Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Le phénomène du tatouage

Publication : 16 septembre 2019
Le tatouage, particulièrement médiatisé grâce aux célébrités sportives

Aujourd'hui, un jeune français sur cinq est tatoué. Le phénomène du tatouage touche autant les filles que les garçons, dans tous les milieux sociaux. 

Cliquez sur les panneaux pour découvrir l’histoire du tatouage, ses symboles, questionner ce phénomène de mode, ses risques et réaliser des activités avec les jeunes

 

Connaître les RISQUES et les CONTRE-INDICATIONS

Le tatouage peut représenter une philosophie de vie, une façon d'être, un événement marquant de sa vie ou tout simplement sa propre histoire. Le tatouage n'est pas un acte anodin. Il vous marquera à vie. Il doit être un choix réfléchi et suivre un certain nombre de règles d’hygiène. 

Le tatouage est un acte de modification corporelle impliquant de multiples perforations de l’épiderme qui engendrent des plaies, croûtes et des écoulements de sang pendant la séance. Il faut prendre quelques précautions et se renseigner avant de passer à l’acte, pour être sûr de ne pas faire l’objet de contre-indications au tatouage.

Aujourd’hui, on peut acheter un tatouage comme on achète un vêtement. Et pourtant… Le tatoueur se doit d’informer le client du caractère douloureux de l’acte, des risques infectieux et de l’irréversibilité du travail. Le client contribue à 50 % à la réussite du projet, s’il respecte les consignes de soins post-acte qu’on lui donne.

Au niveau de l’hygiène des salons, les aiguilles et le matériel tranchant ou piquant doivent être stockés dans des containers prévus à cet usage. Les autres déchets, comme les compresses et les gants, doivent rejoindre un autre réceptacle. 

Les dangers des tatouages

Se faire tatouer n’est pas une démarche anodine. Le Syndicat National des Dermatologues conseille vivement de prendre en considération tous les risques avant la prise de décision. Chaque acte qui perce ou coupe la peau (piercing, tatouage, dermographie, rasage notamment) peut introduire, chez la personne qui le subit, des germes (bactéries ou virus), donc des maladies, si ces germes sont présents sur les instruments utilisés ou chez le client ou chez la personne qui pratique l’acte.

Ces pratiques comportent des risques pour la santé liés aux pratiques et aux produits. Le risque de transmission de virus par le sang (virus des hépatites B et C, le VIH - virus de l’immunodéficience humain) et d’infections bactériennes peut être maîtrisé par le respect de mesures d’hygiène. La réglementation limite par ailleurs l’emploi de certains produits et substances dans les encres de tatouage afin de prévenir les risques toxiques.

"La peau n'est pas une simple feuille de papier ! C'est un organe qui ne cesse de changer, grandir et muer et qui a ses limites."

 

 

HISTOIRE du TATOUAGE

L’histoire du tatouage est très difficile à retracer. Même s’il s’agit d’une pratique ancestrale, on ne peut pas la situer avec exactitude dans le temps.

Histoire tatouage Maori

Histoire tatouage Maori ©www.tatouage-maori.com

Le tatouage Maori est un descendant du tatouage traditionnel polynésien. Les motifs tatoués qui ornent le visage des hommes et le menton des femmes, appelés Moko, étaient des symboles de spiritualité. Ils représentaient pour ces tribus qui ne possédaient pas l'écriture, un moyen d'afficher leur statut social et bien plus encore.

Origine du mot

Le mot tatouage tire son origine du tahitien « TA-TU » qui dérive lui-même de l’expression « TA-ATOUAS », composée de « TA » (dessin) et « ATOUAS » (esprit). En effet, les indigènes marquaient ainsi leur corps afin de se concilier les grâces, la protection et les faveurs de leur esprit, de leur ange gardien.

On connait la vogue du tatouage en extrême orient, particulièrement au Japon où il fut et demeure encore un véritable phénomène traditionnel de société.

Sa reconnaissance et sa propagation en occident datent du voyage du capitaine Cook en 1769, lorsqu’il découvre Tahiti. Cook ramena avec lui le prince Omai dont l’exhibition des tatouages devint une attraction très prisée des salons londoniens. Divers membres de cette expédition et des suivantes se firent eux-mêmes tatouer.

En 1891, Samuel O’Riley, invente la machine à tatouer électrique qui permet de gagner en rapidité et en finesse d’exécution, de diminuer considérablement la douleur et de véhiculer une hygiène plus rigoureuse.

A partir des années 1970, le tatouage se démocratise et devient phénomène de mode touchant toutes les classes de la société.

 

La légende Maori

D'après les Maoris, ces tatouages auraient une origine divine. On raconte que Mataora, un jeune guerrier Maori, serait tombé amoureux de Niwareka une jeune princesse venant du monde des esprits. Par amour, Niwareka resta vivre dans le monde des humains pour épouser le jeune homme. Un jour, pris de jalousie, Mataora devint furieux et frappa son épouse qui s'enfuit et retourna dans le monde des esprits près de son père. Accablé par le chagrin et la culpabilité, Mataora entreprit de reconquérir sa belle et partit à sa recherche. Après un long voyage périlleux et semé d'embûches, Mataora finit par retrouver sa princesse. Il la supplia de l'excuser et elle finit par lui accorder son pardon. Mataora fit alors la connaissance de son beau-père qui, après avoir effacé les peintures de son visage, expliqua au jeune homme comment la peau était marquée dans le monde des esprits. Mataora découvrit alors la douleur du tatouage. Il devint l'élève du père de son épouse et après de longues années d'apprentissage, le jeune guerrier accompagné de Niwareka, retourna dans le monde des humains pour partager son nouveau savoir, le Ta Moko, qui fut conservé par la tribu Maori.

Tatouage traditionnel Maori ©www.tatouage-maori.com

 

Dans un monde de tradition orale, les images du tatouage étaient porteuses de savoir, de mémoire, d’enseignement et reflétaient le rang social. Elles se rapportaient à des éléments naturels, aux plantes, aux animaux, à la nature humaine, aux légendes mais la plupart des significations spirituelles ont disparu de nos jours. C’était à la fois un droit d’entrée dans le monde des hommes et une barrière contre les maléfices.

Regarde-moi et je saurai qui tu es

Le tatouage Maori racontait la vie de chaque individu, et donc un simple coup d’œil suffisait à un autre Maori pour savoir qui était devant lui. Au fur et à mesure que l’individu évoluait, ses marques étaient ajoutées sur son corps et le suivaient en définissant sa maturité sociale.

C'est le visage qui est essentiellement tatoué chez les Maori et l'emplacement de chaque signe tribal donnait de nombreuses informations. En voici quelques-unes :

  • Sur la mâchoire inférieure, il dévoile les droits acquis par le tatoué à la naissance. Les jeunes chefs, de moins de 25 ans sont également marqués à cet endroit.
  • Autour de la bouche, il exprime les origines et la généalogie du tatoué, et sa personnalité.
  • Au milieu des joues, il indique le métier de l'individu.
  • Le contour des lèvres, il signifie que le tatoué à un rang social supérieur à celui d'esclave.
  • Sur les yeux et le nez, il évoque toute la famille proche, père, mère, frères et sœurs.
  • Sous le nez, il exprime certaines connaissances acquises et protégées par le tatoué.
  • Sur les tempes, il indique également la généalogie, mais aussi les actes bénéfiques rendus à la communauté, et pour certains leurs connaissances en médecine.
  • Sur le haut du nez et sur le menton, il précise le rang social mais également les mentors du tatoué.
  • Entre les sourcils, il renseigne sur la place de la famille dans la communauté.
  • Au milieu du front, il indique l'ascendance divine de la personne tatouée.

Les SYMBOLES les plus répandus

Les tatouages polynésiens ont un vrai sens culturel qui indique vraiment la personne que vous êtes et votre parcours de vie. Le tatouage polynésien vient de l’intérieur. Il est un peu comme votre carte d’identité. Décryptage des symboles les plus répandus.

TIKI

Les Tiki sont des figures divines, mi-hommes mi-dieux, censées protéger des dangers qui nous entourent. Ce sont des ancêtres qui ont été sublimés après leur mort. Ils symbolisent principalement la protection et la puissance.

Les différents organes du Tiki sont souvent dessinés séparément pour représenter plusieurs sens. Par exemple, le nez du Tiki signifie sentir le danger avant qu’il n’arrive.

Le symbole Tiki est surtout utilisé comme porte-bonheur pour protéger celui qui porte ce tatouage des dangers et mauvais esprits. Les grimaces lors du haka néo-zélandais font d’ailleurs référence au Tiki. 

 

COQUILLES

Classiquement, la coquille représente la longévité, santé, fertilité et paix. Il y a aussi les coquilles de mer qui ont souvent différents styles. Elles représentent bien souvent la protection et l’intimité. Le mollusque bivalve représente le couple et le mariage.

TORTUE 

La tortue est reliée à de nombreuses significations. Les plus courantes sont l'éternité, le bien-être, la fertilité, l'union, la famille et l'harmonie. Elle symbolise aussi le navigateur. Divinité capable de se déplacer librement entre la terre et l’océan, elle faciliterait donc le passage des âmes vers leur lieu de repos, l’au-delà.

CROIX MARQUISE

Ce symbole est plutôt populaire et très largement utilisé dans les tatouages polynésiens. Cette croix marquise représente l’équilibre entre les éléments (air, eau, terre, feu) et l’harmonie.

SOLEIL 

L’éclat permanent du soleil est perçu comme symbole d’éternité, donnant une source constante de lumière. Le soleil levant est connecté à une renaissance et le coucher du soleil ne veut pas dire la mort mais un passage au monde de l’au-delà. 

OCÉAN 

Les polynésiens voient l’océan comme étant la destination finale où ils iront une fois morts. Il représente aussi vie, fertilité ou persistance. Les vagues océaniques sont aussi utilisées pour symboliser l’au-delà, le monde des ancêtres.

DENTS DE REQUIN

A peu près la moitié des tatouages polynésiens incorporent des dents de requin. Elles représentent l’abri, les conseils, le pouvoir, la férocité et la capacité de s’adapter. 

LÉZARD et GECKO

Les lézards et geckos sont perçus comme étant l’apparition des dieux. Ce sont des créatures qui peuvent parler aux dieux et voir le monde « caché ». Ils amènent la fortune à ceux qui les portent en tatouages et protègent des esprits maléfiques et de la maladie.

POINTES DE LANCES

Les pointes de lances sont dessinées pour exprimer le courage et le combat et pour représenter le guerrier qui est en nous.

ENATA 

Enata est un motif traditionnel. Il est originaire de la langue Marquise et représente les expériences de la vie. En le combinant avec d’autres éléments, l’Enata peut évoquer la famille, une naissance, ou le rang dans la société. Si le motif est tatoué à l’envers, il évoquera un ennemi.

RAIE MANTA

La raie manta représente la liberté. Elle symbolise l’humilité, la sagesse de ne pas montrer sa propre puissance, sa propre force. Elle représente le calme et le désir de rester dans l’ombre. Ces tatouages sont portés par des personnes qui réfléchissent avant d’agir ou de parler pour mener des actions justes et au bon moment.

Phénomène de MODE ou de SOCIETE

Le phénomène du tatouage fait couler beaucoup d’encre depuis qu’il s’est largement popularisé.

 

 

Le stéréotype du jeune homme tatoué, marginal, attiré par la transgression, apparaît révolu. Prisonniers et marins en ont perdu le monopole. Le tatouage a connu un vrai boom ces quinze dernières années.

Un adolescent sur cinq, dont un nombre croissant de jeunes femmes, aurait recours aujourd’hui au tatouage et au piercing comme moyen d’expression. Désormais, stars, footballeurs, nageurs et passants dans la rue arborent fièrement leurs tatouages. 

Les tatouages des stars sportives

Les tatouages font partie intégrante du paysage sportif depuis le début des années 2000. Durant l'Euro foot  2016, on en a vu sur tous les terrains. Pourquoi un tel engouement chez les joueurs ?
Deux artistes tatoueurs connus dans le milieu du football en parlent. Pour eux, si les footballeurs expriment leur talent sur le terrain, leurs sentiments s'affichent sur la peau. Car oui, leurs tatouages ont souvent une signification profonde. Miss Atomik, artiste tatoueuse à Rennes, et Gérald Saeys, tatoueur dans la région lilloise, vivent le phénomène de l'intérieur. Décryptage. 

 

Les tatouages des footballeurs

Au salon de Miss Atomik, de nombreux footballeurs professionnels sont passés sous ses aiguilles. Tout a commencé il y a sept ans, quand le joueur français Jimmy Briand passe la porte de son commerce. "Je ne savais pas qui il était. C'est mon apprenti, fan de foot, qui l'a reconnu, se souvient-elle. Il souhaitait une pièce conséquente sur son avant-bras. D'ailleurs, on a réalisé le dessin ensemble. Il fut le premier d'une longue liste." 

Samuel Umtiti, Benoît Costil, Alexandre Lacazette... Le bouche à oreille a rendu Miss Atomik incontournable dans le milieu du foot. A ses yeux, les joueurs se sont décomplexés grâce à Djibril Cissé. "Il a marqué les esprits et démocratisé le tatouage dans le foot français. Il s'est fait tatouer au début des années 2000, avant que le phénomène ne prenne de l'ampleur", estime-t-elle.  

Dans la région lilloise, Gérald Saeys peut être fier d'avoir quelques joueurs de l'équipe de France dans son répertoire. Tatoueur de Dimitri Payet, Olivier Giroud ou encore Yohan Cabaye, c'est son meilleur ami Mathieu Debuchy, 27 sélections en équipe de France, qui a mis en premier son travail en avant. "J'ai commencé à tatouer Mathieu en 2010, lorsqu'il a gagné le championnat de Ligue 1 avec Lille. J'ai ensuite enchaîné avec une trentaine de footballeurs. Il est définitivement le précurseur de cette mode dans la région", assure-t-il.  

Une signification souvent sentimentale

Une date de naissance, un prénom, un symbole... La majorité des footballeurs privilégient les signes forts. "Leurs tatouages montrent à quel point ils sont attachés à leur famille. Ils ont besoin de ce soutien car c'est un monde très dur", commente Miss Atomik. 

Outre la famille, certains tatouages se réfèrent à une certaine spiritualité, à l'instar du bras de Mathieu Debuchy. "Son tatouage polynésien représente un esprit guerrier, qui lui apporte force et courage", explique l'artiste tatoueur. Des messages peuvent aussi revigorer un joueur dans une passe difficile. "J'ai tatoué une phrase de Martin Luther King sur un joueur lillois qui n'arrivait plus à marquer. Je pense que cela lui a mis du baume au cœur car il est redevenu performant", dévoile-t-il.  

Pour l'artiste tatoueuse rennaise, le passage à l'acte est une épreuve significative en soi. "Il n'y a pas très longtemps, j'ai passé cinq heures à tatouer le bras d'Alexandre Lacazette et il n'a pas bronché. Il m'a impressionné car peu de gens tiennent aussi longtemps. Cela montre vraiment que c'est un warrior."  

La popularité de la carpe koï

 

Le tatouage koï fait des émules au sein des célébrités et chacun y va de son inspiration. Toute la symbolique du poisson est en effet exploitée à fond par certaines stars dans le but de canaliser les vibrations positives autour d’elles. C’est le cas de Zlatan Ibrahimovic dont le dos laisse voir une somptueuse carpe koï. Il semblerait que pour le footeux, ce tatouage vient mettre en avant son caractère imposant et opposant, une manière de dire qu’il nage « à contre-courant » et se moque bien des critiques émises à son égard. D’autres pensent qu’il a opté pour ce tatouage pour symboliser l’amour et la vérité, des vertus en lesquelles il croit.

ACTIVITES PEDAGOGIQUES

 

Et pour vous, que représente le tatouage ?

Un phénomène de société à interroger ? Un simple raz-de-marée d'encre et de motifs ? Une profonde volonté de s’affirmer ? Une manière de s'approprier son corps et de le signer d'une marque personnelle ? Une façon de sortir de l’anonymat ? Un choix esthétique pour se parer d’une sorte de bijou sous-cutané ?

Différentes activités pour trouver des réponses

 Pour susciter le débat sur le thème du tatouage et stimuler son esprit critique

 

Débattre : vous avez un frère ou une sœur de 18 ans qui vous confie qu’elle désire se faire tatouer...

   

Pour découvrir l’importance sociale du tatouage en Inde

Découvrir de nouvelles cultures

 

Des réalisations d’élèves en cours d’Arts plastiques, dans l’académie de Poitiers

Créer des motifs de tatouage

       

Un extrait du livre de Laurent Gaudé, La mort du roi Tsongor 

Entre beauté et guerre… Pour bien peser ses choix et ne pas rester dans le seul point de vue de la beauté plastique du masque ou du tatouage et ne pas oublier les rites sous-jacents autour de ces pratiques.

 

 

 

Haut de page

Vient de paraître