Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Sommaire du dossier

Sécurité

Revivez le tchat avec Mahdi Belbey, commissaire de police

publication : 8 septembre 2015
Gérer son service, piloter des opérations, coordonner et suivre l'action des enquêteurs, le commissaire de police assure des missions diverses et variées. Ce métier vous attire ? Êtes-vous fait(e) pour ? Quelles études faut-il envisager ? Mahdi Belbey, commissaire de police à Paris, a répondu en direct à toutes vos questions, mercredi 9 septembre. Retrouvez l'intégralité des échanges.

Mahdi Belbey

Modérateur : Bonjour, le tchat va commencer. Nous accueillons aujourd'hui Mahdi Belbey, commissaire de police à Paris. Il se tient prêt à répondre à vos questions sur son métier, son parcours, la formation à ce métier, etc. 
Bon tchat ! 

Mahdi Belbey : Bonjour à tous. Je suis très heureux de pouvoir participer à ce tchat, pour vous parler de la police et du métier de commissaire.  J'attends vos questions ! 

AzeQu'est-ce qui vous a donné envie de faire ce métier ? 

Mahdi Belbey : Je voulais être au service de l'État et exercer un métier animé autant par l'action que par la réflexion. Un destin, c'est parfois une rencontre. A l'université, mon professeur de géopolitique en licence était commissaire de police. Ce dernier m'a transmis la passion de son métier. J'ai donc suivi son chemin. 

WitaroseDoit-on avoir le bac ? Et si oui, lequel pour être commissaire de police ? 

CamilleQuel bac faut-il faire pour passer le concours pour devenir commissaire de police ? 

Mahdi Belbey : Oui, il faut avoir le bac, et poursuivre ensuite des études supérieures, dans la mesure où il faut être titulaire d'un master pour présenter le concours externe de commissaire de police. Je vous recommande d'opter pour un bac littéraire (L) ou en sciences économiques et sociales (ES). 

AudeCombien d'années d'études faut-il faire pour être commissaire de police ? Doit-on commencer par être policier, puis commissaire ? 

Mahdi Belbey : Il faut être titulaire d'un master. Cela représente 5 années d'études après l'obtention du baccalauréat. Non, nul besoin d'être policier : vous pouvez débuter votre carrière dans la police en tant que commissaire, en passant le concours externe. 

ReloEst-ce qu'il y a un âge minimum pour passer le concours ? 

Mahdi Belbey : Le concours externe est ouvert aux candidats âgés de 35 ans au plus au 1er janvier de l'année du concours, sauf dérogations. Je vous invite à consulter le site du ministère de l'Intérieur pour avoir plus de précisions. 

SharkkLe concours est-il difficile ? Si oui sur quoi faut-il le plus travailler avant le concours ? Merci d'avance. 

Mahdi Belbey : Le concours de commissaire est l'un des plus difficiles de la fonction publique. La préparation est longue. C'est une course de fond. Il faut une motivation sans faille, et être capable de travailler intensément. Toutes les matières doivent être travaillées de manière rigoureuse pour réussir le concours. 

Jhon22Dans quelles matières à l'école faut-il être bon pour faire commissaire ? 

Mahdi Belbey : Je vous répondrai : dans toutes les matières ; autrement dit, avoir une très bonne culture générale. Il faut également avoir de solides connaissances en droit public et en droit pénal. 

MarcC'est quoi votre quotidien ? 

Mahdi Belbey : Le métier de commissaire est passionnant, car il n'est pas routinier ; il y a toujours de l'imprévu.
Voici l'exemple d'une journée riche en action :

- 6 h – 8 h. De permanence sur l'ensemble de la capitale, je suis appelé par l'état-major de ma direction pour un important incendie déclaré dans un grand établissement public. Arrivé sur place, je coordonne l'action des services de police et renseigne en temps réel les autorités. Le préfet s'est déplacé sur les lieux.

- 9 h – 11 h. Je suis informé de l'organisation d'une manifestation de plusieurs personnes sur mon arrondissement. Cette manifestation n'a pas été déclarée en préfecture : c'est donc une infraction. En ma qualité d'autorité civile, je procède à la dispersion de cette manifestation, dans les conditions prévues par la loi.
De retour au service, il faut établir le procès-verbal destiné à l'autorité judiciaire.

- 11 h 30 – 12 h 45. Réunion hebdomadaire avec mon supérieur hiérarchique. Nous évoquons la question des effectifs de référence. J'ai réalisé une étude déterminant la meilleure répartition des policiers de mon service pour garantir une sécurité optimale.

- 14 h 30 – 15 h 15. Réunion quotidienne avec mes collaborateurs, pour faire le point sur les affaires en cours, et le dispositif de sécurisation mis en place dans le secteur sensible de l'arrondissement.

- 16 h – 18 h 30. Je procède à la lecture des plaintes et de la main courante relatant les interventions de mes services et les déclarations d'usagers de la journée précédente. Mon unité administrative m'apporte ensuite les parapheurs : c'est le courrier interne et externe destiné au commissaire.

- 19 h – 22 h. Je me rends à la Préfecture de police pour prendre les consignes auprès de mon directeur. Je suis de permanence jusqu'à 22 h. La soirée est calme à Paris.

- 21 h. Avec ma brigade anti-criminalité (BAC), nous patrouillons sur le secteur sensible de ma circonscription. Un voleur, défavorablement connu de mes services, est susceptible de revenir commettre des vols à l'encontre de touristes. « RAS », pour reprendre une expression policière : rien à signaler. 

MlilExpliquez-nous en quoi consiste votre métier ? 

Mahdi Belbey : Le commissaire de police appartient au corps de conception et de direction de la police nationale. Sa mission consiste à diriger un service de police (commissariat, service de police judiciaire ou de renseignement, école de police...) et l'ensemble des personnels qui y sont affectés. 

JoséQuelle différence entre commissaire de police et commissaire divisionnaire de police ? 

Mahdi Belbey : Le corps comprend deux grades : commissaire de police et commissaire divisionnaire. Les commissaires de police ayant au moins 9 ans d'ancienneté et ayant satisfait à leur obligation de mobilité peuvent accéder au grade de commissaire divisionnaire. 

Micky_10Avez-vous la possibilité de vous spécialiser ? 

Mahdi Belbey : À la sortie de l'école, la plupart des postes offerts aux commissaires de police sont proposés en sécurité publique. Le commissaire occupe alors un poste de chef d'un commissariat d'une ville moyenne ou d'adjoint au chef d'un commissariat central dans une grande ville. Cette première affectation dure obligatoirement deux ans. Le commissaire peut ensuite intégrer l'ensemble des directions de la police nationale : Police Aux Frontières, Renseignement Intérieur, Police Judiciaire... 

AhmidVotre métier est-il plus difficile aujourd'hui qu'avant ? Et qu'est-ce qui est le plus dur/motivant dans vos tâches quotidiennes ? 

BenjaminQu'est-ce qui vous motive dans ce métier ? 

Mahdi Belbey : La police d'aujourd'hui n'est plus celle d'hier. Et elle se transformera demain. Pourquoi ? Parce qu'elle doit s'adapter en permanence à l'évolution de la société et de la criminalité ; une criminalité qui se joue des frontières dans une société mondialisée. Le policier éprouve une grande satisfaction lorsqu'une victime d'infraction le remercie à la fin d'une enquête, ou lorsqu'il porte secours à des personnes en danger : incendie, noyade, prise d'otages...

Le policier expose sa vie pour protéger ses concitoyens. J'aimerais donc que la population soit davantage fière de sa police. Je suis commissaire de police car j'ai une certaine idée de la République. Ce principe m'anime au quotidien. C'est un métier passionnant, car on est au cœur de l'action, au cœur de l'actualité, parfois au cœur de la crise. 

BenjaminQuelles qualités faut-il avoir pour faire ce métier ? 

Mahdi Belbey : Un commissaire de police doit être rigoureux dans son travail. Il doit être également pragmatique. Cela induit de s'adapter en permanence et d'avoir le sens des réalités. Autre qualité, il est essentiel d'être humain lorsque vous commandez des femmes et des hommes qui exercent un métier difficile. Enfin, à mon sens, il est important d'être doté d'une hauteur de vue, c'est-à-dire avoir une capacité à prendre du recul par rapport à l'activité courante. 

MarcoEst-ce qu'il faut forcément avoir un profil de leader pour faire votre métier ? 

Mahdi Belbey : Oui, il faut avoir du leadership, parce que le commissaire dirige un service de police ; il doit être capable de commander, de décider et d'arbitrer.
Il doit aussi impulser une dynamique, fixer un cap au service et donner du sens aux missions. Il y a le grade, certes, mais il y a aussi la légitimité, qui se gagne sur le terrain et dans les moments difficiles. 

MagVous avez choisi de travailler à Paris ? Si oui pourquoi ? C'est plus rythmé ? 

Mahdi Belbey : Je voulais exercer à Paris car cette ville est au cœur de l'événement ; le quotidien est souvent en prise avec l'actualité. Et la Préfecture de police de Paris, c'est aussi une administration unique sur le territoire, puisant sa force dans son histoire. 

Julien du GB.Bonjour Monsieur le Commissaire. Une amie officier de gendarmerie m'a dit qu'un commissaire de police correspond à un lieutenant de gendarmerie en termes d'équivalence statutaire. Pouvez-vous me confirmer ses dires ? Merci par avance. 

Mahdi Belbey : Comparaison n'est pas raison. Les commissaires de police constituent le corps de conception et de direction de la police nationale, qui est un corps technique supérieur à vocation interministérielle relevant du ministre de l'Intérieur. 

ValentinePeut-on devenir commissaire de police au GIGN ? Ou au RAID ? 

Mahdi Belbey : La gendarmerie nationale et la police nationale sont placées sous la tutelle du ministère de l'Intérieur. Cependant, elles demeurent des forces de sécurité intérieure distinctes. Il n'y a pas de commissaires de police au Groupe d'Intervention de la Gendarmerie Nationale (GIGN). Le militaire du GIGN est recruté parmi les officiers et sous-officiers de gendarmerie. S'agissant du RAID (Recherche Assistance Intervention Dissuasion), il est possible de rejoindre cette unité en tant que commissaire de police. Le RAID est au demeurant dirigé par un fonctionnaire du corps de conception et de direction de la police nationale. 

GwenangelFaut-il être mince ou musclé pour être commissaire ? 

Mahdi Belbey : Un policier doit avoir une bonne condition physique. Il y a des épreuves d'exercice physique au concours de commissaire : un parcours d’habileté motrice et un test d'endurance cardio-respiratoire. Toute note inférieure à 7/20 est éliminatoire. 

PolcQu'avez-vous pensé de votre formation ? Difficile ? 

Mahdi Belbey : Nous sommes très bien formés à l'Ecole nationale supérieure de la police (ENSP). La scolarité, d'une durée de 2 ans, alterne formation en école et stages en service actif. J'en garde un excellent souvenir. Il y a des moments inoubliables, tels que le défilé du 14 Juillet sur les Champs-Elysées et la cérémonie de sortie en présence du ministre de l'Intérieur. 

3112Quelles études avez-vous faites pour devenir commissaire de police ? J'aimerais moi aussi devenir commissaire. Je suis actuellement en terminale L. 

Mahdi Belbey : Mon parcours est atypique. J'ai un baccalauréat en gestion et j'ai ensuite poursuivi mes études jusqu'à l'obtention d'un master en économie à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne. La plupart de mes camarades de promotion ayant réussi le concours externe sont issus de facultés de droit ou d'un institut d'études politiques (IEP). Avec beaucoup de travail et de la détermination, on peut y arriver. 

ModLe tchat se termine... 

ModLe mot de la fin ? 

Mahdi Belbey : Je vous remercie pour ces questions. Le métier de commissaire suscite beaucoup d'interrogations et de la fascination. J'espère vous avoir éclairés sur le sujet. J'invite les jeunes à participer à la Journée de la Sécurité Intérieure et aux autres événements organisés par la police nationale (www.lapolicenationalerecrute.fr)
N'hésitez pas à faire des demandes de stages en commissariat. La police doit être une vocation. Il faut donc connaître l'institution avant de vouloir l'intégrer. 

ModérateurLe tchat est terminé. Merci à tous pour votre participation et merci à Mahdi Belbey pour ses réponses et ses conseils. 

Imprimer

Les publications de l'Onisep

  • métiers
  • Les métiers de la justice, collection Parcours
    Les métiers de la justice
    Les métiers de la justice
    collection Parcours
    parution en octobre 2015
    Dans ce numéro : de nombreuses formations s'appuyant le plus souvent sur un cursus initial en droit. Des métiers répertoriés en quatre grandes familles
    Les métiers du droit, collection Parcours
    Les métiers du droit
    Les métiers du droit
    collection Parcours
    parution en octobre 2016
    Les professionnels du droit exercent dans de nombreux domaines. Près de 30 métiers sont présentés avec les filières d'études et les concours spécifiques au secteur.
    Les métiers de la sécurité, collection Parcours
    Les métiers de la sécurité
    Les métiers de la sécurité
    collection Parcours
    parution en novembre 2016
    Les métiers et les formations de la sécurité publique et privée sont décryptés dans ce numéro. Des recrutements à tous les niveaux
* Prix hors frais de port

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels

Accueil Toute l'actu nationale

monorientationenligne.fr