Fiche secteur

Chimie : des industries rénovées, des profils qualifiés

publication : 22 décembre 2016
Des molécules complexes pour les cosmétiques aux biocarburants en passant par les écrans plats et les médicaments, la chimie est partout. Soumises à de profondes mutations, les industries chimiques connaissent une baisse constante des effectifs et une montée en qualification des postes. Le secteur reste toutefois porteur.

secteur de l'industrie chimique

Emploi stable, voire à la hausse

Regroupant chimie de base, chimie fine et de spécialités, les industries chimiques comptent 200 000 salariés et recrutent 15 000 personnes par an, ce qui en fait un secteur industriel majeur en France.

Automatisation des procédés, délocalisations, importations… ces industries ont connu depuis 30 ans de profonds changements qui ont généré une réduction régulière des effectifs. Sans oublier les effets de la crise économique de 2008 et un faible turn-over des emplois.

L’activité reprend toutefois quelques couleurs, portée par le dynamisme des industries consommatrices de chimie tels l’aéronautique, l’automobile, le bâtiment… Mieux, les secteurs d’application (pharmacie, cosmétiques, plasturgie, traitement de l’eau…) où travaillent la majorité des chimistes constituent un appel d’air. Des créneaux, qui ne concernent pas encore de gros volumes d’emplois, se développent même : chimie du végétal, chimie verte et recyclage, chimie des matériaux…

Spécificité du secteur : les emplois sont concentrés dans quelques régions (par exemple, chimie lourde en Rhône-Alpes, pharmacie et cosmétique en Normandie…) et se déclinent aussi à une échelle internationale.

Recherche, formulation, analyse, vente… des métiers variés

Adapter la formule de leurs produits à la réglementation, élaborer de nouveaux matériaux et molécules, créer des médicaments… les entreprises de la chimie innovent en permanence. C’est la mission des services de recherche et développement, qui rassemblent chercheurs, ingénieurs et techniciens chimistes. Parmi eux, certains pros sont chargés de protéger les innovations (ingénieurs brevets) et d’orchestrer les projets (chefs de projet)

Le gros des effectifs de chimistes est dédié aux activités de fabrication et de production. À l’usine, il faut organiser la production à grande échelle et garantir son bon déroulement au quotidien. Place aux ingénieurs et techniciens procédés, production, maintenance…, relayés par les pilotes de ligne de production et les opérateurs. À chaque étape, la qualité des matières premières et du produit fabriqué sont réalisées notamment par des techniciens d’analyses.

Enfin, parmi ce qu’on appelle les "fonctions supports", on trouve les commerciaux (technico-commerciaux, chefs de produit et acheteurs) là pour assurer les ventes et les négociations, et les spécialistes de la réglementation et de l’environnement (chargé hygiène-sécurité-environnement, chargé des affaires réglementaires...).

Des formations différentes selon les fonctions

Pour travailler dans les métiers de la chimie, il est possible de suivre un cursus spécialisé en chimie mais aussi dans d’autres spécialités attendues sur le secteur (production, génie industriel, techniques d’analyse…).

Porte d’entrée dans le secteur : les CAP ( industries chimiques ou conducteur d'installation de production, par exemple) et bacs pro ( procédés de la chimie, de l’eau et des papiers-cartons, par exemple), préparés respectivement en 2 ans et 3 ans après la 3e. Ces formations donnent accès à la production, notamment au métier d’opérateur de ligne de production.

À bac + 2, de nombreux BTS et DUT (chimie, procédés industriels, instrumentation, qualité…) permettent d’exercer en production, en contrôle qualité ou encore en recherche et développement. Ces cursus peuvent être complétés par une licence pro en 1 an, un atout sur certains créneaux comme la qualité.

À bac + 5, les masters à l’université (en chimie, génie industriel…) et les diplômes d’école d’ingénieurs, notamment de la Fédération Gay-Lussac, préparent aux fonctions avec davantage de responsabilités, du chef de projet à l’ingénieur production en passant par le responsable assurance qualité… Côté vente et marketing, une double compétence sciences et marketing-commercial est souvent privilégiée.

Pour rejoindre la recherche ou se spécialiser davantage, il faut poursuivre à bac + 8 en doctorat.

À noter : la chimie a besoin de personnes qualifiées car c’est une industrie avec des procédés de fabrication complexes. La part des techniciens et des ingénieurs (70 %) y est supérieure à celle des autres secteurs industriels (autour de 50 %).

Imprimer

Les publications de l'onisep

  • métiers
  • Les métiers de la chimie, collection Parcours
    Les métiers de la chimie
    Les métiers de la chimie
    collection Parcours
    parution en décembre 2016
    Des filières de formation du CAP jusqu'au doctorat (bac + 8). Une trentaine de métiers répertoriés en 5 familles
    Les métiers de la biologie, collection Parcours
    Les métiers de la biologie
    Les métiers de la biologie
    collection Parcours
    parution en février 2016
    Pour s'informer sur les métiers de la biologie, les sciences du vivant. Toutes les formations du bac + 2 au bac + 8 ou plus
* Prix hors frais de port

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels