Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Imprimer
Accueil Choisir mes études Ma 1re année en...
Publication : mars 2016

Ma 1re année en BTS Design d'espace

Attirée par l'architecture intérieure depuis le collège, Margot Philippart a suivi une prépa artistique, en parallèle de son année de terminale. Le bac L en poche, elle a ensuite intégré la MANAA de l’ESMA Nantes. Elle prépare actuellement un BTS design d'espace en contrat d’apprentissage à l'Ecole de design de Nantes Atlantique. Retour sur sa première année en alternance.

Pourquoi avoir choisi ce BTS ?

Margot était acceptée en BTS design d'espace à l’Ecole supérieure des métiers artistiques de Nantes où elle avait suivi son année de MANAA (mise à niveau en arts appliqués). Pourtant, elle a postulé d’autres établissements : "Je tenais absolument à préparer mon diplôme en alternance, explique Margot. Je voulais commencer à travailler dans le domaine professionnel qui serait le mien plus tard." La jeune femme passe plusieurs entretiens à l'Ecole de design de Nantes qui propose ce BTS en apprentissage. "Mes interlocuteurs m'ont indiqué comment avoir un bon CV et un bon book à présenter aux employeurs ;" La recherche d’une entreprise prête à l’accueillir en apprentissage a été longue (de novembre à juin dernier). "J'ai finalement trouvé un apprentissage en juillet, avant la rentrée !"

Quelles sont les difficultés rencontrées en design d'espace ?

"Nous sommes une classe de 20, et le niveau des étudiants est disparate, commente Margot. Certains viennent du bac pro assistant en architecture, d'autres de MANAA, comme moi. Plusieurs ont fait la fac ou un autre BTS." En année de mise à niveau, la jeune femme a fait un peu de technique et un peu d'artistique ; mais elle doit trouver sa place. "Le plus difficile pour moi, c'est le côté technique : l'utilisation de logiciels spécifiques tels qu'Autocad pour les plans, Sketch Up pour la 3D, Photoshop, In Design, Illustrator…, précise Margot. Mais ça vient avec la pratique. En design d’espace, on doit aussi apprendre les normes de la construction, prendre en compte certaines contraintes (comme l'adaptation des bâtiments aux personnes handicapées)…"

A quel rythme de travail a-t-il fallu s'acclimater ?

"Je suis passée de 25 heures de cours par semaine en MANAA à 30 en BTS." Mais, en apprentissage, ces heures se répartissent différemment de la scolarité classique. La formation est plus concentrée dans le temps : "l’alternance prévoit 3 semaines en entreprise pour 3 semaines à l’école. Pendant les périodes de cours, le rythme est très soutenu, il faut rendre des projets régulièrement, on ne voit pas le temps passer !", reconnaît Margot.

Ce qui change par rapport à la terminale ?

"Le rythme s'est vraiment intensifié. En terminale, j'avais un peu temps libre pour sortir avec des amis. En MANAA c'était déjà plus soutenu, mais j'avais encore le temps d'avoir un job d'étudiant le week-end (comme hôtesse d'accueil). Cette année, c’est impossible, constate Margot. Le week-end, je travaille sur des projets… et plus de sorties !"

Ton avis sur ce BTS ?

"Le fait qu'il soit en alternance apporte un avantage indéniable. Je pense qu'on se constitue plus facilement un carnet d'adresses professionnel que dans un cursus classique. A terme, c'est un véritable atout pour trouver du travail, se réjouit-elle."

Et après ?

"Au départ, j'étais plutôt branchée décoration intérieure, se souvient Margot." Une fois diplômée, la jeune femme se voit bien travailler dans une entreprise comme celle où elle fait son apprentissage. Pour continuer à apprendre : "Il s'agit d'une grosse agence d'architecture (AIA, Architectes Ingénieurs Associés), qui dispose de plusieurs pôles ainsi que de bureaux à Nantes, Paris, Lyon, Shanghai..." L’apprentie est employée au pôle architecture d'intérieur. "Nous agençons des hôpitaux et des bateaux (pour la compagnie Brittany Ferries). J'apprends beaucoup techniquement dans cette agence, ce qui est parfait pour moi !"

BTS design d’espace, fiche d’identité

  • Durée : 2 ans après le bac. Sélection sur dossier scolaire et artistique, voire entretien (selon les écoles), via une procédure commune d’accès à l’enseignement supérieur.
  • Profil des admis : le BTS design d’espace est ouvert directement aux titulaires d’un bac STD2A, voire d’un bac pro de spécialité proche. Les autres bacheliers doivent au préalable faire une mise à niveau en arts appliqués (Manaa), en 1 an. 
  • Cadre : dans une soixantaine de lycées (publics et privés), dont 3 avec apprentissage.
  • Emploi du temps : une trentaine d’heures par semaine, auxquelles s’ajoutent des travaux personnels à la maison.
  • Matières : enseignements généraux (culture générale et expression, philosophie, langue vivante étrangère…) ; expression plastique (dessin, croquis, photo) ; design d’espace (architecture intérieure, commerciale, événementiel, environnemental, scénographie) ; laboratoire de conception et de création (projets d’aménagement) ; technologie (réalisation de plans en 3D, maquettes en volume, cahier des charges…). 4 à 6 semaines de stage.
  • Charge de travail : importante. Beaucoup de travail à la maison, notamment pour les projets personnels.
  • Vie de classe : à l’École de design Nantes Atlantique, les apprentis sont 20 par classe. Les étudiants sous statut scolaire sont entre 25 et 30.
  • Encadrement : élevé ; proximité des professeurs avec leurs élèves, qui les conseillent et les guident dans la création.
  • Vie extra-scolaire : peu de temps pour les activités extrascolaires. Fréquenter des musées, des espaces publics (magasins, gares, médiathèques…), assister à des spectacles… est vivement conseillé, afin d’aiguiser son regard, indispensable pour travailler dans la création.
  • Validation : contrôle continu et examens.
  • Diplôme : le BTS est délivré aux candidats qui ont obtenu une moyenne générale supérieure ou égale à 10/20 à l’ensemble des épreuves générales et technologiques. Le BTS est reconnu à bac+2 et donne droit à 120 crédits ECTS.
  • Coût de la scolarité : gratuit dans les lycées publics ; payant dans les lycées et écoles privés sous contrat ou hors contrat.

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels