur plusieurs spécialités

publication : 24 février 2014
Devenue incontournable dans la vie privée comme dans la sphère professionnelle, l’informatique a désormais sa place au lycée. Dans les séries S, STI2D et STMG, les élèves peuvent aller plus loin dans la découverte de cette discipline en choisissant une spécialité consacrée au numérique en 1re ou en terminale. Tour d’horizon de ces enseignements permettant tester sa motivation avant de s’engager dans des études supérieures dédiées.

Informatique lycée

En bac S : spécialité informatique et sciences du numérique (ISN)

Vous êtes en série scientifique, vous avez envie de comprendre ce qui se passe dans votre smartphone ou votre ordinateur, notamment comment les informations sont codées et transmises ? Geek ou non, pourquoi ne pas opter pour la spécialité ISN ? Elle vous permettra de faire connaissance avec la science informatique et d’éprouver ainsi votre goût pour la discipline avant d’intégrer, par exemple, une école d’ingénieurs ou une licence d’informatique.

Organisation : 2 h hebdomadaires en terminale S.

Programme : La spécialité ISN s’intéresse à la science informatique et à la représentation de l’information numérique. Initiation aux algorithmes, aux langages de programmation et architectures informatiques pour comprendre les usages (Internet, réseaux sociaux…), les créations (objets numériques, représentations 3D…), les applications (logiciels) et les enjeux de sécurité, confidentialité et protection de la personne. Après une partie de cours magistral, les élèves passent aux travaux pratiques sur les postes informatiques. A partir d’une consigne générale et d’une liste de tâches, ils doivent par exemple compléter ou créer un programme. 

Évaluation : L’évaluation au bac repose sur la soutenance d’un projet réalisé la 2de partie de l’année, par groupe de 2 ou 3.

Débouchés : Accès aux mêmes cursus du supérieur que les bacheliers S des autres spécialités. Avoir suivi la spécialité ISN constitue un avantage pour les candidatures aux filières sélectives dédiées à l’informatique : DUT informatique, écoles d’ingénieurs, écoles spécialisées en informatique…

Témoignage : le mode projet formateur pour les études supérieures

"En spécialité ISN, les cours reposent essentiellement sur les projets menés par les élèves. Ils peuvent réaliser des programmes, pour créer, par exemple, un jeu de Master mind. Ils découvrent ainsi les notions par eux-mêmes et sont autonomes dans leur travail. C’est l’un des rares cours où ils travaillent en groupe et sont autorisés à discuter entre eux et à s’entraider, ce qui leur plaît souvent beaucoup. Ils ont également du travail personnel à fournir : apprendre des langages, assimiler les notions dégagées au cours des projets... En initiant les élèves à poser les problèmes, la spécialité ISN constitue une aide pour les études supérieures, quelle que soit la filière choisie."

Pierre Michalak, référent académique pour la spécialité ISN

 

En bac STMG : spécialité systèmes d’information de gestion (SIG)

La gestion vous intéresse et vous êtes curieux de découvrir de nouveaux logiciels : pourquoi ne pas vous orienter vers la spécialité SIG ? Elle vous permettra d’appréhender le rôle de l’informatique dans la gestion d’une entreprise et dans la construction de son image sur Internet. Et d’envisager, si cela vous plaît, de vous orienter ensuite vers une filière dédiée à l’informatique de gestion.

Organisation : 6 h hebdomadaires en terminale STMG.

Programme : Dans la logique du bac STMG, la spécialité SIG se centre sur l’étude des systèmes d’informations des entreprises. Parmi les problématiques abordées : comment est organisée l’information dans une entreprise ? Comment la sécurité des réseaux est-elle assurée ? Comment l’entreprise gère-t-elle son image sur les réseaux sociaux ? A partir de documents décrivant des cas réels d’entreprises, les élèves répondent à une série de questions qui débouchent sur la rédaction d’une synthèse. Ils acquièrent des bases en programmation et développement de sites web, en gestion de bases de données, en gestion de projet informatique. L’enseignement s’appuie sur les nouvelles technologies : agenda et documents partagés, progiciels de gestion intégré, outils de bureautique et de veille informatique, serious games…

Évaluation : La note du bac repose pour moitié sur le projet de groupe réalisé pendant l’année et évalué à l’oral à la fin de l’année. Exemple de projet : améliorer le site Internet d’un marchand de vêtements en créant un accès sécurisé pour le gérant, en ajoutant les conditions de ventes et des fiches produits. L’autre moitié est composée d’une épreuve écrite terminale d’étude de cas pendant 4 heures.

Débouchés : Les élèves peuvent intégrer toutes les filières accessibles aux bacheliers STMG. Le BTS services informatiques aux organisations (SIO) est le plus directement en lien avec la spécialité.

Témoignage : le bon sens comme seul prérequis

"Si certains élèves choisissent la spécialité SIG car ils sont geeks, c’est-à-dire passionnés d’informatique, elle peut en réalité intéresser tout le monde. Elle permet en effet d’être à l’aise avec certains logiciels, de savoir protéger son ordinateur, de créer de petits programmes… des choses utiles pour la vie professionnelle ou personnelle de tout un chacun. Seul prérequis pour intégrer cette spécialité : avoir du bon sens. Car en informatique, on ne peut pas se contenter d’appliquer des théories. L’élève doit comprendre ce qu’il fait et pourquoi, afin d’assurer la sécurité et la pérennité des informations qu’il manipule. Il faut aussi être capable de décortiquer toutes les étapes à écrire pour construire un programme. Mais attention, ce ne sont pas des maths, et certains élèves qui ne réussissent pas dans cette discipline s’en sortent très bien en spécialité systèmes d’information de gestion."

Estelle Cybula, enseignante de systèmes d’information de gestion (SIG) au lycée Gustave Eiffel de Bordeaux

 

En bac STI2D : spécialité systèmes d’information et numérique (SIN)

Vous avez choisi de préparer un bac STI2D et envisagez peut-être de vous orienter par la suite vers des études centrées sur l’informatique, les réseaux, l’électronique ou la robotique ? Vous aimez les activités pratiques ? La spécialité SIN vous offre la possibilité de vous frotter à cette approche technologique de l’informatique et de l’expérimenter au travers de nombreux projets.

Organisation : 5 h hebdomadaires en 1re STI2D et 9 h en terminale

Programme : Dans la droite ligne du bac STI2D, la spécialité aborde le volet technologique de l’informatique, notamment le traitement des flux d’information (voix, données, images) pour piloter différents systèmes situés dans l’environnement urbain, l’habitat ou dans les objets du quotidien (voiture, électroménager…). Les activités portent sur le dialogue homme-machine, de l’acquisition des données sur les capteurs à la transmission et au traitement de l’information, et jusqu’à sa restitution (image, son, afficheurs…). Exemples : étude des systèmes d’information d’une voiture ou du vibreur d’un téléphone portable ; réalisation de commande de moteurs ou de robots à distance…

Évaluation : Les élèves sont évalués sur leur projet de conception, réalisés en classe par groupes. La moitié de la note du bac repose sur l’évaluation de ce projet en cours d’année, l’autre moitié sur l’oral terminal de soutenance.

Débouchés : Accès aux mêmes filières que les bacheliers STI2D des autres spécialités : BTS, DUT, prépa TSI, école d’ingénieurs, licences, écoles spécialisées… La spécialité suivie peut cependant constituer un atout pour les recrutements sur dossier, pour les filières d’études portant sur l’informatique et réseaux, l’électronique ou l’audiovisuel par exemple.

Témoignage : une spécialité non déterminante mais preuve de motivation

"La spécialité SIN est adaptée aux élèves attirés par les activités pratiques et motivés par l'informatique, la programmation et les nouvelles technologies. En 1re, elle vise la découverte des composants électroniques et des principes de base de la programmation. Très vite, l’enseignement se fait sous forme de petites réalisations. Au début de la terminale, les élèves s’exercent à la maîtrise de logiciels et d’outils qui vont leur servir au projet de conception, qu’ils réalisent en groupe. La spécialité n’est pas déterminante pour la poursuite d’études. Mais si un élève de STI2D a d’emblée le projet de postuler à une formation du supérieur en lien avec le traitement de l’information, les réseaux, le développement de produits électroniques ou l’audiovisuel, avoir suivi la spécialité SIN  constituera un plus dans son dossier car cela prouvera son intérêt pour le domaine."

Gilbert Derrien, chef de travaux au lycée Diderot à Paris      

    

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels

Accueil Toute l'actu nationale

monorientationenligne.fr