Imprimer
Accueil > Choisir mes études > Au lycée, au CFA > Au lycée professionnel et au CFA > Le CAP

Dossier : le CAP

Après le CAP, poursuivre des études c'est possible

Publication : juillet 2013
L'insertion dans la vie active est une suite logique après un CAP qui est, comme son nom l'indique, un certificat d'aptitude professionnelle. 1/3 des élèves souhaitent toutefois poursuivre leurs études. 23,5 % d'entre eux entrent en 1re professionnelle pour préparer un bac pro. D'autres pistes sont possibles, notamment les mentions complémentaires, les formations d'initiative locale... A découvrir.

CAP, BEP Fleuriste

De nombreux diplômes sont accessibles notamment en bac pro.

À lire aussi

Sur Onisep.fr

Services en ligne

Site : Ma voie pro

Le CAP est un diplôme d'insertion professionnelle très apprécié des employeurs. Néanmoins, il est possible de continuer à se former, y compris en 1re professionnelle ou en 1re techno à condition d'avoir un excellent dossier.

Un baccalauréat professionnel/agricole

  • Durée : en 2 ans, dans un domaine proche de son CAP. Exemple : un bac pro artisanat et métiers d'art, option ébénisterie après un CAP ébéniste ou bien un bac pro conducteur transporteur routier après un CAP conducteur-livreur.
  • Objectif : viser une meilleure insertion professionnelle en ayant plus de savoir-faire dans un champ professionnel ou une filière.
  • S’inscrire : en lycée pro, admission en 1re pro sur dossier. L’inscription n’est définitive qu’en cas de réussite à l’examen du CAP. Pour l’apprentissage, trouver une entreprise et s’inscrire en CFA.
  • Et après : entrée dans la vie professionnelle surtout, ou poursuite d’études vers un BTS avec un très bon dossier scolaire. Entrée "de droit" dans un BTS du même domaine avec une mention "Bien" ou "Très bien" au bac. Possibilité d'intégrer une classe de mise à niveau (MAN). Préparation d'autres diplômes : certificat de spécialisation ; diplôme de technicien ; diplôme d'état, FCIL...

Un autre CAP

  • Durée : en 1 an après un CAP, de préférence dans un domaine proche. Le fait de posséder déjà un CAP dispense des matières générales, ce qui permet de se concentrer sur les enseignements professionnels.
  • Objectif : ajouter une corde à son arc, enrichir la pratique de son métier.
  • S’inscrire : pour une formation en lycée pro, contacter l’établissement. Pour l’apprentissage, trouver une entreprise et s’inscrire en CFA (centre de formation d’apprentis).
  • Et après : entrée dans la vie professionnelle ou poursuite d’études.

Une mention complémentaire (MC)

  • Durée : en 1 an.
  • Objectif : s’adapter le plus possible aux besoins et aux exigences des entreprises, et acquérir une spécialisation à l’intérieur d’un même champ professionnel. par exemple, une mention styliste-visagiste après un CAP coiffure.
  • S’inscrire : pour une formation en lycée pro, contacter l’établissement. Pour l’apprentissage, trouver une entreprise et s’inscrire en CFA.
  • Et après : entrée dans la vie professionnelle ou poursuite d’études.

Un brevet professionnel (BP)

  • Durée : en 2 ans uniquement par apprentissage.
  • Objectif : approfondir la maîtrise d'un métier et apporter les connaissances en gestion, et pouvoir ainsi créer sa propre entreprise. par exemple fleuriste, coiffeur, plombier.
  • S’inscrire : trouver une entreprise et s’inscrire en CFA, avoir un CAP du même domaine.
  • Et après : entrée dans la vie professionnelle comme artisan ou chef d'entreprise.

