Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Sommaire du dossier

Construction aéronautique, ferroviaire et navale

Les formations pour exercer dans la construction aéronautique, ferroviaire et navale

Publication : 23 mars 2018
La construction aéronautique, ferroviaire et navale recrute à différents niveaux pour couvrir toute la chaine de conception et de fabrication : CAP, bac professionnel, bac + 2, master ou diplôme d'ingénieur. Les formations peuvent être spécialisées dans un secteur ou plus transversales. Passage en revue des différents cursus du secteur.

Vidéo 1 - CAP aéronautique option structure | Vidéo 2 - Bac pro aéronautique option structure | Vidéo 3 - Bac pro technicien d'usinage | Vidéo 4 - BTS construction navale

CAP et bac professionnel dans la production et la maintenance

Plusieurs CAP (certificats d'aptitude professionnelle) et bacs professionnels permettent d'accéder à des postes d'opérateurs dans le secteur aéronautique, ferroviaire et naval, notamment en production : assemblage, fabrication et réparation de pièces ou d'équipements. Certains d'entre eux sont dédiés à un secteur, par exemple les CAP et bac pro aéronautique, le CAP charpentier de marine ou le bac pro maintenance nautique. Prisées car complètes, ces formations sont toutefois proposées dans peu d'établissements. De nombreuses autres spécialités apportent par ailleurs une compétence attendue dans ces industries. Citons, par exemple, les CAP réalisations industrielles en chaudronnerie ou soudage ; peinture en carrosserie, ou les bacs professionnels maintenance des équipements industriels ; systèmes numériques ; fonderie...

Plusieurs spécialités à bac + 2 / + 3

À bac + 2, les BTS (brevets de technicien supérieur) et DUT (diplômes universitaires de technologie) permettent de s'insérer à des postes de techniciens supérieurs. Quelques formations sont spécifiques, à l'instar du BTS aéronautique ou du BTS conception et industrialisation en construction navale. Mais des spécialités en mécanique, électronique, maintenance, matériaux... intéressent également les recruteurs. C'est le cas, par exemple, des BTS conception des produits industriels, BTS conception et réalisation en chaudronnerie industrielle, BTS maintenance des systèmes, DUT génie industriel et maintenance, DUT mesures physiques... Ces cursus peuvent être complétés en un an par une licence professionnelle (bac + 3), qui permet d'approfondir ses connaissances ou d'acquérir une spécialisation dans le secteur.

Du bac + 5 au bac + 8 : encadrement et recherche

À bac + 5, deux voies de formation : un diplôme d'école d'ingénieurs centré sur l'aéronautique ou l'automobile, ou orienté dans une compétence associée (mécatronique, systèmes embarqués, calcul de structures, ingénieur d'affaires...) ; un master à l'université en aéronautique et spatial, génie maritime, mécanique, propulsion, informatique industriel... À la clé des fonctions d'ingénieur ou de responsable en bureau d'études, qualité, production, essais, méthodes... Les postes dans la recherche nécessitent quant à eux de pousser jusqu'au doctorat à bac + 8.

Il existe quelques écoles spécialisées dans le transport, l’aérien et le ferroviaire qui proposent des formations à tous les niveaux. Elles délivrent des diplômes, des titres et des certificats de qualification professionnelle reconnus par les employeurs.

 

Ressources utiles

Aller plus loin : Pour les étudiants

 

 

 

 

Imprimer

À lire aussi

Dans le même dossier

Sur le web

Associations professionnelles

  • GIFAS (Groupement des Industries françaises aéronautiques et spatiales)
  • GICAN (Groupement des Industries de Construction et Activités navales)
  • FIF(Fédération des Industries ferroviaires)

Les publications de l'Onisep

Les métiers de l'industrie aéronautique et spatiale, collection Parcours
Les métiers de l'industrie aéronautique et spatiale
* Prix hors frais de port

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels