Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Imprimer
Accueil Choisir mes études Ma 1re année en...

Ma 1re année en prépa lettres et sciences sociales

À quelques pas du domaine de Sceaux (92) et de son château, la cité scolaire Lakanal accueille, dans un parc de 10 hectares, près de 2500 élèves. Collège, lycée, classes prépa : l’établissement regroupe trois niveaux d’enseignement. Parmi les prépas, la prépa "lettres et sciences sociales", appelée aussi "B/L" en écho au concours de l’ENS visé. Proposée dans une vingtaine de lycées en France, cette classe mêle enseignements scientifiques et littéraires. Un choix audacieux pour Oriane et Loïs, deux élèves en 1re année (dite "hypokhâgne"). Regards croisés.

Pourquoi avoir choisi la prépa lettres et sciences sociales ?

La pluridisciplinarité, c’est ce qui a plu à Oriane et Loïs. "La B/L est une prépa qui a l’avantage de proposer énormément de matières sur lesquelles nous travaillons pendant deux ans. Venant d’un bac ES, je voulais également continuer les sciences sociales", explique Oriane. Loïs voulait, lui, faire cette prépa depuis la seconde ! En 1re, il décide de s’orienter vers la filière S, car il sait que le niveau en maths demandé en LSS est élevé. "Au lycée, j’étais intéressé par toutes les disciplines. J’aimais les maths, les lettres, l’histoire… et j’étais attiré par l’économie, que j’ai commencé à travailler seul en terminale. Cette prépa me correspondait parfaitement !"

Des difficultés ?

Venant d’un bac ES, Oriane a eu des difficultés en maths. Loïs a eu, lui, quelques soucis avec les sciences sociales. "Même si j’avais commencé à étudier cette matière en dehors du lycée, je partais quasiment de zéro. Il y a tout une méthode à acquérir, c’est assez compliqué. Pour me remettre à niveau, j’ai beaucoup lu à côté, les auteurs classiques…" Autre difficulté pour Oriane : accepter la frustration. "Comme on a énormément de cours à étudier, on ne peut pas tout le temps aller au fond des choses. Il faut accepter, au bout de 2 heures de révision, de passer à une autre matière, même si on voudrait l’approfondir… mais apprendre plein de choses est très épanouissant."

Quel rythme de travail ?

Entre les cours, le travail à la maison, les "colles" (interrogations orales), les devoirs sur tables (DS), les concours blancs…, les semaines sont chargées ! "Les cours durent de 8h à 17h. À cela s’ajoute une colle par semaine environ, et parfois des DS de 6 heures le samedi matin", explique Oriane. Trouver le bon tempo, c’est le défi auquel est confronté chaque élève de prépa : respecter  les échéances, planifier ses révisions, revoir les cours tant qu’ils sont frais dans les mémoires… "Certaines matières demandent beaucoup d’application, note Oriane. Par exemple, en maths, il faut faire beaucoup d’exercices, les répéter… ". Un rythme soutenu "très stimulant sur le plan intellectuel" pour Loïs. "On s’y fait vite, et on y prend même goût", conclue-t-il.

Ce qui change par rapport à la terminale ?

Oriane savait qu’en entrant en prépa, la charge de travail allait s’intensifier. "Avoir 7 matières à gérer, en même temps, et au même coefficient, ça veut dire étudier tous ses cours, ne pas faire d’impasse, moins sortir qu’au lycée, réduire certaines activités extrascolaires comme le piano pour moi… Mais tant que l’on est organisé, ça se passe bien." Autre nouveauté : les colles. "Au début, c’est tout nouveau et très déstabilisant. À force d’en faire, on s’améliore à l’oral et on progresse dans les disciplines." Pour Loïs, ce qui change avant tout, c’est le niveau d’exigence. "On ne peut pas se permettre de connaître de manière superficielle le cours. Il faut le connaitre très précisément. Il faut aller au-delà, lire à côté, faire ses propres recherches."

Leur avis sur la prépa ?

"Une année très riche !", s’exclame Oriane. Même si elle avoue avoir eu "quelques moments de découragement", elle tire un bilan très positif de sa prépa, avec "des professeurs soucieux des élèves et une ambiance de classe très agréable et pas du tout dans la compétition". Une année qui lui aura permis de réussir le concours d’entrée à l’IEP de Lille. "La prépa a été une bonne expérience, car elle apprend à s’organiser, donne des bonnes méthodes de travail, et permet d’acquérir une culture générale solide, demandée lors des concours". Loïs a, lui, beaucoup appris cette année, et a apprécié "l’ouverture sur de nouveaux domaines". Il continue en khâgne l’année prochaine, avec en vue le concours des très sélectives écoles normales supérieures…

Photos : ©Olivia Audemar/Onisep

Prépa LSS, fiche d’identité

  • Durée : 2  ans après le bac.
  • Sélection : sur dossier, via le portail d’inscription dans le supérieur Admission Post Bac.
  • Profil des admis : bacheliers S en majorité (60%), suivis d’ES (34%) avec option mathématiques. Peu de L (6%).
  • Cadre : dans une vingtaine de lycées (publics et privés sous contrat).
  • Emploi du temps : 30 heures de cours par semaine environ en hypokhâgne (34h en khâgne), auxquelles s’ajoutent les colles (interrogations orales), les devoirs sur table (6h le samedi matin) et les concours blancs dans l’année.
  • Matières : sciences sociales, mathématiques, français, philosophie, histoire, langue vivante, EPS (enseignements communs) ; LV2, latin, grec, géographie, sciences sociales (enseignements optionnels).
  • Charge de travail : importante. Beaucoup de travail à la maison. Il faut compléter les cours en allant à la bibliothèque, lire à  côté, faire des exercices…
  • Vie de classe : les classes regroupent entre 30 et 40 élèves (voir plus selon les lycées). Ils suivent ensemble les enseignements communs et sont en groupes selon les options choisies.
  • Encadrement : élevé. Grande proximité des professeurs avec leurs élèves.
  • Vie extra-scolaire : peu de temps pour les activités extrascolaires. Mais aller dans des musées, au théâtre, au cinéma… est conseillé pour réussir en prépa.
  • Validation : contrôle continu hebdomadaire et concours blancs.
  • Diplôme : la visée de cette prépa est la réussite à des concours d’entrée de grandes écoles : ENS Ulm (concours B/L), l’ENS Lyon (sciences économiques et sociales), l’ENS Cachan (concours sciences sociales), écoles de statistiques ( Ensae, Ensai), écoles de commerce (BCE, Ecricome), École des chartes et Saint-Cyr, IEP, écoles de communication, de journalisme… Les 2 années de prépa confèrent 120 crédits ECTS (bac+2) permettant la poursuite d’études.
  • Coût de la scolarité : gratuit dans les lycées publics, payant dans les lycées privés sous contrat (de 998 € à 2225 € par an).

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels