Sommaire du dossier

Accueil du dossier Alexandra, son stage de journaliste Édition, librairie, bibliothèque : la passion du livre Journalisme

Fiche secteur

Édition, librairie, bibliothèque : la passion du livre

publication : 27 février 2017
Bousculé par le développement de l’image et du numérique, le secteur du livre (maisons d'édition, industries graphiques, librairies, bibliothèques) continue d'attirer de nombreux jeunes. Les places y demeurent rares et réservées à des profils qualifiés.

Secteur de l'edition et de la presse

Édition, librairie : le secteur s'adapte au numérique

Premier producteur de contenus culturels en France devant la télé et le cinéma, le marché du livre repart à la hausse avec 436 millions d'exemplaires vendus en 2015. Véritable locomotive de cette reprise : la littérature (26% des ventes) et la jeunesse (13%). Autre moteur : l'exportation. La cession des droits de titres français à l'étranger a doublé en 10 ans. Néanmoins, les recrutements restent modérés et les salaires, modestes.

Près 3000 maisons d'édition tout support publient au moins un titre chaque année, dans des domaines très variés : littérature, BD, santé, pratique, scolaire... De l'éditorial au marketing en passant par la fabrication, 15000 personnes s'y emploient à produire des ouvrages. Sans compter les 5000 auteurs, traducteurs et illustrateurs avec lesquels ces entreprises collaborent régulièrement. L'activité est concentrée en Île-de-France qui héberge une dizaine de grands groupes employant la majorité des salariés du secteur mais aussi des structures fonctionnant avec 1 à 5 personnes.

Avec 10 millions d'unités vendus en 2015, le livre numérique n'a pas nuit au livre imprimé. Le papier continue d'avoir en France la préférence des lecteurs. Toutefois, nombre d'éditeurs ont intégré le multimédia dans leur processus de création. En jeunesse, certains développent des ouvrages interactifs proposant des sons, des animations visuelles, des prolongements de lecture requérant les compétences d'un chef de projet numérique ou designer éditorial.

Si l'édition s'adapte à la nouvelle donne, l'équilibre économique du secteur est fragile. C'est le cas aussi des industries graphiques, mises à mal ces dernières années. Prépresse, impression, façonnage, reliure... 4000 entreprises mettent en forme l'objet livre. Si certaines imprimeries ont fermé faute d'avoir pu s'adapter ou trouvé repreneur, d'autres ont su innover et proposer de nouveaux outils de production.

Face aux grandes surfaces spécialisées et aux sites web, 3200 librairies indépendantes tirent leur épingle du jeu. Leur atout : le conseil. Les libraires ont su diversifier leurs activités : rencontres avec des auteurs, ateliers illustration pour les enfants, clubs de lecture, et développer des services : impression à la demande d'ouvrage épuisé, mise à disposition rapide d'un titre grâce à des plateformes partagées...

Autres promoteurs du livre, les bibliothèques. L’État, les départements et les communes emploient 9 bibliothécaires sur 10, principalement recrutés par voie de concours. Ceux-ci offrant peu de postes, le recours aux contractuels n'est pas rare.

 

De l'auteur au lecteur : les acteurs de la chaîne du livre

Cliquez sur une photo pour faire apparaître le diaporama.

Témoignages : Amanda, libraire ; Thierry, éditeur

Formation aux métiers du livre : du BTS au master

Sous l'impulsion des nouvelles technologies de l'image et du numérique, certains métiers du livre ont beaucoup évolué. C'est le cas également de certaines formations professionnelles (bac pro, BTS) qui ont été rénovées pour mieux répondre aux attentes des employeurs en termes de compétences et de technologies.

Le bac pro constitue le diplôme d'entrée pour les industries graphiques. Il permet de débuter sur les postes de conducteurs de machines (offset et numérique), d'opérateurs pré-presse ou de façonniers. Deux spécialités au choix : bac pro façonnage de produits imprimés ; bac pro réalisation de produits imprimés plurimédia.

Un niveau bac + 2 favorise l'accès à l'emploi et l'évolution vers des fonctions de gestion d'équipe (chef d'atelier, directeur de production…). Incontournable, le  BTS études de réalisation d'un projet de communication. Il peut être complété par une licence pro permettant de se spécialiser en 1 an par exemple en gestion des flux numériques et imprimés (pour les responsables de production).

De niveau équivalent au bac, le BMA arts de la reliure se prépare en 2 ans par apprentissage après un CAP de même spécialité. Il peut être complété par un DMA arts graphiques option reliure.

Pour intégrer une maison d'édition, un diplôme de niveau bac+5 est devenu le sésame, que ce soit pour les postes d'éditeur ou de secrétaire/assistant d'édition. Il faut dire que les candidats sont très nombreux à s'y présenter... Un cursus généraliste en 3 ans à l'université (licence lettres, histoire, mais aussi économie ou sciences) permet de préparer ensuite un master édition en 2 ans pour se former aux techniques éditoriales. 

Pour les postes spécialisés en marketing ou partenariats, outre le master, un diplôme d'école de commerce est apprécié.

Avec un  BTS édition (bac+2), il reste possible de postuler un emploi de technicien de fabrication. Et avec un BTS design graphique, d'exercer comme maquettiste, si la structure dispose d'un studio de création intégré. La direction artistique comme le design éditorial sont en revanche accessible avec un niveau bac+5 (DSAA, DNSEP, diplôme d'école d'art).

Pour exercer en librairie, le BP (brevet professionnel) est le diplôme-clé. Accessible avec un CAP employé de vente spécialisé option-D produits de librairie papeterie presse, le BP libraire recrute principalement parmi les bacheliers et accueille même des étudiants. Il se prépare sur 2 ans, uniquement en apprentissage.

Le DUT information-communication option métiers du livre et du patrimoine est également adapté. Il se prépare en 2 ans après le bac. Ce diplôme ouvre également l'accès aux bibliothèques, après réussite à un concours de catégorie B. Les concours de catégorie A recrutant à partir de bac+ 3, il est préférable de continuer en licence pro métiers du livre pour 1 an ou de rejoindre une licence généraliste.

Les commerciaux chargés de représenter les maisons d'édition auprès des distributeur-diffuseurs sont généralement diplômés à bac+2 (BTS négociation relation client, DUT techniques de commercialisation) ou bac+3 (bachelor d'école de commerce).

Les stages permettent d'élargir ses compétences et de se créer un réseau de contacts.

Imprimer

Les publications de l'onisep

  • métiers
  • Les métiers du journalisme, de la communication et de la documentation, collection Parcours
    Les métiers du journalisme, de la communication et de la documentation
    Les métiers du journalisme, de la communication et de la documentation
    collection Parcours
    parution en août 2014
    Un secteur qui doit relever le défi du numérique. Des métiers variés avec toutes les formations et les perspectives d'emploi
* Prix hors frais de port

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels