Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Objectif insertion : les entreprises d'accueil

Publication : 21 décembre 2017
La majorité des travailleurs en situation de handicap exercent dans le secteur privé, en tant que salariés ou comme indépendants. Certaines entreprises sont-elles plus adaptées que d’autres ? Pas si sûr… Tour d’horizon.

Entreprises d'accueil travailleurs handicapés/©iStockphoto

En 2015, 100 300 entreprises sont assujetties à l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés (OETH). Des établissements d’au moins 20 salariés. La moitié seulement a atteint ou dépassé le taux de 6 % obligatoire.

Qui recrute ?

Les employeurs sont unanimes : il n’y a pas d’activité privilégiée pour les personnes en situation de handicap. Tous les secteurs recrutent à condition que le poste soit adapté aux restrictions de la personne, et que les aménagements nécessaires puissent être mis en œuvre. Les métiers du tertiaire, mais pas seulement : construction, agriculture, industrie et transport, commerce et distribution.

Des grands groupes dynamiques

La plupart des grandes entreprises ont conclu des accords avec l’Agefiph (Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées). Des accords relayés par des missions handicap au sein des directions des ressources humaines. Le bémol : ces groupes ont souvent des difficultés à trouver des candidats ayant un niveau de formation correspondant à leurs besoins (bac+2 à bac+5).

Les TPE : un vivier

Pourtant sans obligation d’emploi, les employeurs des très petites entreprises (moins de 20 salariés) emploient des travailleurs en situation de handicap. Prêts à se mobiliser, ils constituent un potentiel important.

La fonction publique aussi

Comme pour le privé, la loi de février 2005 étend l’obligation d’emploi aux fonctions publiques d’État, hospitalière et territoriale. Dans la plupart des administrations, un correspondant handicap évalue les besoins des personnes en situation de handicap et aménage les postes de travail, en accord avec les responsables de service.

On peut y entrer par concours (possibilité d’aménagement des épreuves) ou par contrat, à condition d’avoir la RQTH (reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé). Le candidat est recruté sur la base d’un contrat de 1 an, renouvelable une fois, puis titularisé après un entretien professionnel s’il a donné satisfaction.

C'est le FIPHFP (Fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique) qui aide les fonctions publiques à remplir leur obligation d'emploi et finance les aménagements de poste des personnels en situation de handicap, qu'ils soient fonctionnaires ou contractuels.

Créer son entreprise

L’Agefiph et le réseau Cap emploi peuvent apporter leur soutien financier et humain dans cette aventure audacieuse. 3 322 demandeurs d’emploi en situation de handicap ont ainsi créé ou repris une entreprise en 2016.

 

S’acquitter de l’obligation d’emploi…

Pour améliorer leur quota, les entreprises, quelle que soit leur taille, peuvent faire appel à la sous-traitance auprès d’Esat (établissements et services d’aide par le travail), d’entreprises adaptées, de travailleurs indépendants en situation de handicap, ou encore accueillir des demandeurs d’emploi en situation de handicap en formation, ou des stagiaires. Les employeurs qui n’atteignent pas le taux d’emploi de 6 % versent une contribution à l’Agefiph, ou au FIPHFP dans le cas de la fonction publique.

Imprimer

Les publications de l'Onisep

  • métiers
* Prix hors frais de port

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels