Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Sommaire du dossier

Supports d'animation vidéo sur l'égalité

Des métiers pour toutes et tous

publication : 8 février 2017
Assistant de service social, médecin militaire, charpentière navale, auxiliaire de puériculture... autant de métiers trustés par des femmes ou des hommes. Rencontre avec Djamel, Marie, Rozenn, Alexandre... qui ont fait le choix d'exercer ces métiers en méprisant les idées reçues.

Témoignages de pros

  • Djamel, assistant social. "Je ne ressens pas ça comme un métier de femme puisque je le fais déjà donc c’est possible. Et en plus, je pense que dans ce métier là, en tant qu’homme, j’amène une approche peut-être masculine mais avec ma sensibilité, avec ma façon de faire qui peut enrichir le métier."
  • Marie, médecin militaire. "La contrainte principale dans notre métier, c’est la disponibilité. Puisqu’on va être amené à la fois à être muté régulièrement, c’est-à-dire à travailler en France à des endroits différents et aussi à exercer notre métier hors des frontières et donc d’accepter de quitter sa famille éventuellement pendant 4-6 mois."
  • Stéphanie, technicienne de prix dans les travaux publics. "Ce qui me plaît dans ce métier, c'est la diversité, c'est construire, de rien on arrive à quelque chose. C'est l'extérieur, c'est l'ambiance, c'est la relation humaine qu'il y a entre les gens de la société. Dans les équipes, il y a un certain lien."
  • Cécile, responsable méthodes en logistique. "Il y a à peu près 50% de femmes dans mon équipe, cela commence de plus en plus à se féminiser."
  • Rozenn, charpentière navale. "Pour faire ce métier la, je dirais que dans un premier temps, il faut être passionné. Ca peut aider également si on navigue à côté. Parce que c’est vrai que pour travailler sur des bateaux bois il faut avoir des idées de tout ce qui est force structurelle et également connaître les termes techniques, ce qui n'est pas évident."
  • Alexandre, auxiliaire de puériculture. "Les principales qualités pour pouvoir être auxiliaire de puériculture, c’est d’aimer les enfants. Il faut avoir quand même une petite part d’enfant en soi, être trop adulte, ce n’est pas bon pour les enfants. Il faut savoir s’amuser avec eux. Il faut surtout avoir obtenu des connaissances qui nous permettent de faire face à toutes situations ludiques, d’éveil ou de soins."
  • Stéphanie, conductrice de train. "Les compétences et qualités qu’il faut avoir pour ce métier sont la rigueur et la maîtrise de soi essentiellement. Les avantages de ce métier peuvent être des inconvénients pour les autres, les horaires décalés par exemple. Le fait de commencer très tôt le matin, ça nous laisse toute l’après-midi de libre. Ca nous permet de profiter pleinement de la journée après le travail."
  • Camille, croupière. "J’ai eu le soutien de ma famille pour faire justement une formation de croupier. C’était quelque chose qui me tenait à cœur depuis toute petite. J’avais toujours cet esprit, la porte interdite, où il y a que les adultes qui avaient le droit à cet accès. Et j’ai eu l’occasion de me lancer donc j’ai pris cette opportunité et j’ai réussi à percer dans le métier."
Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels