Imprimer

Fiche secteur

Audit, conseil, comptabilité : indispensables aux entreprises

Publication : mars 2015
Clé du développement de l’entreprise, les métiers de la gestion et de la comptabilité ne connaissent pas la crise. Avec des réglementations en constante évolution, les entreprises ne peuvent se passer de ces professionnels. À bac +2/3 et surtout à bac +5, ils connaissent de belles évolutions de carrière.

Comptabiliser, analyser, conseiller

Contrainte légale, toute structure, privée ou publique, possède une comptabilité et doit le plus souvent certifier ses comptes : c’est le bilan.

La comptabilité est souvent externalisée dans le cas des toutes petites structures. Avec la complexification législative grandissante, les entreprises sont de plus en plus en demande de services comptables. De quoi assurer une place aux jeunes diplômés.

De son côté, le marché de l’audit et du conseil est dominé par 4 grands cabinets, les "big four" (Ernst & Young, PricewaterhouseCoopers, KPMG et Deloitte) qui regroupent 25 300 consultants en 2012.

Par ailleurs, des milliers de cabinets de conseil, la plupart de petite taille, proposent leur expertise en finance, fiscalité, management, stratégie d’entreprise, logistique…

Cette activité représente le troisième employeur des jeunes diplômés des grandes écoles de management (enquête CGE 2014). Issus des meilleures formations, ils représentent une écrasante majorité des recrutements de cadres réalisés chaque année par les 4 cabinets leaders du secteur. En 2015, les "big four" prévoient plus de 4000 recrutements de cadres.

Enfin l’expertise comptable résiste bien aux crises économiques : 2 millions d’entreprises font appel à des experts-comptables. En 2014, on dénombrait 19 000 experts-comptables et 130 000 salariés dans leurs cabinets.

Des comptables… aux experts

En entreprise, les comptables sont parfois spécialisés par type de clients ou de fournisseurs, et supervisés par des chefs comptables.

Les contrôleurs de gestion et les auditeurs internes aident la direction à piloter l’entreprise.

Tandis que les trésoriers et les credit managers optimisent la gestion financière.

Les PME sont friandes d’ assistants de gestion au profil polyvalent.

En cabinet, les experts-comptables , assistés de collaborateurs, accompagnent les entreprises dans leur gestion comptable et financière, un métier en plein bouleversement suite à une ouverture à la concurrence dans le cadre d’une directive européenne de 2010.

L’audit légal, c’est-à-dire la certification des comptes, est assuré par des commissaires aux comptes. Ils sont souvent également experts comptables.

Audit, gestion, comptabilité : des professionnel(le)s racontent leur quotidien

Un bac + 2, + 3, + 8

Un bac + 2 au minimum, BTS (brevets de technicien supérieur) ou DUT (diplômes universitaires de technologie) du domaine, conduit à des postes de comptables, de gestionnaires de paie (très recherchés), ou d’assistants en gestion.

Par ailleurs, toute une filière est spécifique à l’expertise comptable avec 3 niveaux de bac+3 à bac+8 menant à différents métiers : le DCG (diplôme de comptabilité et de gestion) en 3 ans, le DSCG (diplôme supérieur de comptabilité et de gestion) en 2 ans et le DEC (diplôme d’expertise comptable) en 3 ans.

Les métiers de contrôle de gestion, audit et conseil s’exercent avec un diplôme de niveau bac + 5 en audit, en finance ou en comptabilité, contrôle, audit (CCA). Il se décroche au sein d’universités, d’IAE, d’écoles de commerce ou d’ingénieurs ou d’instituts d’études politiques.  

Autre possibilité : suivre une formation d’ avocat , orientée sur la fiscalité.

Et les ressources humaines (RH)

Les services RH sont présents dans presque toutes les entreprises.

Chapeauté par le responsable des ressources humaines , c’est là que s’administre le quotidien des salariés puisqu’on y traite les paies et les congés, notamment.

Mais c’est aussi aux RH de développer les compétences du personnel en misant sur le recrutement, la formation ou la mobilité interne.

Certains pros sont spécialisés dans ces tâches tels que le responsable de la rémunération et le responsable de recrutement .

Les embauches des ressources humaines sont difficiles à prévoir car c’est une activité très sensible à la conjoncture économique.

La meilleure façon de s’intégrer sur le marché est de décrocher un diplôme de niveau bac + 5 (diplôme national de master ou diplôme d'école supérieure) en gestion des ressources humaines.

Certaines spécialités sont particulièrement favorables aux jeunes diplômés : la fonction publique ou l’associatif, notamment.

Une enseignante en expertise comptable et un étudiant en comptabilité témoignent

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels