Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Sommaire du dossier

Formation et insertion professionnelle

Scolarité et handicap : quels aménagements ?

publication : 30 janvier 2017
Depuis 2005, le nombre d'élèves en situation de handicap scolarisés dans le second degré a beaucoup augmenté. Une circulaire du ministère de l'Education nationale, parue récemment, revient sur les possibilités offertes à ces élèves en voie professionnelle et fait le point sur les évolutions législatives.

Quels aménagements ?

Scolarité et examens

L'état de santé ou la situation de handicap peuvent générer fatigabilité, lenteur, difficultés d'apprentissages ou des besoins spécifiques qui ne peuvent objectivement être pris en compte dans le cadre d'une classe ordinaire. Des modalités de scolarisation plus souples et plus diversifiées sur le plan pédagogique s'imposent alors. Des aménagements et des adaptations (emploi du temps, durée de la formation, dispenses, aides humaines ou techniques...), inscrits dans le PPS, facilitent la poursuite du parcours scolaire. Lors des contrôles et des évaluations, des aides, des aménagements et des adaptations pédagogiques sont possibles (tiers temps, secrétaire...). Il est également possible de bénéficier de la conservation, durant cinq ans, des notes délivrées à des épreuves d'examens ou de passer les épreuves sur plusieurs sessions.

L'attestation de compétences professionnelles

L'obtention d'un diplôme n'étant pas toujours possible pour certains élèves en situation de handicap, une attestation de compétences permet de justifier d'un niveau d'études et des compétences acquises au cours d'une formation (CAP...). Délivrée par le recteur d'académie, elle mentionne la spécialité du diplôme visé, valorise le parcours et facilite l'insertion professionnelle. Elle permet de construire un projet professionnel et servira plus tard de cadre pour une validation des acquis de l'expérience (VAE). Cette attestation est renseignée par l'équipe pédagogique et le tuteur en entreprise.

La RQTH (reconnaissance de la qualité de travailleurs handicapés)

La RQTH permet aux personnes en situation de handicap de bénéficier des mesures mises en place concernant l'emploi et la formation. Elle s'applique également aux élèves en situation de handicap inscrits dans une formation professionnelle. La demande est à faire par l'élève ou sa famille s'il est mineur, auprès de la MDPH. Elle peut être attribuée dès l'âge de 16 ans, pour une durée de 1 à 5 ans et propose une orientation professionnelle. Par ailleurs, les jeunes de plus de 16 ans, sous convention de stage, sont reconnus travailleurs handicapés, pendant la durée du stage, s'ils bénéficient de la PCH (prestation de compensation du handicap), de l'AEFH (allocation compensatrice pour tierce personne ou de l'allocation d'éducation de l'enfant handicapé).

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels