Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Sommaire du dossier

Dossier - Décrochage scolaire des collègiens

Remobiliser les collégiens en risque de décrochage : les dispositifs relais et les actions de prévention

publication : 8 décembre 2014
Deux dispositifs, les classes relais et les ateliers relais, accueillent les collégiens au bord de la rupture scolaire et qui ont déjà bénéficié de toutes les mesures d'aide et de soutien. Objectif : les réinsérer dans un parcours de formation.

Dispositifs relais

Les classes relais

Le fonctionnement des classes relais repose sur un partenariat entre l’Éducation nationale et la PJJ (Protection judiciaire de la jeunesse) et parfois les CMPP (centres médico-psycho-pédagogiques).

À côté des heures de soutien ou de remise à niveau dans les disciplines d’enseignement général, les collégiens préparent leur orientation par des stages en entreprise et en établissement de formation, participent à des activités sportives, artistiques ou citoyennes.

À l’issue de leur séjour, de quelques semaines à plusieurs mois, ils retrouvent le plus souvent leur collège d’origine où ils bénéficient d’un suivi particulier.

Les ateliers relais

Les ateliers relais reposent sur un partenariat avec les mouvements d’éducation populaire (Ligue de l’enseignement, Pupilles des écoles publiques…). Ils ont pour but de rescolariser et de resocialiser les élèves. Leur prise en charge dure de 1 à 4 mois.

Une pédagogie différenciée et un parcours individualisé sont proposés à chaque élève. L’encadrement pédagogique, éducatif, scolaire et périscolaire est renforcé. Les activités éducatives (sorties, activités citoyennes ou d’intérêt général…), construites le plus souvent en relation avec le collège d’origine, sont conduites en même temps que le travail de remédiation scolaire.

Les actions de prévention de la MLDS

Avec l’appui des réseaux FOQUALE – formation qualification emploi, qui rassemblent l’ensemble des acteurs et des établissements concernés sur un territoire, la Mission de lutte contre le décrochage scolaire peut conseiller les équipes éducatives et organiser des actions de prévention dans les établissements scolaires.

L’exemple des SAS-bilans :

En cas de besoin pour un élève en risque de décrochage scolaire dans sa 16e année, le Groupe de prévention du décrochage scolaire – GPDS (composé des personnels pédagogiques et éducatifs) de l’établissement peut demander sa prise en charge dans un SAS-bilan (SAS pour structure d’aide à la scolarité) mis en œuvre par la MLDS et avec l’accord de la famille, afin de faire un bilan de ses acquis scolaires, de ses compétences, de son projet, etc. qui permettra de construire un accompagnement personnalisé efficace de l’élève.

En cas de décrochage effectif : les PSAD et 'ma seconde chance'

Rappel : le signalement des élèves sans solution à la rentrée scolaire relève de la responsabilité du chef d’établissement d’origine, autrement dit, c’est au principal du collège que revient la mission de suivi des élèves qui étaient scolarisés en 3e l’année précédente.

Les plates-formes de suivi et d'appui aux décrocheurs sont des dispositifs d’accompagnement mis en place en 2011. Les PSAD coordonnent l’action des acteurs locaux de la formation, de l'orientation et de l'insertion des jeunes pour apporter une réponse personnalisée et rapide à chaque jeune de plus de 16 sans diplôme et sans solution. Le site "masecondechance" permet à tout jeune qui relève de ce dispositif de rencontrer des professionnels de l’accompagnement dans un lieu d'accueil proche de son domicile, pour trouver une solution adaptée à sa situation."

Imprimer

À lire aussi

Dans le même dossier

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels

Accueil Toute l'actu nationale

monorientationenligne.fr