Sommaire du dossier

Partez à la découverte des métiers et des formations

Agriculture : bousculer les idées reçues sur les métiers

publication : 23 février 2017

L’agriculture rime encore dans nos esprits avec fourche, tracteur, alors qu’elle se conjugue davantage aujourd’hui avec nouvelles technologies, environnement, diversification, bio… Balayons ici les stéréotypes les plus répandus.

un champs de blé mûr et de coquelicots

→ Idée reçue 1

"Agriculture égale agriculteur"

Pas seulement. Il existe en fait une foule de sous-secteurs - et donc de métiers - liés à l'agriculture. Les métiers de la forêt (pour la gérer au mieux), de l'horticulture (production et vente de végétaux, secteur boosté par l'essor du jardinage de loisir ces dernières années), de l'aquaculture (production de poisson - pisciculture -, de coquillages - conchyliculture -, d'algues - algoculture -, ou de moules - oléiculture -), de la vigne et du vin (production de raisins), du commerce et du conseil, de l'agroéquipement.

→ Idée reçue 2

"Pour travailler dans l'agriculture, pas besoin d'avoir de diplôme"

Faux. Les jeunes agriculteurs ont un meilleur niveau de formation que la moyenne des Français et doivent au minimum posséder un bac professionnel, voire le BTSA ACSE (Analyse et conduite de systèmes d'exploitation) qui donne des outils d'analyse plus approfondis en gestion, comptabilité, techniques agricoles, permettant de mieux gérer une exploitation. De nombreux métiers nécessitent une formation du bac au bac+5.

→ Idée reçue 3

"Agriculteur, c'est un métier répétitif"

Certainement pas. Le temps du paysan courbé dans ses champs a assez vécu. Des machines à la pointe de la technologie secondent celui qu'on l'appelle aussi aujourd'hui " chef d'exploitation " dans bon nombre de ses tâches quotidiennes. Ce dernier est aussi un bon gestionnaire. Son rôle n'est plus seulement de produire ou nourrir la population, il a une mission sociétale : faire des produits de bonne qualité en respectant l'environnement, recyclant ses déchets, etc.

→ Idée reçue 4

"On doit déjà être fils ou fille d'agriculteur pour le devenir"

Non. S'il est plus facile de posséder des terres familiales pour débuter (elles sont très chères à l'achat), ce n'est pas une obligation. Il est possible de travailler en tant que co-exploitant. Pour ceux qui décident de s'installer, il existe des aides financières (DJA - dotations aux jeunes agriculteurs -). On est passé d'un état d'agriculteur subi à un métier d'agriculteur choisi.

→ Idée reçue 5

"Agriculteur, c'est plutôt un métier d'homme"

De tous temps, les femmes ont travaillé à la ferme et aux champs avec leur conjoint agriculteur. Non rémunérée, non comptabilisées, sans couverture sociale, même si elles travaillaient autant que les agriculteurs. Ces temps sont révolus, aujourd'hui elles sont conjoint co-exploitantes, voire dirigent 25 % des exploitations agricoles.

→ Idée reçue 6

"Agriculteur, un métier solitaire ?"

Pas du tout. Le chef d'exploitation s'entoure de personnes indispensables comme un vétérinaire, un comptable, un chef de culture, un conseiller agricole, éventuellement un contrôleur de performances... Il est donc rarement seul et croise plusieurs personnes sur son exploitation au cours de la journée.

→ Idée reçue 7

"L'agriculture est un secteur sinistré"

Pas vraiment. Les départs à la retraite et les reprises d'exploitation constituent une vraie opportunité (13 000 installations par an en moyenne). Par ailleurs, 88 % des chefs d'exploitations pérennisent leur projet et réussissent, une fois installés, à poursuivre et maintenir leur activité. Le secteur du machinisme agricole devrait avoir besoin de 10 000 personnes par an dans les prochaines années et les métiers de la forêt sont également à la recherche de nouvelles recrues.

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels