Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Étudier à l'étranger : anticiper les démarches

Publication : 22 mai 2019
La mission handicap de l'établissement d'enseignement supérieur a un rôle essentiel pour permettre à l'étudiant en situation de handicap de partir. En lien avec le service international, elle l'accompagne notamment dans les démarches liées à la préparation du séjour. Rencontre avec Xavier Quernin, animateur du groupe handicap à la CGE (Conférence des grandes écoles) et chargé de mission handicap à l'école d'ingénieurs UniLaSalle.

Etudier à l'étranger : anticiper les démarches

Quel accompagnement ?

Transport de matériel adapté, de médicaments pour toute la durée du séjour... Partir à l'étranger nécessite de bien s'organiser. " Il est indispensable d'anticiper les démarches. Il faut s'y prendre au moins 6 mois avant le départ." En cas de maladie nécessitant des soins sur place, le référent handicap aide l'étudiant à trouver un cabinet infirmier, un médecin conseillé par l'ambassade de France, ou un médecin spécialiste de la maladie. Il peut aussi l'aider à trouver des associations d'aide aux actes de la vie quotidienne.

Des solutions individuelles

Les solutions varient en fonction du handicap. " Par exemple, pour les étudiants malvoyants, nous pouvons faire appel à l'entraide étudiante en leur proposant un départ en binôme, avec un autre étudiant qui souhaite étudier dans la même université. Cela leur permet de prendre leurs repères plus facilement." Parfois, il faut mener des recherches pendant des mois. " Pour un étudiant, j'ai cherché une solution pour tenir ses médicaments à température réfrigérée pendant le transport, pour une quantité équivalente à un bagage cabine et un temps de trajet de 20h. Après trois mois de recherche, le problème a été résolu avec une valise de transport d'organes."

Des aides financières

Les difficultés financières interviennent notamment lorsqu'il s'agit de séjours hors Union européenne. "Il faut trouver des aides financières pour les transports adaptés et couvrir les frais de soins prévus", qui ne sont pas remboursés par les assurances privées. Certains trajets en avion sont plus chers quand faire une escale est plus difficile en raison du handicap. Il faut alors trouver des aides, par exemple auprès de la Fédéeh (Fédération étudiante pour une dynamique études et emploi avec un handicap). "Le programme Erasmus + apporte des subventions supplémentaires pour les soins médicaux ou l'aide à domicile, à condition de trouver les interlocuteurs locaux pour mettre en place les aménagements. " Si cela reste compliqué de faire partir un étudiant en situation de handicap à l'étranger, des solutions permettent néanmoins d'avancer."

Vient de paraître