Sommaire du dossier

Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Bac pro ASSP : tout savoir sur cette formation sanitaire et sociale

Les stages en bac professionnel ASSP : témoignages

Publication : 27 mars 2014
Emeric et Margaux sont tous les deux en classe de terminale du bac professionnel ASSP (accompagnement, soins et services à la personne). Lui, 17 ans, a intégré la 2nde après le collège. Elle, 19 ans, a d’abord validé l’ancien BEP CSS (carrières sanitaires et sociales) avant d’entrer en 1re. Dans quelques mois, ils passeront leur bac. Avec diverses expériences de stage à leur actif, ils nous livrent leur vécu dans cette formation et quelques conseils en prime.

Emeric et Margaux, en classe de terminale du bac pro ASSP : regards croisés sur leurs experiences en stage

Quels stages avez- vous effectués au cours de ce bac professionnel ?

Margaux : "En BEP, j’ai réalisé des stages en école maternelle, en hôpital – en service de médecine interne, où j’ai travaillé auprès de personnes atteintes de schizophrénie entre autres, et en maison de retraite.

En bac pro, j’ai travaillé dans des urgences en pédiatrie, des urgences pour adultes, en chirurgie orthopédique.  Actuellement, je travaille en maison de retraite UVP (unité de vie protégée) qui accueille des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Pour ce dernier stage, j’ai d’abord cherché dans d’autres  types de structures pour avoir une expérience en psychiatrie. Mais, c’est difficile d’y décrocher un stage, car ces structures sont plus habituées à accueillir des élèves aides-soignants et les professionnels ne connaissent pas encore ce bac pro. »

Emeric : « J’ai réalisé mes stages en école maternelle, en institut -au sein d’un service chirurgical, en hôpital –en service de pédiatrie générale,  puis en chirurgie digestive. Lors de ce stage, il est arrivé qu’une personne âgée ne veuille pas que je m’occupe d’elle.

C’était la seule fois où le fait d’être un garçon m’a posé un problème. Et enfin, je suis en train d’effectuer mon deuxième stage en maison de retraite."

 

Leur conseil : Mieux vaut être bien préparé à la maladie ou à la mort.

"Nombreux, les stages du bac pro ASSP requièrent de la maturité. C’est pourquoi ils sont répartis ainsi sur les 3 ans : en 2nde, ce sont des stages auprès de nourrissons, de femmes enceintes ou dans la petite enfance (jusqu’à 10- 11 ans) ; en 1re ils concernent l’adolescent et l’adulte; en terminale les personnes âgées."

 

Quelles ont été vos missions en stage au cours des 3 ans ?

Margaux : "Dans mon premier stage en maison de retraite, je faisais du soin. Alors que cette fois, je suis en service hôtellerie, comme un agent de service.

Pendant une semaine, quand je travaille le matin, je prépare, sers les petits déjeuners et je le donne à ceux qui ne peuvent pas manger seuls. Je débarrasse, fais la vaisselle. Puis je nettoie les chambres. Autant d’occasions de parler avec les résidents.

Les semaines où je travaille l’après-midi, je m’occupe de l’animation. Je propose du loto ou une activité de peinture pour occuper les résidents. Certaines semaines, je travaille en lingerie : je nettoie, repasse, plie, range et fais la distribution du linge. C’est intéressant de faire autre chose que du soin en maison de retraite. Cela permet de voir le travail réalisé par les autres. 

En revanche, c’est physiquement et mentalement dur. On est toujours debout, toujours en mouvement toute la journée. Du coup, on a mal aux jambes et on porte même des bas de contention !"

Emeric : "Tout dépend de la structure d’accueil. En maternelle, les missions tournent autour de l’animation, alors qu’en pédiatrie, on fait davantage de soins. A l’hôpital, on est encadré par des aides-soignants, et on est en contact avec les infirmiers. Lors de mon 1er stage en maison de retraite, j’ai fait du soin.

Cette fois, il s’agit d’un stage en animation. Sur les 4 semaines, la 1re est consacrée à l’observation du travail de l’animatrice. Les 2e et 3e semaines, au montage d’une animation. Et la dernière semaine, à un projet d’éducation à  la santé : sur l’alimentation et l’hydratation par exemple.

Je n’avais pas eu d’expérience professionnelle avant d’intégrer la formation, mis à part le stage de 3e. Je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi intense en bac pro."

Leur conseil : trouver le  juste équilibre entre l’écoute et le surinvestissement affectif

Être en contact avec les patients et les résidents, échanger avec eux, être à leur écoute : c’est l’essence même des métiers du sanitaire et du social. Que ce soit en animation, pendant la distribution du linge ou même pendant la toilette, les personnels créent du lien, en pensant au bien-être du patient. Mais, il faut s’obliger à garder de  la distance (avec les adultes comme avec les enfants) pour ne pas trop se disperser dans son travail et éviter toute dépendance affective.

 

Quels sont vos projets professionnels  après le bac pro ASSP ?

Margaux : "Je voulais travailler auprès des enfants. Mais, depuis un stage effectué dans cet univers, mes projets ont changé ; comme pour la plupart des filles de ma classe. Aujourd’hui, seul un poste dans un service de néonatalité ou de maternité (donc davantage auprès de mamans ou des nourrissons) pourrait me plaire. Mais, ce qui me tente le plus finalement c’est de travailler auprès des personnes âgées, alors que je ne l’envisageais pas avant la formation. 

Je regrette que le travail d’aide-soignant ne soit pas assez reconnu car je trouve que ce métier permet davantage d’échanges avec le patient. Par la suite, j’aimerais devenir infirmière. Pourquoi pas infirmière anesthésiste, à l’étranger".

Emeric : "Avant la formation, je voulais devenir éducateur spécialisé, suite à un stage de 3e que j’ai effectué auprès d’enfants autistes. Puis, j’avais pour projet de devenir aide-soignant. Aujourd’hui je me vois plutôt infirmier, en chirurgie digestive par exemple. Un service que j’ai découvert grâce à un stage".

Leur conseil : Élargissez vos horizons !

Il ne faut pas penser que ce bac pro ne forme qu’au travail auprès des enfants. Les métiers que l’on peut faire ensuite sont bien plus complets. Il n’y a qu’un stage "enfant" à effectuer. Le reste est tourné sur l’adulte et la personne âgée.

 

Vient de paraître