Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Jérôme, ingénieur en automatismes

Publication : 7 mars 2017
Quatre à cinq fois par an, Jérôme s’envole pour le Moyen-Orient ou l’Afrique. Objectif : rencontrer des industriels désireux d’automatiser leurs procédés de fabrication. Le reste du temps, c’est par téléphone qu’il communique avec ses clients ou avec son équipe de consultants, chargée de déployer ces systèmes automatisés sur le terrain.

Jérôme Petit

"Les enjeux financiers sont de taille lors de la mise en service d'une usine."

L'informatique au service d'une usine

Ingénieur en informatique industrielle, Jérôme travaille actuellement à la conception d’un projet d’envergure : un procédé d’automatisation pour une usine de traitement des eaux usées dans le golfe Persique. « Ma mission consiste à dimensionner et à concevoir l’architecture d’un système qui tienne compte des besoins en termes de volume et de qualité d’eau, mais aussi des contraintes économiques. »

Automatisation : une mécanique de précision

Jérôme se souvient de sa première mission de 1 an pour automatiser un broyeur à ciment, après son BTS. "Quand j’ai vu le broyeur démarrer, j’ai été récompensé des heures passées à programmer l’automate." Devenu ingénieur par le biais de la formation continue, il est le chef d’orchestre du projet, amené à dialoguer avec de nombreux interlocuteurs. "Pour mettre en évidence toutes les étapes d’un process de désalinisation et optimiser les automatismes, je dois combiner les problématiques des différents utilisateurs."

Un métier tourné vers la clientèle

"Les enjeux financiers sont de taille lors de la mise en service d’une usine, poursuit-il. Cela nécessite pas mal de sang-froid." Sans oublier de solides qualités relationnelles. D’autant plus que Jérôme assure également la promotion des offres du groupe auprès des leaders industriels de différents pays. À lui de s’adapter, à chaque fois, à la culture du client.

Parcours

  • Après le bac en 2 ou 3 ans : des postes de techniciens en automatismes ou d’assistants ingénieurs sont accessibles avec un DUT génie électrique et informatique industrielle (GEII), un BTS contrôle industriel et régulation automatique (CIRA) ou un BTS conception et réalisation  de systèmes automatiques (CRSA).  Une trentaine de licences pro permettent de compléter ses connaissances en systèmes automatisés.
  • Après le bac en 5 ans : pour accéder au niveau ingénieur, il faut préparer un master en automatique  ou en informatique industrielle à l’université, ou un diplôme d’ingénieur en école. De nombreux établissements proposent des spécialisations dans ces domaines : Centrale Lille-IG2I, l’Ensea à Cergy-Pontoise, l’Ensiame à Valenciennes, HEI Lille, l’Insa Toulouse, Polytech Montpellier 2…
     

À lire aussi

Haut de page

Vient de paraître