Un brevet des métiers d'art (BMA)

  • Durée : en 2 ans après un CAP des métiers d’art dans une dizaine de spécialités.
  • Objectif : former des spécialistes autonomes en conception, mise au point, fabrication, remise en état d’objets d’art ou fonctionnels (en joaillerie, reliure, verre, céramique, ébénisterie…) fabriqués en petites séries ou à l’unité.
  • S’inscrire : admission sur dossier et entretien auprès d’un lycée professionnel ou d’un CFA.
  • Et après : entrée dans la vie professionnelle ou poursuite d’études vers un DMA (diplôme des métiers d’art) ou un BTS (brevet de technicien supérieur) après une mise à niveau.

Un brevet technique des métiers (BTM)

  • Durée : en 2 ans uniquement par apprentissage.
  • Objectif : le plus souvent au sein d’une entreprise artisanale, le BTM permet d’occuper un emploi qualifié (chef d’atelier, chef de fabrication) au niveau de la production et de la commercialisation. Les BTM sont proposés uniquement dans certaines spécialités : métiers de bouche, énergie-électricité, bois-ameublement, photographie, agriculture, paramédical.
  • S’inscrire : s’adresser à la chambre de métiers et de l’artisanat de son département.
  • Et après : entrée dans la vie professionnelle ; préparer une FCIL.

Un certificat de spécialisation agricole (CSA)

  • Durée : les CS agricoles s’adressent notamment aux CAP du domaine de l’agriculture et de l’agroalimentaire.
  • Objectif : former à des compétences variées utiles aux professionnels de l’élevage, de l’exploitation agricole, de l’aménagement paysager…
  • S’inscrire : pour une formation en lycée agricole, contacter l’établissement. Pour l’apprentissage, trouver une entreprise et s’inscrire en CFA.
  • Et après : entrée dans la vie professionnelle ou poursuite d’études.

Un brevet de technicien (BT)

  • Durée : en 2 ans.
  • Objectif : donner une qualification pointue. Peu nombreux, les BT sont progressivement transformés en bacs pro ou en bacs techno. Il en existe encore 3 : dessinateur en arts appliqués ; dessinateur-maquettiste ; métiers de la musique.
  • S’inscrire : au lycée ; admission en 1re BT ou en 1re technologique sur dossier.
  • Et après : entrée dans la vie professionnelle ou poursuite d’études vers un BTS ou un DMA.

Un baccalauréat technologique

  • Durée : 2 ans, après un CAP comme élève en lycée, en entrant directement en 1re technologique (ou en passant par une 1re d’adaptation lorsqu’il en existe). Il n’y a pas de correspondance stricte entre les CAP et les bacs techno, mais il est souhaitable de faire un choix en cohérence avec la spécialité de premier diplôme.
  • Objectif : bien se préparer à poursuivre des études supérieures.
  • S’inscrire : admission en 1re techno (ou d’adaptation quand il en existe) sur dossier et après avis du conseil de classe. Attention : certaines spécialités se préparent dans quelques établissements seulement. A noter : les 1res d’adaptation prévoient des heures supplémentaires et dédoublées dans certains enseignements généraux (français, histoire-géographie, mathématiques).
  • Et après : poursuite d’études vers un BTS ou un DUT le plus souvent.

Bac techno hôtellerie ; BP préparateur en pharmacie : témoignages d'apprentis




D’autres pistes en 1 an…

  • Répondant aux besoins des entreprises en région, la FCIL(formation complémentaire d’initiative locale) est aussi accessible après un CAP du même domaine. D'une durée de formation variable, elle propose d'élargir ou d'approfondir les compétences professionnelles mais n'est pas diplômante.
  • Certains CAP permettent ensuite de préparer un DE (diplôme d’État), indispensable pour exercer dans certains domaines comme la santé ou le social. C’est le cas par exemple des CAP du secteur sanitaire et social qui permettent de se présenter aux concours des écoles pour devenir aide-soignant, en étant dispensé des épreuves écrites.

Haut de page

Vient de paraître

Contacter
un conseiller en ligne

http://www.onisep.fr/ezrecommendation/request?productid=news&eventtype=consume&itemtypeid=2&itemid=438300&categorypath=/2/337922/337924/434218/603841/