Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Sommaire du dossier

Les métiers au cœur de la classe

Pompier/ère

Fiche élève

publication : 5 octobre 2015
Vous êtes pompier/ère et vous devez arriver au plus vite sur le lieu de l'accident d'un camion-citerne qui vient de se renverser...

© Onisep Reims

Modalités pratiques

  • Disciplines : mathématiques, chimie, SVT.
  • Niveaux : 4e, 3e, 2de.

 

À vous de jouer

A 17 h, un mardi, un camion-citerne vient de se renverser sur le boulevard des Défenseurs à Lille. La brigade des sapeurs-pompiers de Malus dont vous faites partie a été appelée. Vous devez arriver au plus vite pour sécuriser les lieux, porter secours aux éventuelles victimes et empêcher l’épandage de la substance contenue dans le camion-citerne.

Contraintes :

Les sapeurs-pompiers mettent une minute pour sortir de la caserne après l’appel, au volant d’un camion-citerne d’une contenance de 3 000 litres.

Les sapeurs-pompiers doivent emprunter les grands axes.

Les sapeurs-pompiers doivent appeler la brigade spéciale du CMIC en cas de fuite de produit chimique. Cette brigade sera chargée du colmatage de la fuite. Cette brigade basée à Littré mettra le même temps que la brigade Malus pour arriver sur les lieux de l’accident. Elle met environ 20 mn à s’équiper, finir de sécuriser et préparer l’intervention sur les lieux de l’accident.

A l’aide des documents ressources

  • Trouver un itinéraire possible pour arriver au plus vite.
  • Estimer une heure d’arrivée sur les lieux de l’accident sachant que le véhicule des pompiers met en moyenne 42 % de moins que le temps indiqué sur internet pour un véhicule particulier.
  • Dire s’il est nécessaire d’appeler la brigade spéciale du CMIC.
  • Trouver les précautions à prendre par les pompiers à leur arrivée sur les lieux de l’accident au moment de la mise en sécurité et justifier l’utilisation de matériel et de combinaisons spécifiques.
  • Déterminer le pH du liquide répandu sur la chaussée; trouver le moyen de neutraliser ce liquide.
  • Une fois l’intervention terminée, vient le temps du rangement du matériel ; dire s’il est nécessaire de récupérer certains produits et pourquoi.
  • Estimer la durée totale de l’intervention.

 

Fiches ressources

Plan de la caserne et du lieu de l’accident

 

 

Constats sur les lieux de l’accident

 

  • pictogrammes à l’arrière du camion.
  • 100 litres environ de liquide de pH égal à 4 sont répandus sur le sol.
  • Le chauffeur, remis du choc de l’accident, confirme aux pompiers que la citerne transporte de l’acide sulfurique.

Volume d’eau nécessaire à la dilution

 

  • Les pompiers doivent faire passer le pH du liquide de 4 à 6.
  • Pour vous aider: 1 litre de pH 4 passe à un pH 5 si on lui ajoute 9 litres d’eau.

Temps de colmatage

 

10 mn

 

Temps de dilution

 

  • La pompe du camion a un débit de de 120 m3 /h.
  • Sur le camion , on branchera 4 lances dont le débit est de 500L/min.

Propriétés de l’acide sulfurique et mesures de sécurité

 

L’acide sulfurique concentré réagit avec l’eau en dégageant une grande quantité de chaleur. C’est pour cela qu’en milieu industriel, une dilution d’acide se fait toujours sous refroidissement. Il en est de même au contact avec la peau ce qui peut provoquer de graves brûlures. Il faut verser l’acide dans l’eau et non l’inverse : notamment parce que la densité de l’eau est moindre que celle de l’acide sulfurique, la faisant ainsi flotter au-dessus de l’acide et l’eau en plus grande quantité au départ de la dilution sert à dissiper la chaleur. Dans l’autre sens, l’exothermie peut faire bouillir subitement l’eau versée sur l’acide, ce qui cause des projections d’eau et d’acide très dangereuses.
L’inhalation de fumées et brouillards d’acide peut causer des lésions à long terme. La règlementation américaine et française limite à 1 mg/m-3 la concentration moyenne admissible pendant un poste de travail. L’acide sulfurique est ininflammable, mais à des concentrations inférieures à 75 %, il réagit avec l’acier carbone et d’autres métaux en dégageant du dihydrogène.
Les épandages d’acide sulfurique peuvent être dilués avec une grande quantité d’eau.
L’acide sulfurique réagit avec des sulfures en libérant du sulfure d’hydrogène gazeux très toxique.
D’après Wikipédia, acide sulfurique et sécurité.

L’Acide sulfurique (H2SO4) est un acide fort également appelé vitriol.
L’Acide sulfurique (H2SO4) est utilisé notamment comme fongicide. Il présente un effet nocif sur les organismes aquatiques en cas de manipulation et/ou d’éliminations incorrectes. Il y a un danger de pollution pour l’eau potable en cas de pénétration de quantités importantes dans le sol et/ou les eaux naturelles.
Le contact ou l’ingestion peuvent causer de graves brûlures.
L’inhalation d’acide sulfurique (H2SO4) cause une grave irritation des voies respiratoires. La teneur maximale autorisée (TLV/TWA) : 1 mg / m3.Quelques indications thérapeutiques :
– En cas de contact avec la peau : laver immédiatement et abondamment pendant 10 minutes à l’eau. Traitement symptomatique.
– En cas de contact avec les yeux : laver immédiatement et abondamment pendant 10 minutes à l’eau. Consulter en cas de signe ophtalmologique persistant.
– En cas d’ingestion : le plus souvent, s’agissant de solutions diluées (PH > 1,5), faire boire 2 verres d’eau. Consulter un médecin en cas de douleurs abdominales ou de vomissements.
– En cas d’inhalation : en cas de symptômes respiratoires importants et/ou persistants, consulter un médecin. Traitement symptomatique.
D’après le dictionnaire « environnement et développement durable »

Temps de rangement

 

30 mn

 

 

Témoignage d'un professionnel

Guy, sapeur-pompier professionnel à la caserne de Malus (Lille)

« Le métier de sapeur-pompier professionnel, (ou sapeuse-pompière professionnelle), consiste essentiellement à venir en aide aux populations. Il y a bien sûr plusieurs aspects : le secours à victime, l’incendie et les opérations diverses (pour lesquels beaucoup d’appels pourraient être évités !).

J’ai choisi cette profession car elle regroupe plusieurs métiers en un, ce qui la rend particulièrement intéressante : le côté opérationnel (jamais la même intervention), l’aspect sportif, la formation régulière qui permet de se remettre en question pour rester performant, le travail en équipe, la vie en caserne… Bref, la polyvalence.

C’est une profession à laquelle on accède en passant un concours, qui n’est pas aussi simple qu’on pourrait le penser ! Pour ma part, j’ai fait partie dès mon plus jeune âge et pendant 14 ans, de la Croix Rouge Française, où je faisais du bénévolat parallèlement à ma scolarité. J’ai passé un BAC professionnel dessin industriel avant de me présenter à ce concours, que j’ai d’abord raté! J’ai donc décidé de faire mon service militaire national dans la brigade des sapeurs pompiers de Paris pendant 18 mois ; j’ai ensuite signé un contrat de 5 ans dans cette même brigade. Durant ce contrat, j’ai travaillé, révisé pour passer à nouveau ce concours et je l’ai obtenu ! Depuis octobre 2004, j’ai donc intégré le SDIS du Nord en temps que sapeur-pompier professionnel.

Ce concours a un peu changé depuis: aujourd’hui, il faut tout d’abord passer des épreuves de français et de mathématiques écrites (niveau brevet des collèges, mais comme c’est un concours, seuls ceux qui ont le meilleur niveau sont retenus !) ; après avoir passé cette 1e sélection, il faut se présenter à une série d’épreuves sportives. Enfin, à condition d’avoir passé ces épreuves avec succès, il faut passer un oral devant un jury, où après s’être présenté et avoir expliqué ses motivations, on vous pose diverses questions sur le métier et la vision que vous en avez, ainsi que des questions de culture générale! Une fois le concours obtenu, une formation (FIA) est suivie par les nouvelles recrues avant d’être affectées en casernes : ceux qui ont obtenu les meilleurs résultats durant cette formation choisissent leur caserne d’affectation les 1ers, parmi les postes disponibles. Ensuite, l’avancement peut se faire à l’ancienneté, et, pour les grades plus importants, grâce à des concours. Des formations sont proposées au cours de la carrière pour effectuer certaines spécialisations (chimie/ radioactivité ou CMIC, équipe cynophile, GRIMP, déblaiement, plongeur, opérateur sportif, formateur …).

Pour exercer ce métier, il faut savoir vivre en collectivité (les gardes sont le plus souvent de 24h), travailler en équipe, savoir se remettre en question, évoluer avec le matériel et avoir la volonté de se spécialiser, être réactif, être patient, savoir commander et savoir être commandé, être sportif. Cela permet de garder un esprit jeune !

Être sapeur-pompier professionnel peut présenter des points négatifs comme le travail de nuit, le fait d’être absent plus de 24h de son domicile . On peut parfois se retrouver face à des interventions difficiles. Mais le plus pénible, ce sont les interventions inutiles : de plus en plus de gens, sous prétexte que ce service de la fonction publique est gratuit, appellent pour des motifs invraisemblables.
Bref, on ne devient pas sapeur-pompier professionnel par hasard : c’est avant tout une vocation ! ».

NB : Les femmes sont 8 % parmi les pompiers professionnels et leur nombre augmente chaque année.

 

Les métiers possibles

En utilisant un navigateur de votre choix et à partir du site de l’Onisep ou d’autres sites, répondre aux questions suivantes :

1. La fiche parle du métier de pompier/ère
– Quelles qualités, compétences sont nécessaires pour exercer ce type de métier ?
– Quelles formations faut-il suivre ?
– Quelle est la durée de la formation pour les officiers?

2. Citez deux ou trois autres métiers où ces qualités, compétences peuvent s’exercer également.

Métiers proches

  • Pompier/ère militaire (brigade des sapeurs-pompiers de Paris, l marins pompiers de Marseille, pompier dans l’armée de Terre ou l’armée de l’Air)
  • Pompier/ère volontaire (attention, ce n’est pas un métier mais une activité complémentaire à une profession quelconque, rémunérée et soumise à des astreintes).
  • Agent/e de sécurité et de prévention.
  • Urgence médicale (SAMU, SMUR, personnel de santé aux urgences en milieu hospitalier).
  • Ambulancier/ère.
  • Sécurité civile (militaire).
  • Protection civile, Croix Rouge (attention ! bénévolat mais formation gratuite).

 

Liens utiles

 

Auto-évaluation

Objectif : Relier les activités professionnelles observées lors de la situation problème proposée aux compétences acquises en mathématiques , physique-chimie et SVT.

 

Quelles compétences, ai-je aimé exercer en répondant à la situation proposée ?
– La recherche sur internet d’un itinéraire possible pour arriver au plus vite sur les lieux de l’accident ?
– Le calcul sur les durées ?
– Le raisonnement concernant le pH du liquide transporté par le camion ainsi que sa neutralisation?
– La rédaction concernant le travail des pompiers: précautions à prendre ; utilisation et rangement du matériel ?

Qu’est ce qui m’a plu dans le témoignage du professionnel ?
– Il aime secourir la population?
– Il aime travailler en équipe ?
– Il est polyvalent?
– Il exerce un travail physique ?

 

Télécharge la grille d’évaluation formative, complète-la puis enregistre-la dans ton Folios :

 

 

 

 

 

Documents pour les professeurs/es

Imprimer

À lire aussi

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels