Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Ange ou Démon ?

par le Musée national Olympique

Publication : 16 septembre 2019
Est-on naturellement fair-play ?

Ange ou démon

Connaissance de soi et des autres, la typologie de Jung

Dans une équipe, quel type de personne faut-il nommer comme capitaine pour qu’elle puisse à la fois discerner les besoins de l’équipe, savoir motiver ses coéquipiers, être respectée et se faire entendre par l’entraîneur ? Quel joueur faut-il faire sortir ou entrer quand une équipe doute ?

Carl-Gustav Jung, psychologue et psychiatre suisse, a déterminé des types de personnalité. Sa typologie est à la base de tests souvent utilisés dans l’orientation professionnelle et même sportive.

L’outil proposé par Jung fait ressortir les préférences naturelles de l’individu. Chaque personnalité est une combinaison de préférences. Pour composer une équipe performante il est indispensable de savoir doser les différents types de personnalités indépendamment de leurs qualités physiques. Cette typologie permet de cerner les différences d’attitudes d’une personne à l’autre et permet d’accepter l’autre non plus "malgré" mais "pour" sa différence. Mon coéquipier est différent dans sa manière d’appréhender le jeu et il pense la même chose de moi. C'est donc la somme des individualités qui rend une équipe performante !
    

Si je suis extraverti, je peux percevoir l’introverti comme…

Alors que l’introverti se perçoit comme quelqu’un qui…

non spontané

pense avant d’agir

lent à répondre

pense avant de parler

asocial, me rejetant

a besoin de temps en solitaire pour récupérer

incapable de réagir à une agression

prend le temps de réfléchir à sa réaction et, au besoin, demande de l’aide

     

1) D’où vient mon énergie (Extraversion – Introversion)

  • La stimulation essentielle de l’extraverti vient de l’environnement, du monde extérieur des personnes et des choses. Il a besoin de relations, il puise son énergie chez les personnes et dans des activités.
  • La stimulation essentielle de l’introverti vient de son monde intérieur, de ses idées et réflexions. Il a besoin d’isolement, il puise son énergie dans ses pensées et ses sentiments.

2) Comment je perçois une information et comment j’avance (Sensation – Intuition)

  • Le type « Sensation » perçoit l’information selon les cinq sens. La personne aime suivre les procédures et les routines établies. Elle aime les choses définies, mesurables. Elle préfère se concentrer sur le présent, sa perception sensorielle et la pratique.
  • Le type « Intuition » perçoit l’information selon des pressentiments. La personne aime le changement, la variété et les occasions d’être créative. Elle préfère s’orienter vers l’avenir et s’appuyer sur des faits pour anticiper.

3) Comment je décide (Pensée – Sentiment)

  • Le type « Pensée » décide selon la logique et une analyse objective des causes et conséquences. La personne est concernée par la vérité et la justice et voit les problèmes d’une façon impersonnelle et à long terme. Elle critique spontanément les défauts.
  • Le type « Sentiment » décide selon des valeurs personnelles et subjectives. La personne tient compte de l’impact que ses choix peuvent avoir sur les autres. Elle voit d’une façon personnelle et immédiate. Elle apprécie les relations humaines et comprend les gens.

4) Comment j’agis (Jugement – Perception)

  • Le style de vie est orienté vers le « Jugement » décisif et planifié. La personne préfère organiser sa vie selon un planning et des structures. Elle aime les concepts clairs et mener ses projets jusqu’au bout. Elle se sent à l’aise avec les décisions établies.
  • Le style de vie est orienté vers la « Perception » ; il est souple, conciliant et spontané. La personne préfère organiser sa vie de façon flexible et garder les options ouvertes jusqu’au dernier moment. Elle aime la liberté, peut paraître désordonnée et fait face aux délais par un élan de dernière minute.
           

