Fiche secteur

BTP et architecture : des opportunités pour se construire une carrière

Publication : mai 2012
Des logements collectifs ou individuels jusqu’aux équipements publics, les entreprises du bâtiment et des travaux publics (BTP) interviennent partout. Elles continuent de recruter massivement malgré la crise. Des ouvriers d’abord, mais aussi, et de plus en plus, des diplômés du supérieur.

Le BTP recrute massivement malgré la crise

Routes, ponts, canalisations, mais aussi logements et édifices publics... Depuis l’artisan travaillant en solo jusqu’aux géants tels que Vinci ou Eiffage, les entreprises du BTP ne chôment pas. Aussi continuent-elles de recruter massivement malgré la crise.

Chaque année, le secteur du bâtiment embauche environ 80 000 personnes, et les travaux publics intègrent presque 27 000 nouveaux entrants.

Ces secteurs de main-d’oeuvre, qui rassemblent presque 1 500 000 personnes, comptent une majorité d’ouvriers à renouveler régulièrement.

Car ils sont nombreux à partir à la retraite ou à évoluer dans la hiérarchie.

Reste que le BTP a aussi un besoin accru de cadres pour faire face à de nouvelles exigences. Comme les architectes. Ces maîtres d’oeuvre chargés de concevoir les projets de construction seraient environ 35 000 dont 83 % de libéraux et associés.

Sans oublier les professionnels du paysage qui conçoivent, réalisent et entretiennent les lieux de vie qu'il s'agisse d'aménagement des jardins publics, des espaces urbains ou de jardins privés.

Ces entreprises sont présentes dans toute la France (92 500 emplois dans le privé, 85 000 dans le public).

La profession compte une grande majorité de CDI (83%), le plus souvent à temps complet (90%).

Une majorité d’ouvriers et des cadres aux compétences élargies

Sur les chantiers du bâtiment, les ouvriers sont majoritaires (75 %), se répartissant entre le gros œuvre (le maçon ou le conducteur d’engins y sont en bonne place) et le second œuvre, c’est-à-dire toutes les finitions, de la toiture à la peinture en passant par l’électricité (plombier, menuisier, carreleur, chauffagiste, charpentier…).

Les travaux publics s’appuient également sur les équipes ouvrières (65 %), chargées de domaines aussi divers que la construction de routes, l’installation d’éclairages publics, la collecte des déchets, l’acheminement de l’eau potable…

A la tête des équipes, des chefs de chantier, des conducteurs de travaux, des commerciaux… dont les compétences s’élargissent.

En cause, les nouvelles réglementations liées au développement durable ainsi qu’à la concurrence accrue entre les entreprises pour décrocher les marchés.

On ne s'improvise pas non plus paysagiste. La part des professionnels non diplômés est en constante diminution. Résultat : la part des salariés d'un niveau supérieur au bac ne cesse d'augmenter et atteint aujourd'hui près de 25% des actifs.

Témoignages de professionnels




Le BTP et le paysage à tous niveaux, du CAP au bac + 5

Dans le BTP, le CAP (certificat d’aptitude professionnelle) reste un niveau de qualification très recherché, d’autant plus lorsqu’il est préparé en apprentissage. Pour preuve, une trentaine de diplômes forment les jeunes à des spécialités pointues (CAP canalisateur, constructeur de routes, couvreur, maçon, installateur thermique, plâtrier, peintre…).

Au niveau bac, sont proposés une quinzaine de bacs pro et autant de brevets professionnels, permettant aux diplômés de s’installer à leur compte.

Au niveau supérieur, une quinzaine de BTS (brevets de technicien supérieur bâtiment, travaux publics, enveloppe du bâtiment, géomètre-topographe…) et 2 DUT (diplômes universitaires de technologie génie civil, génie thermique et énergie).

Ces diplômes peuvent être complétés par une licence pro (bac + 3) pour accéder à des fonctions d’encadrement intermédiaire.

A bac + 5, on retrouve des écoles d’ingénieurs et des masters conduisant aux postes de cadres. Les formations d'ingénieur dans les écoles du paysage sont très prisées par les entreprises. Elles permettent ainsi d'accéder rapidement à des postes de conducteur de travaux ou de responsable d'agence.

Citons aussi les 20 écoles d’architecture menant en 5 ans au diplôme d’Etat. S’y ajoutent l’ ESA de Paris, une école privée reconnue, ainsi que l’ Insa de Strasbourg, seul établissement à recruter les futurs architectes avec un bac + 1 scientifique.

Quant à l'univers du paysage, il se rejoint à tous les niveaux d'études, du CAP au diplôme d'ingénieur ou de concepteur paysagiste, sous statut scolaire ou par la voie de l'apprentissage. Ces formations proposées par l'enseignement agricole s'appuient sur des situations concrètes, en lien avec des professionnels.

Témoignages d'étudiants et de professeurs

Les publications de l'Onisep

 

Les métiers du paysage (2013)

Les métiers du paysage, collection Zoom sur les métiers

Parution : août 2013

Document à télécharger. Vente également sur la librairie web

Les métiers du BTP, collection Parcours

Les métiers du bâtiment et des travaux publics, collection Parcours

Parution : mai 2012

Les métiers de l'architecture, de l'urbanisme et du paysage, collection Parcours

Parution : octobre 2013

Les métiers du bâtiment, collection Zoom sur les métiers

Parution : mai 2009

Document à télécharger. Vente également sur la librairie web

Haut de page

Recherche géolocalisée

Vient de paraître

Contacter
un conseiller en ligne

http://www.onisep.fr/ezrecommendation/request?productid=news&eventtype=consume&itemtypeid=2&itemid=437816&categorypath=/2/337929/337948/