Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Sommaire du dossier

Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami
Ma 1re année
DUT Information-communication
option journalisme

DUT Infocom Journalisme

DUT Information-communication
Information-communication option journalisme

Portrait de Mathilde, Info-com journalisme

Mathilde a privilégié une formation en journalisme concrète, en 2 ans.

Pour se former aux techniques journalistiques, Mathilde a choisi le DUT Information-Communication option journalisme de l’IUT de Lannion. Au programme : un nouveau rythme de travail et des matières différentes de celles abordées au lycée. Pour nous, Mathilde revient sur une 1re année rythmée par les cours théoriques, les nombreux projets de groupe et un stage d'un mois en presse régionale. 

Pourquoi avoir choisi ce DUT ?

Pour Mathilde, le choix de se former en IUT s’est imposé progressivement. "Il y a une part de hasard, puis une réflexion personnelle", résume la jeune femme. Intéressée par le journalisme, elle a d'abord envisagé une prépa littéraire, en vue de tenter les concours de certaines écoles. "Quelqu’un m’a parlé de l’IUT de Lannion, que je ne connaissais pas. Après m’être rendue aux Journées portes ouvertes, j’ai décidé de préparer un dossier, tout en demandant une Prépa". Finalement, c’est ce cursus reconnu par la profession qui a eu sa préférence. "Cette formation très concrète était une bonne alternative et correspondait davantage à mes attentes."

À quel rythme de travail a t-il fallu s’acclimater ?

Dès la 1re année de DUT, les semaines ont été rythmées par les travaux de groupe. "Sachant que certains projets s’entrecroisent, il faut se rendre disponible au bon moment pour ne pas retarder les autres, mais également boucler ce sur quoi on travaille !". Son conseil ? "Savoir prioriser et se concentrer sur le plus urgent". Bien encadrés, les étudiants sont accompagnés par un parrain/une marraine de 2e année et bénéficient par ailleurs du soutien d’un tuteur enseignant.

Ce qui change par rapport à la terminale ?

Analyse des produits éditoriaux, socio-économie des médias, histoire du journalisme, linguistique… en 1re année, Mathilde a découvert de nouvelles matières. Parallèlement, elle s’est essayé à ses premiers travaux pratiques : écrire un article, tourner un reportage vidéo, réaliser un montage. "Le fait que ce cursus soit très professionnalisant nous amène à être beaucoup plus actif, plus impliqué qu’en terminale. Il faut y mettre de l’énergie, car si ça se passe mal sur un projet de groupe, chacun en ressent les conséquences". En fin de 1re année, chaque étudiant effectue un stage d’un mois en presse quotidienne (ou hebdomadaire) régionale. Mathilde n'a pas hésité longtemps : "j’ai choisi la locale du journal Ouest-France, à Rennes".

Quelles sont les difficultés rencontrées ?

"N'étant pas une élève très studieuse, j’ai découvert, en DUT, ce que s’investir dans ses études signifiait !", sourit Mathilde, qui a éprouvé des difficultés à gérer la charge de travail. "Au-delà de l’évaluation basée sur le contrôle continu, il faut s’habituer à beaucoup travailler collectivement, et plus uniquement pour soi. Au final, les travaux de groupes impliquent de s’adapter au rythme de chacun, de fournir plus de travail par moments".

Votre avis sur la formation?

Une formation concrète, complète et bien encadrée, c’est le regard positif que porte Mathilde sur ce DUT. "Même si la pratique occupe une place très intéressante, la théorie n’est pas négligée, puisque nous avons des cours nous permettant d’acquérir un bon niveau de culture générale, utile pour se positionner par rapport à l’ensemble des formations en journalisme", conclut la jeune femme.  

À lire aussi

Info plus

Dans le même dossier

Haut de page

Mon orientation en ligne