Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Sommaire du dossier

Le handicap mental

La scolarisation des élèves ayant des troubles des fonctions cognitives ou mentales

publication : 26 juin 2017
Selon l'OMS (Organisation mondiale de la santé), les troubles des fonctions cognitives ou mentales se traduisent par "un déficit significatif du développement intellectuel associé à des limitations de comportement adaptatif se manifestant avant 18 ans". Dans le 2d degré, plus de 35 % des élèves présentent des troubles des fonctions cognitives. En milieu ordinaire, la scolarisation par un dispositif collectif d'inclusion est la plus adaptée ; groupes à petits effectifs et pédagogie différenciée permettent à l'élève de progresser à son rythme dans les apprentissages.

Scolarisation handicap mental

Plus que pour tout autre handicap, des aménagements pédagogiques sont nécessaires pour réussir la scolarisation des jeunes handicapés mentaux. Des petits effectifs et une pédagogie différenciée permettent à l'élève de progresser à son rythme dans les apprentissages.

Le droit à la scolarité

Tout élève handicapé mental suffisamment autonome doit pouvoir bénéficier d'une scolarité dans une classe ordinaire d'école élémentaire, de collège ou de lycée. La loi du 11 février 2005 pose le principe d'un accès de droit à l'éducation, dispensée si possible dans l'établissement scolaire ordinaire le plus proche du domicile.

Les modes de scolarisation

Le dispositif collectif de scolarisation en milieu ordinaire semble le mieux adapté, à condition que l'élève soit capable d'assumer les contraintes et les exigences de la vie en collectivité et de communiquer avec les autres.

L'Ulis (unité localisée pour l'inclusion scolaire) accueille des élèves présentant des  TFC (troubles des fonctions cognitives) en école élémentaire ordinaire. Elle regroupe une douzaine d'enfants handicapés mentaux, âgés de 6 à 12 ans. En collège ou en lycée professionnel, elle accueille des élèves âgés de 12 à 18 ans présentant un même type de handicap ou besoins éducatifs.

Dans ces structures, les élèves bénéficient de séances de rééducation avec des professionnels des services de soins à domicile. Selon leurs compétences et leurs intérêts, certains élèves rejoignent quelques heures par semaine leurs camarades valides pour participer à certains cours.

La personne en charge de l'aide humaine permet à l'élève de mieux comprendre les consignes et à réaliser le travail demandé.

L'IME (institut médico-éducatif) accueille le jeune de 6 à 20 ans pour lequel le milieu scolaire ordinaire n'est pas adapté. Il assure soins, rééducation et scolarisation. L'enseignement est dispensé par des professeurs de l'Éducation nationale ou par des professionnels qualifiés dans le cadre d'une unité d'enseignement attachée à l'établissement.

Depuis 2005, les IME développent la coopération avec le milieu scolaire ordinaire ; un certain nombre d'entre eux mettent en place des partenariats et des passerelles avec les collèges et lycées de proximité.

Quel que soit son mode de scolarisation, l'élève handicapé peut préparer un CFG (certificat de compétence générale) qui valide la maîtrise des compétences et des connaissances du socle commun en langue française, mathématiques, ainsi que les compétences sociales et civiques, d'autonomie et d'initiative. Le CFG constitue ainsi un premier pas vers l'acquisition d'un diplôme professionnel.

L'accompagnement de l'élève

Quel que soit le mode de scolarité choisi, l'objectif pour l'équipe pédagogique est d'accompagner l'élève dans la socialisation et vers l'autonomie. L'élève handicapé doit avoir accès à des séances de soins et de rééducation, dans un CAMSP (centre d'action médico-sociale précoce) pour les plus jeunes, avec un Sessad (service d'éducation spécialisée et de soins à domicile) pour les élèves scolarisés individuellement ou en Ulis école, Ulis collège ou Ulis lycée.

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels

Accueil Toute l'actu nationale

monorientationenligne.fr