Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Juliette, 18 ans, son stage de monteuse

Publication : 23 novembre 2015
Juliette est une jeune fille particulièrement difficile à définir au premier abord. Elle rêve de travailler dans le cinéma, dans l'ombre de son père qui l'a fait beaucoup voyager. Non sans quelques inquiétudes. Et surtout pas comme actrice pour le clinquant et le brillant de la profession ! Non, elle, c'est la production qui l'intéresse, le montage. Son stage va-t-il la conforter dans son choix ? Retour en vidéo sur cette expérience professionnelle.

Juliette, 18 ans, son stage de monteuse

-> Son profil

Juliette a partagé sa vie entre la France et le Brésil. Elle a beaucoup déménagé et a retrouvé Paris à ses 15 ans. Elle est actuellement en terminale littéraire au lycée Montaigne. Jeune fille très sûre d'elle, indépendante, on la dit aussi parfois dans la lune, dans ses pensées. Juliette habite seule dans un studio. Elle a des relations compliquées avec sa famille. Elle a voulu tout faire sauf un métier artistique, pour s’éloigner de son père, metteur en scène. Elle souhaite pourtant rejoindre le cinéma, mais dans l’ombre. En choisissant le montage ou en pensant à la production "qui me ressemble plus car il faut être dans l'artistique et également pragmatique" explique-t-elle. Mais surtout ne pas être au premier plan !

Juliette envisage de faire une prépa Hypocagne"parce que toutes les écoles de cinéma qu'elle aimerait tenter sont à bac+2". Elle évoque toutefois avec ambivalence un milieu artistique "difficile", fait de "hauts et de bas" qui lui fait "très peur". "C'est pour ça que j'ai longtemps dit non même si j'avais très envie" narre-t-elle. Finalement, la meilleure présentation de Juliette reste celle faîte dans ce webdocumentaire par sa professeure de philosophie : " Elle ressemble au hérisson ou aux figues de barbarie dont on dit qu’elles sont piquantes dehors et extrêmement tendres dedans. Simplement, on met un peu de temps à accéder à l’intérieur."

-> Ses goûts

Vivre sa jeunesse au Brésil, ça laisse forcément quelques traces. Comme la passion pour le football. Juliette explique ainsi voir beaucoup de matches du Paris-SG, son équipe préférée. Ses autres loisirs, comme la piscine, le théâtre, ne l'empêchent pas d'être une grande bosseuse. "J’aime beaucoup le lycée et parfois, je me rends compte qu’en vacances, quand je ne fais rien, je n’ai qu’une envie, c’est d’y retourner, d’avoir des horaires, d’avoir des devoirs et des buts."  

-> Ses idées de métier

"Si je n'avais pas choisi le cinéma, j'aurais beaucoup aimé faire du droit. Il y avait un personnage dans une série que j’aimais beaucoup, il traitait le côté psychologique des criminels et ça me rendait dingue." Si Juliette semble aussi sûre de vouloir évoluer dans le cinéma, c'est qu'elle a longtemps nourri son projet. Elle y a souvent travaillé et elle "obtiendra tout" assure sa prof de philo. "Elle a une détermination qui est absolument insensée et qui n'est pas du tout dans l'agitation" ajoute-t-elle. La route semble donc toute tracée. Quelques questions demeurent tout de même dans son esprit. Son stage aux côtés de Sylvie, chef-monteuse, va-t-il la conforter dans son choix ?

 

Avant, pendant et après le stage : parcours de réflexion sur son futur métier (5 vidéos)

  

 

 

Épisode 1 : Une 1e idée du métier

Épisode 2 : Une démarche soutenue par ses proches

Épisode 3 : Le projet d'orientation décrypté par un enseignant

Épisode 4 : Un stage pour découvrir le métier de ses rêves

Épisode 5 : Bilan de cette expérience professionnelle

Vient de paraître