Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Imprimer
Accueil Choisir mes études Ma 1re année en...
Publication : mars 2014

Ma 1re année en BTS design de mode

Passionnés par la mode, Guillaume Victor et Sika ont réussi à intégrer cette année le BTS design de mode, textile et environnement, option mode. Deux années d'études créatives qu'ils vont suivre dans le 3e arrondissement de Paris, dans la très sélective École supérieure des arts appliqués Duperré, une école spécialisée qui forme aux métiers de la création, en mode et textile, espace et graphisme, mais aussi aux métiers d’art en textile (broderie, tissage, tapisserie) et céramique. Les deux élèves ont choisi une formation axée sur le stylisme et la création. Regards croisés.

Pourquoi avoir choisi ce BTS ?

"J’ai toujours été intéressé par la mode, mais sans savoir ce que je voulais faire après le bac…", explique Guillaume Victor. Titulaire d’un bac L options anglais et arts plastiques, il entre en Manaa, afin de pouvoir intégrer un BTS design. "Cette année de mise à niveau a été bénéfique et m’a permis de comprendre ce que j’avais envie de faire." Sika, avec derrière elle un bac L et une Manaa, est d’abord passée par une année de BTS design de mode option textile à Duperré. "J’aime travailler le volume, et en textile je n’ai pas retrouvé cet aspect…. J’avais l’impression d’être limitée dans le travail que je faisais, même si c’était passionnant. Alors que là, en mode, je peux allier textile et volume ! C’est une formation beaucoup plus complète et dans laquelle je me retrouve."

Quelles sont les difficultés rencontrées en design de mode ?

Le 1er semestre s’est très bien déroulé pour Guillaume Victor et Sika. "La seule difficulté, c’est peut-être de gérer son temps, de manière à pouvoir avancer sur les projets personnels demandés pendant le cursus. On est amené à le faire sur notre temps libre, mais on ne ressent pas ça comme des devoirs, car c’est notre passion !" Pour Sika, la principale difficulté, c’est l’oral. "Même si on fait un projet qui est super, il faut savoir le défendre, et c’est quelque chose à travailler. Les profs sont là pour nous aider". Autre difficulté pour eux : arriver à mettre de côté les sorties… "C’est difficile, mais au final, ça paye", avoue Sika.

À quel rythme de travail a-t-il fallu s’acclimater ?

En BTS, le programme est assez dense, avec une trentaine de cours par semaine.  "Le lundi, on a toutes nos matières générales, c’est une journée assez dense et fatigante, car on doit rester concentré toute la journée. Le vendredi, on est plus libre, on se concentre sur la création en atelier, avec des cours de technologie fondamentale (connaissance des tissus), technologie de fabrication (connaissance du vêtement), et technologie créative (pour développer le projet personnel)", explique Guillaume Victor. À l’école, les élèves profitent de toutes les infrastructures (découpe laser, sérigraphie, impression numérique sur tissus…), mais chez soi, il faut continuer à travailler ! "Pour cela, il est important d’avoir son matériel à la maison (machine à coudre, mannequin). À Duperré on a une approche "concept", il faut sans cesse penser à ses projets, moi il m’arrive de m’endormir en pensant à mon projet et de me réveiller avec !" Pour  Sika, "il faut se donner à fond, même pendant les vacances. C’est bien de se donner un rythme et de ne pas se coucher trop tard le soir".

Ce qui change par rapport à la terminale ?

"Sincèrement, tout !, s’exclame Guillaume Victor. Les études supérieures, ce sont des études que l’on choisit, on doit se donner à fond, ce n’est pas du tout le même investissement. On doit également avoir une grande autonomie, d’autant plus dans la création !" Sika acquiesce. "Ca n’a rien à voir ! Ici, on se réalise dans notre travail. C’est quelque chose de tellement personnel… Par rapport à la Manaa, le BTS est plus intense. On dit souvent que la Manaa est ce qu’il y a de pire, mais non !"

Leur avis sur ce BTS ?

"Je ne me suis jamais autant épanouie dans des études, conclut Sika. J’ai trouvé ma voie !" "Le BTS, c’est vraiment la base d’un cursus de mode, avec l’apprentissage des techniques et des process de création, ajoute Guillaume Victor. Ce diplôme nous permet de développer notre univers personnel. À la fin de la 2e année, on doit présenter une collection. L’idée, c’est vraiment de construire cet univers, de manière à encore le développer par la suite, par exemple en entrant en DSAA design." "Ce qui est bien aussi, c’est que l’on nous propose des petits stages pendant les vacances chez des créateurs, ou bien pour être assistant habilleur de défilés. C’est très formateur !", note Sika. En ce moment, Guillaume Victor et Sika sont d’ailleurs en pleine préparation de books, portfolios, CV et lettres de motivation pour le stage à la mi-mai. Tous deux rêvent d’intégrer une grande maison de couture parisienne…

BTS design de mode, fiche d’identité

  • Durée : 2 ans après le bac.

Sélection sur dossier, voire entretien (selon les écoles), via le portail d’inscription dans le supérieur Admission Post Bac.

  • Profil des admis : le BTS design de mode est ouvert aux titulaires d’un bac STD2A. Les bacheliers généraux doivent, eux, passer par une classe de mise à niveau en arts appliqués (Manaa), en 1 an. 
  • Cadre : dans une vingtaine de lycées (publics et privés).
  • Emploi du temps : une trentaine d’heures par semaine, auxquelles s’ajoutent des travaux personnels à la maison.
  • Matières : enseignements généraux (culture générale et expression, philosophie, langue vivante étrangère, sciences physiques) ; expression plastique (travail créatif à partir de couleurs, textures et formes) ; culture design (histoire du costume, du textile, des coutumes de la mode, culture iconographique) ; laboratoire de conception et de création (réalisation de projets concrets) ; technologie (matières premières, filature, tissage, impression…) ; ateliers (maille, impression-ennoblissement, gravure, construction-volume-prototypage, infographie…). 4 à 6 semaines de stage.
  • Charge de travail : importante. Beaucoup de travail à la maison, notamment pour les projets personnels.
  • Vie de classe : à Duperré, les élèves sont 25 par classe.
  • Encadrement : élevé ; proximité des professeurs avec leurs élèves, qui les conseillent et les guident dans la création.
  • Vie extra-scolaire : peu de temps pour les activités extrascolaires. Mais aller dans des musées, au cinéma, visiter des expos, lire des magazines… est vivement conseillé, afin de « sentir l’air du temps », indispensable pour travailler dans la création.
  • Validation : contrôle continu et examens.
  • Diplôme : le BTS est délivré aux candidats qui ont obtenu une moyenne générale supérieure ou égale à 10/20 à l’ensemble des épreuves générales et technologiques. Le BTS est reconnu à bac+2 et donne droit à 120 crédits ECTS.
  • Coût de la scolarité : gratuit dans les lycées publics ; payant dans les lycées et écoles privés sous contrat ou hors contrat.

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels