Publication : 30 novembre 2015
Vous êtes ingénieur/e aéronautique dans une société qui vend des avions. Votre direction invite de futurs clients à une réunion au cours de laquelle vous répondrez à leurs questions.

© Grégoire Maisonneuve / Onisep

Modalités pratiques

  • Disciplines : mathématiques
  • Niveau : 2de

 

Découverte du métier

En utilisant le navigateur de votre choix et à partir des sites ressources, répondre aux questions suivantes :

  • Lister les qualités nécessaires pour exercer le métier d’ingénieur/e aéronautique.
  • Nommer quelques lieux d’exercices de ce métier.
  • Indiquer les études à suivre pour exercer ce métier.

Sites web à consulter :

À vous de jouer

Vous êtes ingénieur/e aéronautique dans une société qui vend des avions. Suite à des questions formulées dans des messages électroniques entre vous et des clients français intéressés par un avion produit par votre société, votre direction décide de convier ces futurs clients à une réunion au cours de laquelle vous répondrez à leurs interrogations et l’animerez à l’aide d’un diaporama.

Les questions posées lors des mails sont :

1) Quelles sont les caractéristiques de cet avion avec les unités qui ont cours en France?

2) Quelle est la consommation de carburant de cet avion ?

3) Quel est le rayon d’action de cet avion ? Quelle est l’autonomie de vol de cet avion ?

 

Fiches ressources

 

 

Témoignage d'une professionnelle

Quels sont votre métier et votre spécialité ?

Je suis ingénieure aéronautique chez EADS, Eurocopter en Allemagne (Bavière). Je travaille dans le département des essais en vol, pour les nouveaux hélicoptères civils (ceux qui ne sont pas encore sur le marché). L’intitulé de mon poste de travail est : « Support Hélicoptère ». En d’autres mots, nous sommes des sortes de « Médecins urgentistes pour de nouvelles maladies ». Je suis spécialisée dans les systèmes avioniques (IMA – integrated modular avionic), soit tout ce qui est affichage dans le cockpit. Nous échangeons principalement en anglais et allemand, mais également en français avec nos collègues de Marseille.

 

D'où vous est venue l'idée d'exercer cette profession ? 

Après mon bac, j’ai fait une classe prépa MPSI-MP dans le but de devenir professeure de mathématiques. En parallèle, j’ai obtenu une bourse pour passer mon brevet de pilote privée. C’est à ce moment là que j’ai décidé de changer de voie, et de partir pour des études d’ingénieure en aéronautique.

 

Quel est votre niveau d'études ? 

Bac +5 : 2 ans de prépa et 3 années d’école d’ingénieur (dont une année en Allemagne à l’étrange : Berlin) suivie d’une année en VIE (Entreprise Eurocopter) à Munich, en Allemagne. [Le lolontariat international en entreprise, instauré par la loi du 14 mars 2000, permet aux entreprises françaises de confier à un/e jeune jusqu’à 28 ans, une mission professionnelle à l’étranger durant 6 à 24 mois, renouvelable une fois dans cette limite.] En parallèle, j’ai suivi le conservatoire en classe de chant lyrique -> tout est possible !

 

Quels concours avez-vous passés, et combien de fois, pour accéder à votre fonction actuelle ? 

J’ai passé une seule fois les concours des écoles d’ingénieurs. À conseiller aux élèves qui savent déjà ce qu’ils veulent faire : les prépas intégrées sont supers et très formatrices ! Pour accéder à ma fonction actuelle, ce sont surtout les stages préalables, le goût du travail, la motivation qui m’ont fait arriver jusqu’ ici en si peu de temps. Le travail que je fais aujourd’hui est donné à des personnes ayant environ 10 à 15 ans d’expérience. C’est en me battant que j'ai gagné la confiance de mes managers.

 

Quelle formation avez-vous suivie après l'obtention du concours ?

ESTACA en aéronautique et commandes et systèmes. Puis la TU de Berlin.

 

Quelle sont les qualités requises pour l'exercice de ce métier ?

Rigueur, exigence, compréhension rapide du problème, communication irréprochable (pas toujours facile dans un monde d’hommes et international), esprit critique… Il faut momentanément savoir faire face à une certaine pression : les délais imposés par les projets, ou par les programmes minimisent souvent les temps de tests sur les machines et il est parfois nécessaire de travailler la nuit et certains week-end. Il s’agit en fait de savoir retenir l’effet de vitesse.

 

Quelles sont les possibilités d'évolution 

Ingénieure d’essais en vol, voire Manager pour celui ou celle ayant des envies de diriger une équipe. C’est un métier qui est confronté avec tous les types de milieux (production, techniciens, qualité, ingénieur concepteur, ingénieur architecte, pilote d’essai…). C’est un métier très ouvert et qui ouvre plein de portes dans le monde de l’aéronautique.

 

Existe-t-il une activité similaire dans les autres pays ? Si oui, y-a-t-il coopération avec ces pays ?

En Allemagne, il y a un seul site (Donauwörth). Nous avons une même équipe en France à Marignane. Des équipes similaires existent dans toutes les entités et pays d’EADS (Airbus Toulouse, AIRBUS Hambourg par exemple).

 

Êtes-vous amenée à voyager dans des secteurs délimités ?

Oui. Je suis amenée à faire pas mal de voyages :

- échange avec nos collègues français ;

- préparation parfaite de l’Hélicoptère avant des démonstrations clients importantes (USA ces derniers temps) ;

- support chez le client ou co-partenaire (Italie pour les machines militaires)…

 

Le travail peut-il devenir monotone ? Si oui, pourquoi ?

Non, car le problème à chercher n’est jamais le même…

 

Quelle est la part du travail administratif ?

Rédaction de procédures d’essais, de tests, rédaction des problèmes rencontrés. Correspondances avec les spécifications.

 

Y-a-t-il des relations entre les personnes qui vont sur le terrain et les personnes qui effectuent les analyses. Quelles sont ces relations ?

Oui, nous faisons l’intermédiaire entre ces personnes. Nous devons « traduire » un problème vu par un technicien pour un ingénieur et inversement. C’est la partie la plus difficile de notre travail, car chaque être humain réagit différemment et comprend d’une autre façon le problème.

 

Y-a-t-il des contraintes ? Si oui lesquelles ?

Je travaille parfois sous beaucoup de pression, il faut toujours aller vite, toujours plus vite.

Il faut savoir freiner les gens et surtout garder son sang froid. C’est un travail qui est sous les projecteurs et la moindre petite erreur est fatale pour la confiance, crédibilité et donc la carrière.

 

Quels sont les points forts du métier ?

Communication, rigueur, esprit critique, obtenir la confiance des personnes, se faire écouter, savoir écouter, prendre des décisions rapides et justse, ne jamais perdre son sang froid, aller jusqu’au bout de ses idées.

 

Les métiers possibles dans le même secteur

 

Lien utile

 

Documents pour les enseignant-e-s

   

Haut de page

Vient de paraître