Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Logements adaptés et transport : témoignages d’étudiants en fauteuil

Publication : 24 février 2020
Située à Paris, la résidence étudiante adaptée (REA) Colliard, gérée par la FSEF (Fondation santé des étudiants de France), a ouvert ses portes en 2016. Elle propose des logements aux étudiants en situation de handicap moteur qui ont besoin d’un accompagnement pour leur vie quotidienne. Rencontre avec Jérôme et Christelle, deux étudiants, locataires à la REA.

Logement et transport avec un handicap/© iStockphoto

Un choix stratégique

Jérôme et Christelle se déplacent tous deux en fauteuil roulant électrique. Habiter sur Paris, pour Jérôme, c’est un choix géographique. "Je prépare une licence professionnelle médiation par le sport à l’université de Nanterre et je suis en stage à Ivry-sur-Seine." Christelle qui prépare un Bachelor, marketing et communication, suit ses cours à distance. L’école de commerce qu’elle devait intégrer n’a pas pu mettre en place l’accompagnement répondant à ses besoins. "Je me déplace pour mes stages. Le fait d’être sur Paris, c’est plus pratique. Il y a un réseau de bus assez développé." Pour se déplacer, Jérôme et Christelle prennent les transports en commun ou font appel à la PAM, un service de transport adapté aux personnes à mobilité réduite, présent dans toute l’Ile de France : "Lorsque ce n’est pas loin, je prends le bus. Maintenant, ils sont adaptés et équipés de rampes," complète Jérôme.

Être autonome

Christelle aime l’indépendance que lui permet la résidence étudiante Colliard. "Je suis accompagnée à ma demande et en fonction de mes besoins. Pour le reste, je suis autonome, c’est à moi de tout gérer : mon budget, mon loyer, mes courses, mes sorties, mes rendez-vous, la fac..." Les logements sont domotisés. "C’est génial d’avoir un logement complètement accessible, d’être autonome et d’avoir des personnes qui m’aident, de jour comme de nuit. C’est un plus pour suivre mes études", explique Jérôme qui apprécie d’avoir de l’espace et l’aide des nouvelles technologies : "Le logement est assez grand. J’ai une télécommande pour gérer mon environnement et un lève-personne qui me permet de me transférer du fauteuil au lit ou à la salle de bain." Pour Christelle aussi, la domotique, c’est essentiel. "A l’aide d’une télécommande, je peux tout faire : allumer la lumière, ouvrir la porte, appeler l’ascenseur, ouvrir le portail du bâtiment."

Un accompagnement 24 h sur 24 h

Au sein de la résidence, un service d’aide à la personne disponible 24h sur 24 et 7 jours sur 7 (Aides-soignants, AES), une ergothérapeute et une assistante sociale accompagnent les étudiants vers leur vie d’adulte autonome. Toute l’équipe accompagne les étudiants pour leur permettre de réaliser leur parcours d’études dans les meilleures conditions, les plus proches possible des autres étudiants : "Des personnes m’aident au quotidien. J’ai une aide humaine pour la toilette, le lever, le coucher en passant par les repas", précise Jérôme. "J’établis un planning d’interventions à la semaine en fonction de ma vie d’étudiante et ensuite, je peux appeler la permanence selon mes besoins. Par exemple, je planifie l’heure à laquelle je veux me lever en fonction des cours. C’est bien organisé", selon Christelle.

Vade-mecum des aides spécifiques

Aide au logement

  • Pour obtenir un logement dans une des résidences étudiantes adaptées de la FSEF (Grenoble-Nanterre-Paris), il faut être inscrit dans l’enseignement supérieur, bénéficier de l’allocation pour adulte handicapé (AAH) et demander une orientation à la MDPH (maison départementale des personnes handicapées) de son département vers un hébergement en résidence étudiante adaptée(Etablissement médico-social). La prise en charge des frais liés à l’accompagnement passe par une demande d’aide sociale au centre communal d’action sociale de son domicile.
  • Le CROUS propose des logements adaptés, type PMR. La demande doit être faite en ligne sur le site du CROUS lors de la constitution du dossier social étudiant.

 

Aide au transport

  • Transports publics ou Transport adapté : en Ile-de France, les frais peuvent être pris en charge par Ile-de-France Mobilités avec l’accord de la MDPH. Dans les autres régions, c’est le département de résidence qui prend les frais en charge ; se renseigner auprès des MDPH (maisons départementales des personnes handicapées).
  • Transport adapté : le GIHP (Groupement pour l’insertion des personnes handicapées physiques) est un acteur essentiel du transport adapté. Certaines agglomérations ont mis en place des services dédiés aux personnes en situation de handicap qui ne peuvent accéder aux bus des lignes régulières.
  • Permis de conduire aménagé : une liste d’auto-écoles permettant d’accéder au permis aménagé est disponible sur le site du Centre de ressources et d’innovation mobilité handicap.

Par ailleurs, les aides financières contribuent à pallier le surcoût des aménagements : la PCH (prestation de compensation du handicap) ; l’AEEH (allocation d’éducation de l’enfant handicapé) et l’AAH (allocation d’adulte handicapé) à partir de 16 ans en établissement  attribuées par la Caisse d’allocations familiales sur notification de la CDAPH.

Vient de paraître

Élargir ses horizons
professionnels