Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Sommaire du dossier

Accueil du dossier Paramédical - Métiers et emploi Paramédical - Formations

Paramédical

Les métiers et l'emploi dans le paramédical

Publication : 6 octobre 2018
Soignants, spécialistes de la rééducation, de l'appareillage ou de l'assistance médicale et technique, le secteur ouvre grand ses portes aux jeunes diplômés. Travail en libéral au sein d'un cabinet ou comme salarié à l'hôpital, dans des centres spécialisés, des maisons de retraite, tour d'horizon des métiers du paramédical.

Vidéo 1 - Frédéric, infirmier | Vidéo 2 - Pascal, infirmier | Vidéo 3 - Hélène, puéricultrice

Soins, rééducation, appareillage et assistance

Sans être médecins, les professionnels paramédicaux dépistent des problèmes de santé, contribuent aux soins et à l’amélioration des conditions de vie des patients.

Parmi la vingtaine de métiers répertoriés, plusieurs profils coexistent. Les "soignants" (infirmiers, aides-soignants, puériculteurs…) assistent une équipe médicale.

Les professionnels de la rééducation (psychomotriciens, masseurs-kinésithérapeutes, diététiciens…) travaillent sur la prescription d’un médecin qui a identifié les troubles du patient.

Les métiers de l’appareillage (opticien-lunetier, audioprothésiste, podo-orthésiste…) font appel à des compétences et savoir-faire plus manuels.

Enfin, l’assistance médicale et technique (technicien d’analyses biomédicales, manipulateur en électroradiologie médicale…) associe les connaissances médicales à la maîtrise de technologies.

Des besoins, à l'hôpital ou à domicile

Secteur dynamique, le paramédical offre des conditions d'insertion privilégiées à une majorité de professionnels. Le domaine des soins (aides-soignants et infirmiers principalement) emploie à lui seul plus d'1 million de personnes, dont 80 % de femmes. Le niveau d'embauches devrait se maintenir du fait du vieillissement de la population.

Le domaine de la rééducation (diététiciens, orthophonistes, psychomotriciens notamment) n'est pas en reste avec plus de 165 000 professionnels en activité. La moitié d'entre-eux sont des kinésithérapeutes, et leur nombre pourrait progresser encore d'ici 2030.

Pour les paramédicaux, la liste des employeurs potentiels est longue : hôpitaux publics, cliniques privés, établissements médico-sociaux, instituts spécialisés dans l'accueil des personnes handicapées, maisons de retraite, associations, cabinets libéraux, services de soins à domicile, centres de rééducation fonctionnelle. Sans oublier les maisons de santé pluri-professionnelles qui se développent en milieu rural et dans certaines zones en périphéries des villes. Ces nouvelles structures, qui regroupent médecins et paramédicaux, permettent une prise en charge coordonnée des patients, une mutualisation des moyens et un travail en équipe. On estime à 10 000 le nombre de professionnels en libéral concernés.

Certaines structures sont spécifiques à quelques métiers : les crèches et centres de PMI (protection maternelle infantile) pour les auxiliaires de puériculture et les puériculteurs ; les ateliers de fabrication, pour les prothésistes et orthoprothésistes ; magasins spécialisés pour les opticiens-lunetiers ou les audioprothésistes ; laboratoires médicaux pour les techniciens d'analyses ; centre d'imagerie médicale pour les manipulateurs radio.

Salarié, libéral ou commerçant

Les professionnels de soins sont majoritaires à l’hôpital, tandis que les spécialistes de la rééducation exercent surtout en libéral.

Cependant, les masseurs-kinésithérapeutes sont encore très attendus en structures hospitalières et les besoins en infirmiers libéraux s’accroissent à la faveur du développement des soins à domicile.

La demande pressante de soins et les nombreux départs à la retraite des professionnels contribuent à doper les perspectives d’emploi. En particulier pour les aides-soignants et pour les infirmiers, qui sont en première ligne pour répondre aux besoins de patients en perte d’autonomie ou atteints de maladies chroniques.

Mais les tendances d'emploi ne sont pas identiques pour toutes les professions.

Les auxiliaires de puériculture, psychomotriciens et orthoptistes bénéficient de belles perspectives. De même que les "assistants médicaux", chargés d'accompagner et de décharger les médecins pour des actes simples, qui seront 4 000 à être recrutés d'ici 2022.

Le marché de l’emploi des diététiciens et des techniciens en analyses biomédicales est par contre beaucoup plus réduit.

De même, certains métiers "victimes de leur succès" connaissent ou vont connaître, dans les années à venir, une baisse du niveau de recrutement en raison du trop grand nombre de professionnels formés : c'est le cas des ostéopathes et des masseurs-kinésithérapeutes.

Pour toutes les professions, l’offre de postes est plus ou moins importante selon les régions. L’accès à un premier poste passe parfois par la mobilité géographique et/ou l’emploi temporaire.

Les compétences s’étoffent, notamment pour les infirmiers qui se voient confier de nouvelles tâches, comme le suivi du traitement de maladies chroniques. Par ailleurs, la promotion des personnels hospitaliers est favorisée. De nombreux postes de cadres de santé vont se libérer.

 

Imprimer

Les publications de l'Onisep

Les métiers du paramédical, collection Parcours
Les métiers du paramédical
Les métiers au service du handicap , collection Zoom sur les métiers
Les métiers au service du handicap
Les métiers des associations de l'aide et du soin à domicile, collection Zoom sur les métiers
Les métiers des associations de l'aide et du soin à domicile
* Prix hors frais de port

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels