Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
  • Accueil
  • Choisir mes études
  • Ma 1re année en...
Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami
Ma 1re année
Bac STAV

Bac STAV 2019

Bac STAV
STAV

Simon pf

Simon, ma première année en bac STAV.

Leur passion ? La nature, la protection de l’environnement, le développement durable. C’est précisément pour cela qu’Abigaëlle, Simon et Valentin ont choisi, après la seconde, la filière STAV (sciences et technologies de l’agronomie et du vivant). Ils sont en première année, option aménagement paysager, au lycée Bougainville (77). Cet établissement, véritable campus, au coeur de la Brie, s’étend sur 120 hectares de champs avec ses vaches, ses serres à perte de vue et ses bâtiments flambant neuf. Rencontre avec trois élèves proches de la nature.

Pourquoi avoir choisi STAV ?

Au-delà d’un réel intérêt pour la nature, ce sont les nouvelles matières au programme de cette filière qui les intéressent : la zootechnie, l’agronomie, l’agroéquipement… Pour Simon, ce sont les enseignements “techniques” qui font de STAV une filière “concrète”. De son côté, Valentin trouvait que la filière S était trop théorique alors qu’il considère que les matières de STAV sont aussi très prisées dans les écoles d’ingénieurs et intéressent les recruteurs. Mais, surtout, ils ont tous les trois un vrai projet professionnel préparé dès la fin du collège, grâce à la rencontre d’un conseiller d’orientation, d’informations glanées sur des Salons d’information ou encore de brochures de l’Onisep. Abigaëlle et Simon veulent poursuivre en BTS gestion et protection de la nature (GPN).

Quelles sont les difficultés rencontrées ?

C’est la découverte de ces nouvelles matières qui les a un peu bousculés en début d’année : devoirs sur la reconnaissance des végétaux, recherches sur les systèmes de production laitières en zootechnie. Pour mener ces travaux, il a fallu acquérir un nouveau vocabulaire « très technique ».

Simon a trouvé que les premiers mois ont été un peu ardus, avec une charge de travail plus importante qu’en seconde. Bien sûr, les devoirs sont plus longs et plus complexes, cela demande plus de travail mais tous s’accordent pour dire que cette filière ne présente pas de grosses difficultés. Enfin, petite particularité de STAV, il faut être bon partout car les coefficients sont les mêmes, « on ne peut pas se permettre de laisser une matière de côté » souligne Abigaëlle.

A quel rythme de travail a-t-il fallu s’acclimater ?

Le rythme est soutenu ! Les élèves doivent fournir des efforts réguliers car ils ont des contrôles tout au long de l’année qui comptent pour le bac et qui portent sur tout le programme depuis le début de l’année…

Abigaëlle, Valentin et Simon ont déjà eu trois CCF (contrôle continu en cours de formation) depuis le début de l’année et deux sont encore programmés d’ici la fin de l’année. « Si on ne révise pas régulièrement, c’est mission impossible » souligne Valentin.

Autre différence avec la seconde, certains cours durent trois heures comme en activité pluridisciplinaire. « Cela peut paraître long et demande de la concentration » prévient encore Valentin. « Nous avons aussi plus de devoirs, il faut donc bien écouter en cours si on veut s’en sortir » précise Simon. De son côté, Abigaëlle est formelle : « il faut vraiment aimer ce qu’on fait. STAV ne doit pas être un choix par défaut sinon on perd vite pied ».

Quels sont les atouts du bac STAV ?

Les élèves apprécient les activités spécifiques à cette filière. Ainsi, les cours dispensés par deux enseignants de disciplines différentes qui interviennent pendant trois heures sur un thème. « On a des regards croisés, deux points de vue différents, c’est plus vivant ». Appréciés aussi, les stages et les sorties d’observations qui apportent du concret. Au lycée Bougainville, et comme souvent en filière STAV, les élèves sont internes pour la plupart. De quoi créer des liens forts. Ils partagent les activités proposées après les cours (club photo, musique, …) « et puis être pensionnaire, cela peut nous aider à travailler » assure Simon qui profite de deux heures d’étude obligatoires dans les chambres. Extinction des feux à 22h !