Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Sommaire du dossier

Les troubles moteurs

Les répercussions d’un handicap moteur sur la scolarité

publication : 4 avril 2014
Les jeunes handicapés moteurs rencontrent un certain nombre de difficultés d’apprentissage au cours de leur scolarité. Mais elles viennent souvent moins de la déficience physique elle-même que des troubles qui y sont associés. Revue de détail des difficultés et des manières de les surmonter.

repercussions_scolarite Définition handicap moteur

Les difficultés rencontrées

Les troubles manifestés par les personnes handicapées moteurs sont généralement des troubles neuropsychologiques. Associés à l’infirmité cérébrale ou apparus à la suite d’un traumatisme crânien, ils ont des répercussions sur la scolarité. L’élève peut :

  • être très maladroit dans la réalisation des gestes (troubles praxiques) ;
  • avoir du mal à parler ;
  • peiner à se concentrer ;
  • éprouver des difficultés à mémoriser ou à organiser des tâches ;
  • présenter des troubles neurovisuels, appelés aussi "dyspraxie visuo-spatiale".

Les adaptations possibles

Le recours à un matériel pédagogique adapté permet de réduire ces difficultés :

  • stylo-pointe adapté ;
  • règle lestée ;
  • agrandissement des documents.

Si l’élève peine à dessiner des figures géométriques et à utiliser règles, compas et équerres, un logiciel de constructions géométriques peut l’aider.

L’enseignant peut aider le jeune atteint de dyspraxie visuo-spatiale à se repérer dans un tableau ou dans un texte, à trouver des solutions personnelles (surlignage…). Il peut aussi décomposer une tâche globale en tâches plus élémentaires.

Une bonne installation améliore les performances scolaires. Certains détails peuvent tout changer :

  • hauteur et inclinaison du plan de travail ;
  • réglage de l’appuie-tête ;
  • support de bras ou chaises adaptées.

Un ergothérapeute peut aider dans ces choix. L’outil informatique facilite aussi les conditions d’apprentissage : avec un ordinateur, l’élève écrit mieux, plus vite, avec moins de fatigue. Selon ses besoins, il pourra utiliser un substitut à la souris, un logiciel d’aide à la saisie, un système de synthèse vocale.

Accessibilité : encore des obstacles

En fauteuil roulant, avec des béquilles ou un équilibre instable, l’élève peut avoir du mal à accéder à certains locaux : classes, cantine, toilettes, bibliothèque, gymnase.

Surtout dans les établissements qui n’ont pas été conçus aux normes handicap.

Des aménagements peu coûteux peuvent être mis en place : installation de rampes ou de plans inclinés, classes en rez-de-chaussée…

Voir le témoignage de Matthieu, étudiant français au Royaume-Uni

Imprimer

Les publications de l'Onisep

  • études
  • Handicap moteur, collection Annuaire handicap
    Handicap moteur
    Handicap moteur
    collection Annuaire handicap
    parution en février 2017
    700 structures de scolarisation
* Prix hors frais de port

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels