Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Logement et transport : retour d’expérience d’étudiants en fauteuil

publication : 9 avril 2014
Aborder ses études supérieures avec un handicap, c’est aussi s’assurer de la possibilité de se loger et envisager les moyens d’accéder aux lieux de formation… Aurélien et Romain, deux étudiants handicapés moteurs à l’université de Poitiers, confrontent leur vécu sur ces "à-côtés" de la vie étudiante.

Logement et transport avec un handicap/© iStockphoto

Aurélien est atteint de la maladie des os de verre, autrement appelée ostéogenèse imparfaite. Cette maladie génétique donne lieu à des fractures à répétition et à des déformations du squelette, dont le traitement nécessite parfois des interventions chirurgicales. A l’université de Poitiers, où il prépare un DUT (diplôme universitaire de technologie) génie thermique et énergie, il se déplace en fauteuil électrique.

Romain circule lui aussi en fauteuil roulant, mais il utilise un fauteuil manuel. Il est, lui, devenu paraplégique suite à un accident survenu à l'âge de 3 ans. Actuellement en master de physique, il souhaite faire de la recherche ou enseigner.

Le logement adapté : oui, mais pas partout

Pour sa nouvelle vie étudiante, Aurélien s’est vu attribuer par le Crous (centre régional des œuvres universitaires et scolaires) un studio étudiant adapté : "Les amis qui viennent chez moi trouvent que c’est grand, mais en fauteuil il faut de la place pour circuler ! Tout n’était pas à hauteur ; des aménagements supplémentaires ont donc été effectués, notamment pour que je puisse ranger facilement dans les placards."

A la rentrée prochaine, Romain aimerait pouvoir être logé dans le secteur du Futuroscope, où a lieu l’essentiel de ses cours. Un moyen de réduire ses trajets. Certes, les étudiants handicapés sont prioritaires pour l’attribution de logements, mais si le Crous propose de nombreux logements adaptés, il n'y en a, semble-t-il, pas encore sur cette zone. Il faudrait donc voir du côté de la CAF (Caisse d’allocations familiales) pour obtenir l’AAH (allocation d’adulte handicapé) ainsi qu’une aide au logement permettant de financer le loyer d’un appartement particulier dans le secteur…

Les déplacements : ne pas perdre de temps

Romain est autonome puisqu'il dispose d’un véhicule personnel dont les aménagements ont été financés grâce à la PCH (prestation de compensation du handicap). Cette aide financière, étudiée au cas par cas, est versée par le conseil général.

Pour passer le permis de conduire, il s’était renseigné auprès d’une auto-école située près de chez ses parents, mais cela s’annonçait compliqué et coûteux : il fallait faire venir un véhicule spécial depuis Paris… Lors de vacances en Bretagne, il a repéré une auto-école équipée. Il y a décroché son permis en de 3 semaines seulement ! Pour ce qui est de ses déplacements "à pied", il évoque, en revanche, certains aléas : "Le souci, quand on monte sur un trottoir, c’est qu’on ne sait jamais quand on pourra en redescendre !"

Un parcours du combattant auquel Aurélien est bien souvent confronté. Heureusement, le jeune homme a lui aussi su trouver des biais : "Je me suis aperçu qu’à Poitiers la plupart des bus sont équipés d’une plate-forme d’accès pour les personnes en fauteuil." L’ombre au tableau, c’est que certains conducteurs ne sont manifestement pas très à l’aise avec le maniement de cette plate-forme. "Mais, tout de même, depuis que j’utilise le bus, je gagne un temps fou !" se réjouit l’étudiant…

Pressés, Aurélien et Romain ? Fonceurs, sans nul doute !

Vade-mecum des aides spécifiques

Aide au logement

La demande de logement adapté aux personnes en situation de handicap auprès du Crous (centre régional des œuvres universitaires et scolaires) se fait lors de la constitution du dossier social étudiant.

Aide au transport

  • Transports publics : en Ile-de France, les frais sont pris en charge par le STIF (Syndicat des transports d’Ile-de-France) ; se renseigner auprès du Crous de l'académie du lieu d'études. Dans les autres régions, par le département de résidence ; se renseigner auprès des MDPH (maisons départementales des personnes handicapées).
  • Transport adapté : le GIHP (Groupement pour l’insertion des personnes handicapées physiques) est un acteur essentiel du transport adapté. Certaines agglomérations ont mis en place des services dédiés aux personnes en situation de handicap qui ne peuvent accéder aux bus des lignes régulières.

Par ailleurs, les aides financières contribuent à pallier le surcoût des aménagements : la PCH (prestation de compensation du handicap) ; l’AEEH (allocation d’éducation de l’enfant handicapé) et l’AAH (allocation d’adulte handicapé) à partir de 20 ans attribuées par la Caisse d’allocations familiales sur notification de la CDAPH.

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels

Accueil Toute l'actu nationale

monorientationenligne.fr