Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Sommaire du dossier

Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé

Travailleur handicapé : ce n’est pas une étiquette à vie

publication : 9 avril 2014
Même si vous avez obtenu une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH), vous n'êtes jamais obligé de vous en servir. C’est une sorte de carte "joker" à utiliser lorsque le besoin se présente.

RQTH : ce n'est pas une étiquette à vie

Il appartient au travailleur handicapé d’informer, s’il le souhaite, son employeur de son statut. Rien n’oblige à le spécifier sur son CV mais, bien entendu, il faut le faire valoir pour bénéficier des éventuels aménagements nécessités par votre handicap.

Fatigabilité engendrant des aménagements horaires, congés maladie répétés, besoin de matériel adapté ou requalification de poste… autant de situations professionnelles où la RQTH permet une meilleure prise en compte des besoins.

Le fait que vous présentiez une RQTH permet à votre employeur, de remplir son obligation d’emploi de travailleurs handicapés (6 % de son effectifs), de faire appel aux SAMETH, les services d'appui pour le maintien dans l'emploi des travailleurs handicapés.

Cela lui permet également de financer les aménagements de poste,  par des organismes tels que l'Agefiph ou le FIPHFP.

Toutes les décisions de la commission sont motivées et révisables périodiquement. La RQTH est établie pour une période limitée dans le temps (au maximum 5 ans). Il faut penser à demander le renouvellement bien avant échéance : 6 mois voire un an avant.

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels