Sommaire du dossier

Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Défense

Les métiers et l'emploi dans la Défense

Publication : 9 octobre 2018
Armée de Terre, Marine nationale, armée de l'Air... chaque année, on compte plus de 20 000 nouvelles recrues. Combat, détection, protection mais aussi transport, renseignement, télécommunications, les métiers dans la Défense sont multiples. Focus sur les différentes familles de métiers.

Vidéo 1 - Solange, mécanicienne | Vidéo 2 - Bertrand, pilote

Des spécialités déficitaires dans l'armée

Les 3 armées se répartissent en familles de métiers : le combat, la logistique, la sécurité, le renseignement mais aussi la guerre électronique, l'administration et la vie quotidienne (comme le métier de cuisinier). Si les métiers d'action attirent le plus les jeunes, d'autres, plus techniques, connaissent des difficultés de recrutement : informaticiens, mécaniciens, électroniciens, météorologues, contrôleurs aériens...

Parmi les 100 spécialités proposées par l'armée de Terre, la priorité est donnée aux fonctions opérationnelles de combat, plutôt qu'à celles qui se rapportent à l'intendance, comme l'hôtellerie et la restauration. Si les métiers de combattant attirent, tel que parachutiste qui fait toujours autant rêver les candidats (une vingtaine par poste), certaines spécialités techniques peinent à recruter : linguiste d'écoute en langue rare, météorologue, topographe... Des métiers auxquels les jeunes ne pensent pas forcément quand ils s'intéressent à l'armée.

Il en va de même dans la Marine nationale qui offre près de 60 métiers, en mer (détecteur, fusilier marin, manœuvrier, navigateur-timonier...), mais aussi à terre et dans les airs puisque cette armée dispose d'équipements tels que l'avion de combat Rafale. Les métiers relevant des opérations navales, au mode de vie atypique, souffrent d'une méconnaissance de la part des jeunes.

L'armée de l'Air compte également une cinquantaine de métiers : des pilotes de chasse, des contrôleurs aériens, mais aussi des informaticiens, des mécaniciens avionique, des spécialistes du renseignement, des réseaux, des télécommunications ou de la sécurité incendie...

Assurer la relève dans les forces armées

C'est sur le dynamisme des jeunes recrues que repose largement la capacité opérationnelle des 3 armées (Terre, Air, Marine). Au total, plus de 200 000 militaires et environ 70 000 civils exercent dans le secteur.

Plus de 60 % des militaires exercent sous contrat à durée limitée (de 1 an, renouvelable 4 fois, ou de 5 à 10 ans). À l'issue de leur contrat, ils choisissent de retourner à la vie civile, de renouveler leur contrat ou de s'engager pour faire carrière dans l'armée. D'où un recrutement continu au sein des 3 armées. De quoi remplacer aussi les départs. Plus de 21 000 jeunes sont recrutés chaque année.

Très largement en tête avec 115 000 militaires, l'armée de Terre concentre 75 % des recrutements annuels. Elle assure le contrôle des opérations au sol, dans des environnements difficiles, au niveau national et partout dans le monde. Sur le territoire français, cette armée est fortement sollicitée pour assurer la sécurité des personnes.

Environ 15 % des recrutements concernent la Marine nationale. Cette armée rassemble 40 000 marins, hommes et femmes, militaires et civils. Leurs missions vont du sauvetage en mer jusqu'à la dissuasion nucléaire, en passant par la gestion de crise et le combat en mer.

Quant à l'armée de l'Air, elle représente près de 10 % des recrutements, soit 3 000 jeunes intégrés par an. Elle est composée de 42 500 militaires. Avec 23 % de femmes, c'est l'armée la plus féminisée. Capable de déployer des unités à grande distance et très rapidement, l'armée de l'Air est essentiellement associée à la gestion des crises.

Vient de paraître