Imprimer

Fiche secteur

Environnement : emplois verts et gestion des déchets

Publication : janvier 2013
Maisons écologiques, normes imposées aux entreprises, récupération d’énergie… l’environnement s’invite partout dans la vie économique. Si les jeunes rêvent d’emplois verts en pleine nature, c’est dans la gestion des déchets et des eaux que l’on embauche le plus.

Un secteur prometteur, concurrentiel aussi…

Les emplois environnementaux attirent de nombreux candidats : les places y sont donc chères. Contrairement aux idées reçues, les activités de plein air, au sein de parcs naturels par exemple, ne représentent qu’une minorité de postes.

 Aujourd’hui, la gestion des déchets et des eaux usées fournit la moitié des emplois.

Les éco-activités, qui produisent des biens ou services visant la protection de l’environnement ou la gestion des ressources naturelles, sont aussi en pleine croissance et emploient 452 600 personnes, pour les deux tiers dans le secteur privé.

Enfin, portées par des lois de plus en plus strictes en matière de développement durable, les énergies renouvelables et la maîtrise de l’énergie créent des emplois, pour les travaux d’isolation des bâtiments, l’installation de pompes à chaleurs, la valorisation des déchets...

Au nombre des grands acteurs : des multinationales comme Veolia Environnement ou Suez Environnement, de plus petites entreprises privées et des collectivités publiques.

Des métiers verts ou verdissants

Prévention et du traitement des pollutions et des nuisances, aménagement du territoire et du cadre de vie… les métiers les plus plébiscités ne sont pas les plus qualifiés.Le secteur offre beaucoup d’emplois de services, au niveau ouvrier et technicien. L’agent d’entretien et d’assainissement concentre ainsi de nombreuses offres.

Sur le créneau de l’eau et des déchets, les éco-industries emploient des chefs de projet, des directeurs d’agence, des ingénieurs d’études et travaux, des technico-commerciaux… Les industries traditionnelles, elles, font appel à des cadres pour appliquer les normes environnementales : responsables QSE (qualité, sécurité, environnement), experts efficacité énergétique…

Si les préoccupations écologiques font apparaître de nouveaux métiers tels le diagnostiqueur immobilier, l’expert bilan carbone, le consultant green IT ou l’éco-concepteur, elles ont surtout transformé des métiers existants : c’est ce qu’on appelle des métiers verdissants.

Témoignages de professionnels

Gare à la surqualification

Spécificité du secteur : un décalage entre les formations des candidats qui ont tendance à poursuivre leurs études et les besoins de recrutement.

En effet, les trois quarts des offres concernent des métiers de niveau CAP (certificat d’aptitude professionnelle, 2 ans après la 3eme), bac pro ou bac.

Les BTSA (brevets de technicien supérieur agricoles) et BTS (brevets de technicien supérieur), à bac + 2, sont toutefois appréciés.

Pour des postes d’encadrement, qui recrutent à bac + 5, vous pouvez opter pour une école d’ingénieurs généraliste (avec des options en environnement) ou spécialisée en génie de l’eau et de l’environnement, génie industriel...

Autre possibilité : préparer une licence puis un master (bac + 5) orienté développement durable, à l’université.

Sont également prisés des entreprises les candidats ayant une compétence métier à laquelle ils ont intégré le développement durable.

Les publications de l'Onisep

Les métiers du paysage (2013)

Les métiers du paysage, collection Zoom sur les métiers

Parution : août 2013

Document à télécharger. Vente également sur la librairie web

2013_ZOOM_PAYSAGE.pdf (15,73 Mo)

Les métiers de l'environnement, collection Parcours

Parution : janvier 2011

Haut de page

Vient de paraître

Contacter
un conseiller en ligne

http://www.onisep.fr/ezrecommendation/request?productid=news&eventtype=consume&itemtypeid=2&itemid=437825&categorypath=/2/337929/337948/