Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Sommaire du dossier

Accueil du dossier Enseignement à distance et handicap : les clés de la réussite Votre école chez vous : étudier autrement

Des cours loin de l'école

Enseignement à distance et handicap : les clés de la réussite

publication : 20 octobre 2014
Lorsque l’établissement spécialisé est trop loin, n’a pas de place ou que les familles demandent une période de réflexion sur une orientation, l’enseignement à distance est une solution pour de nombreux élèves en situation de handicap.

Enseignement à distance et handicap : les clés de la réussite

Pour quelques mois, une année, voire toute la scolarité, les élèves peuvent suivre leur scolarité à distance, de la grande section de maternelle aux études supérieures. La clé du succès : beaucoup d’autodiscipline et d’investissement personnel. Mais l’isolement est l’inconvénient majeur de ce mode de scolarité. La solution pour en limiter les effets, participer si possible à des activités à l’extérieur et profiter des aides que peut apporter le Cned.

Un soutien à domicile

Très souvent la scolarité à distance repose sur les familles, un engagement pour les parents qu’il ne faut pas minimiser. Afin d’aider les élèves et leur famille, le Cned accompagne ses cours de livrets et documents en ligne permettant de mieux s’organiser. Les élèves sont suivis individuellement par des professeurs de l’éducation nationale, chargés de les encadrer et peuvent également contacter les enseignants conseillers attachés à chaque site pour demander des informations sur les contenus et une aide à l’organisation. Des tutorats téléphoniques ou internet existent pour certaines formations (au lycée, tutorat pour tous les niveaux et disciplines).

Les élèves inscrits de moins de 16 ans, s’ils sont reconnus par la MDPH ou s’ils ont obtenu un avis favorable du médecin de l’académie peuvent bénéficier de l’intervention à domicile, d’un enseignant répétiteur volontaire rémunéré par le Cned, 3 h par semaine. Une condition cependant, ce service ne peut se mettre en place que si un volontaire est trouvé dans le périmètre où habite l’élève. Pour le collège et le lycée, la demande est étudiée par l’assistante sociale et le médecin scolaire du Cned.

Une solution innovante : la scolarité partagée

Traditionnellement, les élèves en situation de handicap, inscrits au Cned, étaient suivis uniquement dans le milieu familial. Mais de plus en plus, ils fréquentent partiellement l’établissement d’origine, ce qui leur permet de ne pas rompre le lien. La scolarité partagée est également mise en place pour les élèves handicapés pris en charge par des établissements spécialisés (IEM, lieux de vie, Itep, hôpitaux de jour, …) qui ne peuvent leur proposer une scolarité. Au lycée, des conventions permettent à l‘élève d’assister en auditeur libre à des cours en établissement afin de ne pas se couper de la vie scolaire. Ce type de scolarité peut se faire, selon les cas, dans le cadre du PPS avec l’accord du directeur académique des services de l’Education nationale. Parfois, une convention entre l’établissement scolaire et le Cned est nécessaire.

L’aide du numérique

L’élève, une fois inscrit, reçoit ses cours, ses documents, ses accès internet. Cette organisation est sensiblement la même de l’école à l’enseignement supérieur. Les cours ne sont pas adaptés à tel ou tel type de handicap, les élèves sont dans des situations très diverses. Ce sont les cursus que les conseillers de scolarité s’efforcent d’aménager au cas par cas avec les familles. Progressivement, le Cned s’oriente vers le numérique et met les formations en ligne. Cela permet d’améliorer l’accessibilité des cours. Autre avantage, cela règle en partie le problème d’encombrement posé par les supports papier des élèves hospitalisés.

Quelques conseils

La scolarité partagée : elle repose sur une convention entre l’établissement scolaire et le Cned ou sur un accord avec la direction académique à titre dérogatoire. Si l’élève a un PPS, il est souhaitable que la scolarité partagée Cned/établissement soit mentionnée.

Anticiper l’inscription au Cned bien avant le début de l’année scolaire (beaucoup d’intervenants et de pièces à fournir), ainsi que les inscriptions aux examens pour bénéficier des aménagements possibles (tiers temps, assistants, matériel adapté…).

Expliquer la situation : Les équipes du Cned étudient la faisabilité de chaque projet, y compris pour les élèves relevant du lycée professionnel ou les formations pour adultes. Pour cela, il est nécessaire de présenter la situation de handicap dès le premier contact (accueil national (33) 05 49 49 94 94) puis dans le dossier d’inscription, en y joignant au besoin des courriers explicatifs. Le dossier sera transmis suivant le niveau de l’élève à un enseignant conseiller de scolarité, ou pour le collège et le lycée à l’assistante sociale ou au médecin scolaire du Cned. Ceux-ci prendront éventuellement contact avec l’élève ou sa famille pour chercher la meilleure solution pour lui.

Procédure : L’inscription peut être libre, auquel cas elle est à la charge de la famille. Celle-ci doit faire cependant, les démarches légales auprès du directeur académique et de la mairie du domicile pour déclarer une instruction dans la famille. Pour les élèves en situation de handicap, cette inscription est la plupart du temps réglementée et de ce fait gratuite ou subventionnée. C'est-à-dire que le directeur académique, s’appuyant sur l’avis de la MDPH, des enseignants référents et du médecin de la direction académique, donne un avis favorable pour que le Cned soit l’école de l’enfant à part entière. Désormais, la gratuité peut s’étendre aux élèves relevant de la MDPH et ayant plus de 16 ans sur justificatifs.

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels