Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Imprimer
Accueil Choisir mes études Ma 1re année en...

Ma 1ère année en bac STD2A

Attiré par le monde des arts et du design, Manuel, 16 ans, a décidé de suivre au lycée une filière en sciences et technologies du design et des arts appliqués (STD2A). Ce bac technologique propose des enseignements généraux et technologiques (graphisme, design d’espace, d’objet, mode…), et permet aux élèves de réaliser des projets concrets. Les diplômés STD2A peuvent ensuite s’inscrire directement à un BTS relevant du design (sans passer par une mise à niveau en arts appliqués, Manaa), à un diplôme des métiers d’arts (DMA), ou passer les concours des écoles d’art. Pourquoi Manuel a-t-il décidé d’intégrer cette filière ? Quels ont été les changements et les difficultés rencontrées ? Est-il satisfait de son choix ? Réponses.

Pourquoi avoir choisi le bac STD2A ?

"J’ai choisi cette filière car j’étais très attiré par les arts, explique Manuel. Je dessine depuis longtemps, j’avais de bons résultats en cours d’arts plastiques au collège…" Après la 3e, Manuel postule au lycée Maximilien Vox à Paris, qui dispense en 2nde l’enseignement d’exploration création et culture design permettant de rejoindre une 1re STD2A. "On m’avait dit que c’était dur d’y entrer car il y a peu de places. Après avoir été sur liste d’attente, j’ai été pris !"

À quel rythme de travail a-t-il fallu s’acclimater ?

En entrant en STD2A, Manuel s’attendait à ce que ce soit "assez difficile". Finalement, il affiche des résultats corrects, à la fois dans les matières générales et technologiques, et arrive à organiser son travail en dehors des cours. "Au cours de l’année, il y six projets à mener (en moyenne 2 projets par trimestre). Dans les matières créatives, il s’agit surtout de terminer les projets démarrés en classe, cela peut parfois me prendre 1h30 le soir, cela dépend vraiment de ma progression en cours. Dans les matières générales, il faut compter 30 à 45 minutes de devoirs le soir."

Quelles sont les difficultés rencontrées ?

Manuel avoue avoir quelques difficultés en anglais… "Mais j’apprécie  les cours spécialisés dans cette langue en design. On apprend le vocabulaire spécifique du domaine, c’est très utile. Il faut aussi s’accrocher en histoire, car il y a une épreuve anticipée en fin de 1re."

Quelles sont les matières les plus importantes ?

Les deux tiers de l’emploi du temps sont consacrés aux matières générales (maths, physique, chimie, français, histoire-géo, langues, EPS…), et un tiers aux enseignements technologiques. "On étudie le design d’espace, d’objet et la communication visuelle. Ce que j’apprécie en STD2A, c’est l’approche du design, la recherche autour de la création, et la démarche de projet, au cœur des enseignements."

Les atouts de la formation ?

Dans le cadre des cours, les professeurs emmènent leurs élèves voir des expositions. Une des dernières expos visitées par Manuel ? Déboutonner la mode, au musée des Arts Décoratifs de Paris, sur l’histoire des boutons à travers les siècles ! "Certains profs adaptent également leurs cours. Par exemple, en français, on doit concevoir des dossiers artistiques en rapport avec des écrivains. Récemment, j’ai illustré des poèmes d’Apollinaire avec des dessins. J’ai également réalisé un petit film sur la vie de Marguerite Duras à partir d’archives. On est vraiment libre, c’est ce que j’aime !"

Et après ?

À la fin de son année de 1re, Manuel passera des épreuves anticipées du baccalauréat : un écrit et un oral en français, et un oral en histoire. Puis viendra l’heure de la Terminale, et du bac. "Après, je n’ai pas encore d’idées précises de ce que je veux faire… Pourquoi pas un BTS design graphique !"

Bac STD2A, fiche d’identité

Durée : 2 ans après la seconde générale et technologique.

Objectif : acquérir une culture artistique, des outils d’expression plastique et une démarche créative en vue d’une poursuite d’études en arts appliqués (BTS) ou en artisanat d’art (DMA).

Public : jeunes attirés par le graphisme, la création d'objets (vêtements, meubles, bijoux, instruments...), de décors, ou l’aménagement d'espaces (appartements, bureaux, magasins…).

Profil des admis : élèves ayant suivi l’enseignement d’exploration création et culture design en classe de seconde ou très motivés par le domaine.

Cadre : lycées publics ou privés, écoles supérieures d’arts appliqués.

Emploi du temps : 35 heures de cours par semaine.

Matières : en plus du français, de l’histoire-géo, des langues, de l’EPS..., le programme prévoit des enseignements spécifiques au design et aux arts appliqués, répartis en 4 pôles :

  • Arts, techniques et civilisations : étude des différents mouvements artistiques (architecture, peinture, sculpture, photo, vidéo, installation, arts décoratifs, design) à travers l’histoire ;
  • Démarche créative : étude des étapes du projet de design (quel produit, pour quel usage, avec quels moyens pour sa réalisation) et formalisation à l’aide de supports (dessins, légendes) ;
  • Pratiques en arts visuels : étude et maîtrise des outils fondamentaux de représentation et d’expression (croquis, schémas, planches illustrées, maquettes...) ;
  • Technologies : étude des matériaux (caractéristiques, propriétés) et de leur application dans les différents domaines du design.

Charge de travail : importante. Les élèves doivent mener de nombreux projets collectifs ou individuels, réaliser des travaux artistiques, se rendre dans des musées, à des expositions d’art.

Vie de classe : groupe d’une trentaine d’élèves.

Encadrement : une quinzaine de professeurs environ.

Vie associative : activités extrascolaires en fonction des établissements.

Validation : contrôles en cours de formation (CCF) et examen final.

Diplôme : bac technologique.

Coût de la scolarité : gratuite dans les lycées publics.

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels

Accueil Toute l'actu nationale

monorientationenligne.fr