Bannière activités

Mettez-vous par deux : A+B

  • Construisez un tableau comme ci-dessus. Dans la première colonne, A indique, en fonction de la typologie de Jung, la manière dont il se perçoit. Dans la deuxième colonne, B indique la manière dont il perçoit A.
  • Discutez des résultats.
  • La connaissance de soi aide à cerner les problèmes, les blocages, et aussi à prendre conscience du potentiel que chacun a à sa disposition. C’est un processus qui permet aussi de mieux accepter les autres.
  • À l’aide de la typologie de Jung, essayez de combiner les différents traits de caractère et déterminez une personnalité qui serait idéalement fair-play et une autre qui ne le serait pas.
  • Listez ensuite les traits de caractères qui, chez vous, vous empêchent d’adopter un comportement fair-play. Quelles peuvent être les solutions pour changer ?
  • Quelles sont au contraire les traits de caractère qui favorisent chez vous une attitude fair-play ? 

 

Enseigner le fair-play

 

On n’est pas fair-play par nature mais on peut le devenir ! Cela signifie que l’on peut apprendre le fair-play et les valeurs qu’il recouvre. Si l’on peut apprendre le fair-play, peut-on l’enseigner ?

Oui, si l’on propose des jeux ou des situations qui demandent l’application de règles et le respect de certaines valeurs.

Non, si l’on se contente de suggérer ce qu’il est bien de faire. « Sois fair-play ! » ou « Respecte l’adversaire ! », ou encore « Laisse tomber, ça ne sert à rien de t’énerver ! ». Autrement dit, afficher une charte du fair-play dans un vestiaire ou une salle de classe ne sert pas à grand-chose si ce qu’elle contient n’est pas appliqué sur le terrain. Et ce n’est qu’une fois expérimenté positivement (gain d’un avantage), qu’un comportement sera validé et intégré dans une activité quelle qu’elle soit.

Comprendre la motivation du tricheur

Pour jouer ou pratiquer un sport, il faut des règles. Le respect des règles du jeu ou du sport est à l’origine du fair-play. Mais le fair-play ne suffit pas à assurer le respect des règles et le jeu ne développe pas nécessairement le fair-play. Pourquoi ?

La transgression des règles fait partie de l’essence du jeu, pour deux raisons :

  • elle est recherche de sens, de légitimation de la règle ;
  • elle offre au tricheur la possibilité de gagner plus que celui qui respecte la règle, ce qui accroît son plaisir... ou son gain s’il y a un enjeu réel !

Si le non respect des règles doit être sanctionné, la sanction doit être accompagnée d’explications. « C’est la règle ! » n’est pas un justificatif très pédagogique. Tout comme l’acceptation de la sanction par le tricheur ne garantit pas l’acceptation sincère de la règle et de l’attitude fair-play. La résignation n’est donc pas une preuve d’adhésion.

Ainsi, il est nécessaire de comprendre ce qui pousse à tricher, comme il est nécessaire de s’assurer que celui qui est sanctionné en comprenne les raisons.

    

Bannière activités

Par groupes

Reproduisez différentes situations, issues du sport ou du quotidien, qui mettent en scène des comportements discutables. Pour chaque situation, déterminez les personnes impliquées de près ou de loin et jouez leur rôle. L’accent doit être mis sur la relation entre celui (ou ceux) qui est (sont) pris en faute et celui (ou ceux) qui sanctionne (sanctionnent). Chaque parti doit donner son point de vue, argumenter sa théorie. Le but est de faire ressortir les conséquences des actes commis, de comprendre les raisons de ces actes et de réfléchir sur la difficulté de confronter des personnes qui ne partagent pas les mêmes valeurs.

 

Cela vous a plu ? Retrouvez l'intégralité du dossier édité par le Musée Olympique de Lausanne Ange ou démon, le choix du fair-play. C'est un document à destination des enseignants qui regorge d'activités et de ressources documentaires pour les 12-15 ans.

 

Haut de page

Vient de paraître